SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Connaissance > Cultures > Amérique précolombienne > L’empire aztèque
Contribuer

 Connaissance

L’empire aztèque

samedi 20 février 2010, par Daniel Danjean, Merin

Cem-Anahuac ("le Monde Unique")

A son apogée au début du XVIème siècle il reste quelques enclaves indépendantes dont Tlaxcala, république aristocratique et militaire farouchement opposée à Tenochtitlán.
Les gouverneurs aztèques sont installés avec de fortes garnisons aux places stratégiques aux frontières de l’empire.

Territoire aztèque

1. Tenochtitlán
2. Texcoco
3. Teotihuacan
4. Tula
5. Tlaxcala
6. Tlancualpican
7. Zempoala
8. Tehuacan
9. Acamepulco
10. Tuxla
11. Monté Alban
12. Oaxaca
13. Mitla
14. Tehuantepec
15. Palenque
16. Xoconochco
17. Uxmal
18. Chichen-Itza
19. Tulum
20. Tikal
21. Xicalango

Enclaves autonomes :
A. Metzititlán
B. Tlaxcala
C. Teotitlan
D. Yopitzinco
C. Tototepec

Les empereurs

Neuf tlatoani ont dirigé l’empire aztèque :
- Acamapichtli (?-1396) : doit reconnaître la suzeraineté du roi d’Azcapotzalco.
- Huitzilihuitl (1396-1417) : commence la conquête.
- Chimalpopoca (1417-1427) : conquiert Texcoco.
- Itzcoatl (1427-1440) : profite de la mort du roi d’Azcapotzalco pour libérer son peuple du joug de la ville voisine.
- Motecuzoma Ier (1440-1469) : entreprend de vastes conquêtes. Son frère Tlacaelel est le promoteur de la guerre fleurie.
- Axayacatl (1469-1481) : conquiert le royaume de Tlatelolco qui devient le quartier commercial de Tenochtitlán.
- Tizoc (1481-1486) : poursuit les conquêtes. Il meurt empoisonné suite à ses échecs militaires.
- Ahuitzotl (1486-1502) : l’empire atteint son apogée.
- Motecuzoma (1502-1520) : tente d’agrandir l’empire mais hanté par de mauvais présages il se réfugie dans le fanatisme religieux.

Deux souverains de Texcoco surent garder son influence à la troisième ville de la Triple Alliance qui devint la capitale intellectuelle de l’empire :
- Nezahualcoyotl : protecteur des arts et des sciences
- Nezahualpilli : mit en application les idéaux de son père.

Le gouvernement

Gouvernement aztèque

Le tlatoani
Son pouvoir était de source divine mais il était choisi par le Grand Conseil. Il devait remplir ses devoirs envers les dieux et protéger le peuple aztèque. Le cuiacoatl et les grands dignitaires étaient ses conseillers intimes.
A Texcoco, le tlatoani régnait sans ciuacoatl mais était entouré de quatre conseils : gouvernement et justice, finances, guerres et musique.

Le ciuacoatl ("femme-serpent")
Il organisait les expéditions militaires, rendait les jugements, remplaçait l’empereur absent, présidait le Grand Conseil pendant les interrègnes. Ce poste fut créé par Motecuzoma Ier.

Le Tlacocan ("lieu de la parole")
Ou Grand Conseil, était consulté avant toute décision importante et pouvait refuser jusqu’à trois fois une proposition de l’empereur. Ses membres étaient désignés par le souverain ou recrutés par cooptation.

Les grands dignitaires
On y trouvait les chefs de l’armée avec aux premières places le tlacateccatl ("qui commande les guerriers") et le tlacochocalcatl ("préposé à la maison des javelines").

Les fonctionnaires
Moins importants que les précédents, ils s’occupaient des différentes tâches administratives concernant la police, les greniers et magasins où s’entassait le tribut. Le uey calpixqui ("grand majordome") servait à la fois de préfet de la capitale et de ministre des finances.

Les guerres

Le surplus des récoltes (tribut et cultures intensives) dégagea un excédent de main d’oeuvre, rendant les hommes disponibles pour la guerre. Aussi les Aztèques se trouvaient presque constamment en guerre avec un état voisin. Outre les prisonniers capturés sur le champ de bataille, les vaincus devaient payer un tribut et fournir un contingent annuel de victimes à sacrifier.
Le nombre important des sacrifices favorisèrent les guerres fratricides.

