SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Deadlands > Suppléments > Hundred Miles, récit et chronologie
Contribuer
Les participants

Deadlands

Hundred Miles, récit et chronologie

3 votes

dimanche 8 juillet 2012, par Choupa

Hundred Miles est un scénario mythique de la gamme Deadlands. Paru chez Casus Master, et non chez Pinnacle, il est très probablement le meilleur scénario commercial paru jusqu’ici. En voici la présentation et le récit accompagnés d’une chronologie des évènements destinée à faciliter la très dure maîtrise.

Présentation de l’ouvrage

Deadlands : Hundred miles & Years est une aventure de création française estampillée « Casus Master » (gage de qualité pour beaucoup) prévue pour Deadlands classic et sa version D20, les deux systèmes y
étant gérés avec les caractéristiques doublées de chaque PNJ. Il vous faudra prévoir environ quatre séances de 6 à 8 heures pour venir à bout de ce scénario plutôt long avec quatre joueurs et personnages aguerris. Le tout demande une préparation assez importante de la part du MJ pour être joué efficacement.

Hundred Miles & Years est un scénario campagne qui peut aisément être incorporé dans une campagne ou une saga, son placement géographique étant assez libre : dans un désert aride et pas trop loin de la
vallée de la mort.

La trame parle d’un village piégé dans le temps dont les événements horribles qui ont conduit à sa chute se répètent encore et encore. Les personnages seront pris au piège de cette spirale infernale et devront trouver
le point de levier qui leur permettra d’en sortir enfin. C’est un scénario à maitriser dans la dimension horreur de Deadlands. A ne pas mettre entre toutes les mains (certains détails ou situations peuvent choquer les âmes sensibles) il est bon d’insister sur le coté dérangeant des scènes macabres, faire ressentir la peur et l’horreur à vos joueurs. Mettez-les mal à l’aise, c’est typiquement fait pour ça.

Le livre commence par une description de l’intrigue générale avec un survol de l’implication des principaux PNJ puis propose des pistes pour intégrer un gang à l’aventure.

Suit l’introduction avec la découverte du camp de colons vide, les détails de la rapide enquête à mener pour vos joueurs jusqu’à l’entrée dans cette ville maudite qu’est Hundred Miles.

Quatre pages d’une rapide chronologie présentent ensuite les faits qui se dérouleront pendant chacune des journées.

Quarante-deux pages sont nécessaires à la description des abords de la ville ainsi que la ville elle- même : ses bâtiments principaux mais surtout les personnalités intéressantes et tous les PNJ secondaire que vos joueurs pourront rencontrer. Ce n’est pas moins de 25 noms polonais ou
hollandais (parfois imprononçables) qu’il vous faudra retenir ainsi que leurs psychologie et motivations. Créer des fiches pourrait s’avérer nécessaire ou au moins placer des marque-pages pour retrouver rapidement les passages importants.

La section suivante de quinze pages décrit en détail et heure par heure tous les événements que les personnages peuvent rencontrer, de l’assassinat au cannibalisme en passant par le viol, tout y est décrit. Concernant les passages importants, des solutions vous sont proposées pour que vos joueurs remédient aux différents problèmes que rencontre la ville et les légers changements que ces actions entraineront.

En annexe vous sont fournis un récapitulatif rapide des différents PNJ et leurs motivations, ainsi que les caractéristiques des principaux adversaires du gang. Deux plans légendés, un de la ville et un de la vallée complètent l’ouvrage.

Au final c’est un peu plus de 90 pages denses remplies d’informations à assimiler pour le MJ qui permettront de faire vivre l’enfer à vos personnages préférés.

Un récit de l’aventure

Je m’appelle Yuen Long Chan, je suis un chinois vivant dans le Weird West, un deuxième génération comme on dit. Mes parents sont pauvres et ne parlent pas l’anglais ou très peu, ou en tout cas ils ne le montrent pas. Ils n’aiment pas se mélanger aux cowboys. J’ai quitté la maison à mes 14 ans en espérant trouver mieux ailleurs. Un maitre en apparence sénile mais parfaitement cupide m’a appris le peu qu’il connaissait en kung-fu pendant les 2 ans où j’étais à son service. J’ai toujours pensé en avoir bavé pendant cette période mais maintenant avec le recul je me dis
que j’aurais mieux fait d’en profiter. Je peux vous raconter pourquoi mais pas dans les détails. C’est une sombre histoire que je n’aime pas me remémorer.

