SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Changelin : le songe > Aides de jeu > L’univers des fées > Les Kithain > Les Cours
Contribuer

Changelin : le songe

Les Cours

mercredi 8 août 2007, par Mattboggan

Les changelins sont des créatures duales. Déchirés entre le monde banal et le Songe, ils sont aussi pris entre les deux pôles de leur existence. L’un est lumineux, l’autre sombre. Les Cours Seelie et Unseelie reflètent cette dichotomie.

Pendant la Séparation, les deux Cours étaient d’éternelles rivales, se partageant le pouvoir sur les royaumes du Songe selon la période de l’année. Cette danse reflétait l’harmonie des fées avec la Terre et ses saisons mais aussi avec l’évolution du monde. Les saisons sombres, automne et hiver, étaient associées à la Cour Unseelie qui ouvrait l’année à Samhain (31 octobre-1er novembre) avant de passer le flambeau à la Cour Seelie à Beltaine (31 avril-1er mai), laissant celle-ci régnait sur le printemps et l’été.

Depuis l’Eclatement et avec les Brumes de l’Oubli, les changelins ne savent pas exactement si toutes les fées devenaient Seelie et Unseelie selon le moment de l’année ou si la Cour qui n’était pas au pouvoir se réfugiait dans ses royaumes tandis que l’autre gouvernait.

Certains kith sont associés à une Cour plutôt qu’à une autre. Ainsi, les boggans ou les trolls sont-ils le plus souvent identifiés comme Seelie alors que les nockers et les redcaps grossissent les rangs de la Cour Unseelie.

Aujourd’hui, les deux Cours ne sont plus aussi opposées qu’elles ne l’étaient auparavant et ce depuis le Traité peu après l’Eclatement. Les changelins étaient trop occupés à survivre pour pouvoir continuer à se faire la guerre. Le retour des Sidhe a quelque peu ravivé les tensions entre les deux Cours, notamment à cause du monopole Seelie du pouvoir en Concordia depuis 1969. Avec la disparition du Haut Roi David, la Cour Unseelie compte bien faire valoir ses droits au trône. Puisque le Long Hiver est là, disent les Unseelie, c’est à nous de gouverner pour le bien de toutes les fées. En Europe, la place des Cours est plus complexe. Même si la grande majorité des monarques sont Seelie, la Cour Unseelie n’a jamais été absente des royaumes féeriques européens ancestraux. L’Irlande, par exemple, a vu le retour de trois Maisons nobles Unseelie dès 1969.

Les Cours semblent être vécues différemment selon que l’on est roturier ou noble. Un sidhe appartient en effet toujours à une Maison noble, identifiée lors de son Fior-Righ ou adoubement (littéralement, "ordalie du roi"). Une fois son adoubement passé, il prête serment d’allégeance à la Maison à laquelle il appartient et reçoit un tire de noblesse selon son rang mythique (qui s’accompagne – ou non – d’un fief). Les Maisons nobles appartiennent à l’une ou l’autre des Cours. Ainsi, même s’il existe des Gwydion Unseelie, ceux-là ont intérêt à cacher leur sympathie, qui serait mal vue au sein de leur Maison. Pour un roturier, la Cour est plus affaire d’affinité personnelle (à moins qu’il ne serve dans une Maison noble, auquel cas il est dans le même cas qu’un sidhe).

Son passé humain influencera beaucoup un roturier dans son allégeance à l’une ou l’autre des Cours. S’il a vécu une vie qui lui a fait respecter les préceptes de l’honneur, de la loyauté, de la beauté, alors il sera évidemment attiré par la Cour Seelie. A l’inverse, une vie de misère et de violence (comme c’est souvent le cas dans le Monde des Ténèbres) donnera le plus souvent un Kithain Unseelie.

Cependant, encore une fois, les premiers temps en tant que changelin après la Chrysalide sont déterminants. Un pooka qui fait sa Chrysalide sera très différent selon qu’il soit accueilli au sein d’une communauté roturière Unseelie ou qu’il reçoive son éducation féerique dans une cour noble Seelie.

Quoiqu’il en soit, les Cours sont opposées. Il est possible pour un Kithain de changer de Cour, mais c’est suite à un événement traumatisant. Un tel changement a de nombreuses conséquences, et les anciens amis du changelin pourront se retourner contre lui s’ils n’appartiennent plus à sa Cour. Il existe toujours un degré de méfiance entre les changelins Seelie et les changelins Unseelie.

(Pour mieux comprendre les deux Cours féeriques, voir l’ouvrage malheureusement non traduit en français de Brian Froud, "Good Fairies, Bad Fairies", Simon&Shuster editions, 1998)

La Cour Seelie

Associés à la lumière, à l’ordre, aux traditions, gardiens de la tradition féerique, les Seelie sont plutôt conservateurs. Ils se voient eux-même comme les protecteurs de la veuve et de l’orphelin, les chevaliers d’antan qui font valoir le droit et la justice dans les royaumes féeriques (et parfois dans la société humaine). La Cour Seelie ne désire rien de plus qu’un retour à l’Age d’Or, un temps où le Songe et la Terre étaient unis. En attendant un tel moment, face à la menace du Long Hiver, la Cour Seelie protège les Rêveurs et garde précieusement des réserves de Glamour, afin de survivre à l’extinction de l’imagination à venir. La Cour Seelie cherche des réponses dans le passé, interrogeant les bardes, sondant les anciennes prophéties. La plupart des Seelie sont souvent identifiés comme tels à leur accoutrement rappelant les atours du Moyen Age, époque la plus glorieuse de l’Eté des fées et dernière période dont les sidhe se souviennent de leur séjour sur Terre avant l’Eclatement.