Les guerres fleuries
En cas de paix prolongée on instaurait les "guerres fleuries" pour fournir des victimes aux dieux exigeants. On en profitait pour s’entraîner et pour montrer sa puissance en faisant de nombreux prisonniers. Ces guerres opposaient régulièrement les Aztèques et les Tlaxcalas, peuple qui resta toujours invaincu.

Guerrier aigle

Formation militaire
Rien n’est plus honorable que de mourir au combat ou offert aux dieux sur la pierre sacrifielle aussi dès 10 ans, le garçon commençait son instruction militaire. On lui rasait les cheveux, laissant juste une mèche sur la nuque.
A 15 ans il s’initiait au maniement des armes et on lui confiait de dures tâches pour l’endurcir. Puis avec d’autres novices il devait capturer un ennemi. Il pouvait alors couper sa mèche et devait désormais se battre seul, sans attendre d’aide et sans en donner.
A partir de 4 prisonniers il était récompensé par une part du tribut. Il pouvait ensuite accéder aux ordres aristocratiques des chevaliers de l’Aigle ou du Jaguar, ou à d’autres moins prisés (les Otontins et les Cuahchicqueh).
Ces ordres possédaient tous leur propre résidence à l’intérieur du palais.

Armes et protections
(voir article Aides de Jeu - Armes et accessoires)

La Triple Alliance et les déclarations de guerres
La Triple Alliance réunissait Tenochtitlán, Texcoco et Tlacopan.
En cas de conflit, trois délégations d’ambassadeurs représentant les trois villes se rendaient successivement dans les cités auxquelles la Triple Alliance s’apprêtait à faire la guerre. Mais peu à peu Tenochtitlán s’arrogea tout le pouvoir, Texcoco demeurant la capitale intellectuelle et artistique de l’empire.

Le tribut

(voir également Vie quotidienne - Commerce extérieur)
Les cités soumises payaient le tribut, ou impôt, une, deux ou quatre fois par an. Les calpixque, fonctionnaires impériaux assistés de scribes, tenaient à jour les registres et assuraient le transport des marchandises. Un calpixque était installé dans chaque province. Celui qui détournait les biens était puni de mort.
Tenochtitlán percevait 2/5 du tribut, Texcoco 2/5 également et Tlacopan le reste. L’empereur et les hauts dignitaires s’adjugeaient la part du lion.

Ceux qui ne pouvaient payer le tribut en denrées fournissaient des jeunes gens et jeunes filles.
Toutes les provinces donnaient des tissus de coton ou d’ixtle (fibre d’agave), des pipes et des vases en terre cuite, des bijoux, du miel, de l’encre, de l’encens, des champignons hallucinogènes, des dents de crocodiles, des cornes de chevreuil, des peaux de jaguar, des armes et des oiseaux vivants (ainsi que les serpents pour les nourrir).

Selon leur production elles versaient également :
- des céréales et des graines oléagineuses,
- du cacao, du coton, des plumes de perroquet et de quetzal (région tropicale),
- de la poudre d’or et des bijoux (Xoconochco, pays mixtèque),
- du cuivre,
- des turquoises (côte du golfe du Mexique et Oaxaca),
- du caoutchouc (pays des Olmèques),
- du papier ou amatl ,
- des cochenilles (Oaxaca),
- du bois de construction,
- du miel et du tecozauitl (terre jaune claire utilisée comme fard).
la numération chez les Aztèques

La numération

Les Aztèques figuraient par des points les nombres de 1 à 19, par des fanions le nombre de 20 et ses multiples. Ils exprimaient un nombre élevé, par exemple 8000, sous la forme d’un sac rempli de cabosses de cacao.

Numération aztèque

La vallée de Tenochtitlán

Vallée de Tenochtitlán

1. Tenochtitlán
2. Tepeyac
3. Tlacopan
4. Azcapotzalco
5. Tenayuca
6. Cuicuilco
7. Coyoacan
8. Itzapalapan
9. Culhuacan
10. Mexicaltzingo
11. Xochimilco
12. Chalco
13. Coatepec
14. Coatlichan
15. Huexotlan
16. Texcoco
17. Teotihuacán
18. Xaltocán
19. Zompango
20. Chapultepec

Les lacs :
A. Zumpango
B. Xaltocan
C. Texcoco
D. Xochimilco
E. Chalco

Les différents peuples

Peuples

1. Tenochtitlán
2. Texcoco
3. Tlaxcala
4. Monté Alban et Oaxaca
5. Tehuantepec
6. Palenque
7. Tikal
8. Chichen-Itza
9. Acamepulco



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.