Le Code Seelie dit : "La mort avant le déshonneur", montrant leur attachement à leur parole ; "l’amour conquiert tout", ce qui reflète leur sens de la romance et de l’amour courtois ; "la beauté est la vie", ce qui indique que pour les Seelie, la beauté représente le cœur du Songe et qu’elle doit être protégée et encouragée sur Terre ; et, enfin, "Ne jamais oublier une dette", ce qui rejoint leur sens de l’honneur.

La Cour Unseelie

La Cour Unseelie est l’inverse de la Cour Seelie. Les Unseelie sont notoirement connus pour briser les traditions, les ré-inventer et prôner le changement constant. Ils sont associés à la guerre et à la folie, au chaos et à la cruauté, notamment envers les humains, dont les légendes regorgent d’histoires de fées qui kidnappent des mortels pour s’en servir de jeux.

Les Unseelie se voient comme des visionnaires radicaux. Pour eux, si les humains ont abandonné le Songe alors c’est aux fées de leur rappeler son existence - de force, si nécessaire. Beaucoup d’Unseelie, notamment les sidhe, pensent que les fées devraient diriger l’humanité, ainsi que c’était le cas dans les anciens temps. Il est donc courant de voir des seigneurs Unseelie s’entourer d’esclaves mortels qu’ils ont enchantés pour leur servir de serviteurs ou de compagnons sexuels...

D’autres Unseelie pensent que le Songe les a abandonnés et qu’ils ne lui doivent rien, utilisant la Glamour pour satisfaire leurs ambitions. Les Unseelie n’ont pas peur de la Banalité, contrairement à leurs semblables Seelie. Certains ont même essayé d’en explorer les mystères afin de l’utiliser comme une autre source de pouvoir, mais ceux-là ont souvent mal fini... Les Unseelie regardent vers l’avenir avec anticipation, prévoyant le triomphe de leur idéologie. L’Hiver est leur temps, leur saison. Les Seelie peuvent trembler ; les Unseelie sourient et font fi de leurs craintes.

Le "Code" Unseelie prône le changement comme un bien. Pour les Unseelie, le changement, le chaos perpétuel est la seule véritable force constante dans le monde. Pour eux, les Seelie ont tort de vouloir conserver les choses en l’état. "La Glamour est libre", affirment-ils, sous-entendant que les Seelie sont dans l’erreur de vouloir la conserver précieusement. Pour les Unseelie, la Glamour existe pour permettre aux fées de vivre pleinement, et ils n’ont pas peur de l’utiliser, la puisant là où ils la trouvent... souvent en la volant aux pauvres Rêveurs sans défense.

La Cour de l’Ombre

Après l’Eclatement, les deux Cours cessèrent d’échanger le pouvoir à Samhain et à Beltaine. Face aux Brumes de l’Oubli, les changelins perdaient peu à peu tout souvenir de leurs anciennes traditions. Un groupe de fées Unseelie se forma dans le but de conserver ces traditions, notamment en ce qui concernait la spiritualité des fées, observant les anciens rituels à présent tombés en désuétude parmi les autres Kithain.

Pendant de nombreuses années, la Cour Unseelie était l’équivalent d’une sorte de fête de Mardi Gras, un carnaval où les Unseelie célébraient leur nature lors de la fête de Samhain, dernier vestige de leur ancien partage de pouvoir avec les Seelie. Les Unseelie élisaient un Prince de Samhain qui ne régnait que pour une nuit. Même les Seelie devenaient Unseelie cette nuit-là, reconnaissant leur sombre nature Unseelie. On honorait également les fées Déchues ou mortes, les rites de Samhain étant profondément liés aux morts.

La plupart des changelins ignoraient que derrière cette apparence bénigne, la Cour de l’Ombre était quelque chose de beaucoup plus sérieux et de bien plus sinistre. Préservant les anciennes coutumes et l’ancienne spiritualité féerique, la Cour de l’Ombre est un vaste complot visant à restaurer l’échange du pouvoir entre les deux cours pour certains, à renverser l’ordre établi par les nobles afin de permettre aux roturiers de se gouverner eux-mêmes pour d’autres, ou encore les espions et agents des Fomorians sur Terre, préparant la venue des Sombres Anciens... Il existe autant de rumeurs que de fées prétendant appartenir à la Cour de l’Ombre. La seule certitude est que la Cour Unseelie, les Maisons nobles Unseelie en particulier, en savent peut-être plus sur la Cour de l’Ombre qu’ils ne veulent bien le dire.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.