Durant mes années d’errance dans le Weird West j’ai rencontré des gens plus ou moins fréquentables, essayé de gagner ma vie par un honnête travail ou dernièrement en me vendant au plus offrant pour des boulots dangereux mais bien mieux payés.
Cette fois-ci je devais avec quelques uns de mes compagnons du moment escorter et protéger une jeune femme contre tous ceux qui lui voudraient du mal. Un boulot facile en somme. Cela pourrait faire l’objet d’un récit en soi mais une partie de notre voyage mérite qu’on s’y attarde plus longuement et c’est ce que nous allons faire. Nous avons trouvé Hundred Miles, une petite ville au milieu du désert mojave,
une oasis dans cette fournaise invivable. Mouais, ou pas …

Je voyageais avec cette femme donc, géniale inventeur et combattante émérite. Froide, dans les deux sens du terme. Un déterré comme on dit dans ce pays. Pas commode. J’étais accompagné par 2 gusses un peu étranges également. Des Hucksters, avec leurs sorts bizarres qui ne marchent que quand on n’en a pas besoin. L’un d’eux était un mage de guerre, l’autre un arnaqueur. J’ai oublié leurs noms, je crois qu’ils se confondaient mais je garde souvenir de leurs comportements respectifs : le combattant était jovial, curieux et un parieur compulsif, l’arnaqueur était hautain et méprisant, parlant peu. Autant dire que le groupe que nous formions dénotait pas mal dans ce paysage de cultivateurs.

Nous sommes arrivés un après midi près d’un campement qui semblait abandonné, mais de frais. Des traces indiquaient qu’un enfant et ses deux parents se trouvaient là un peu plus tôt et qu’ils sont partis dans des directions opposées. Nous avons pris le temps de nous désaltérer à la source qui coulait maigrement à proximité du camp puis nous sommes tous partis à la recherche de la fillette, comme nous
l‘ont appris les morceaux de robe déchirée que nous avons trouvé en chemin. Nous l’avons retrouvée perchée au sommet d’une colonne de pierre, à demi inconsciente. Elle s’appelait Maya Vinskovsky. La pauvre petite était déshydratée et hagarde. Nous n’avons pu l’interroger que peu avant la nuit. La gamine nous a raconté leur voyage depuis Viczienievska pour aller voir un cousin dans la vallée d’Hundred Miles
jusqu’à la disparition de ses parents, disparition précédée par un grrrrand bruit. Elle avait un accent terrible (elle roulait ses R de façon irritante) et difficile à comprendre et parlait d’une ville qui pousse comme des champignons. Le soleil ne l’a vraiment pas arrangée. Nous sommes également partis chercher ses parents mais sans succès. Les traces de pas se sont simplement arrêtées au milieu du chemin. C’est sur le retour, une fois la nuit bien avancée que nous avons compris ce dont elle parlait. Nous l’avons vue, cette ville qui pousse. Et entendue aussi. C’était comme si la vallée elle-même l’avait recrachée de ses entrailles. Le bruit était terrible, assourdissant et terrifiant. Un coup de mille tonnerres dont le son se transforme en un cri inhumain et déchirant. Puis tout est devenu calme sauf la source qui était devenu un torrent bruyant et un piano mécanique qui jouait seul au loin. Nous étions tous choqués mais l’arnaqueur a particulièrement mal vécu cette expérience. Il n’a pas cessé de parler de ce « piano du diable » comme il l’appelait. Sûrement pour oublier ce que nous avions tous vu. Après quatre heures de marche pour descendre dans la vallée et rejoindre le village surgi de nulle part nous sommes tombés sur les parents de la petite polonaise, hagards au bord de la route. La mère était
déjà folle, le père a refusé de reconnaitre sa fille, ils sont partis en courant. Nous nous sommes installés au saloon grand luxe. L’arnaqueur lui, a préféré dormir au relais de la Far Away and Back, le piano le dérangeait. Il nous a raconté plus tard que le tenancier était accueillant, même trop à son goût. Insistant même. J’aurais aimé voir ça.

Tout le monde a été tiré du sommeil vers six ou sept heures du matin par le brouhaha de la rue principale. Les rumeurs circulent vite, le fils d’un certain Borst Jalsky a été tué par un juif errant et la fille du maire a égorgé ses parents. Quel gentil petit village … Pendant que nous parlions à la population pour obtenir les détails macabres, une détonation a retenti au loin : on nous a expliqué que ça venait de la mine. La rivière s’est asséchée en quelques minutes, l’explosion a du détourner le cours l’eau. Un peu plus tard dans la matinée la rumeur de pénurie d’eau et de mort par la soif imminente s’est accrue en ville au point que les deux populations du village se sont entre-déchirées. Les polonais ont pris les armes et passaient à tabac les hollandais, accusés de posséder des réserves d’eau qu’ils ne partageaient pas. Etant étrangers à cet endroit nous nous sommes fait discrets une bonne partie de la journée, nous
n’avons pas voulu être mêlés à leurs affaires mais décidemment tout va très vite ici. Le juif errant a été lapidé par le père du jeune homme assassiné, puis pendu par le shérif devant la foule en délire. Le saloon à brûlé dans l’après midi et nous avons sauvé quelques unes des personnes présentes. Plus tard une bande de brigands mexicains a attaqué le village. La défense à laquelle nous avons pris part s’est organisée autour de l’hospice du médecin pour protéger un maximum de blessés. Le combat a été rude, ils étaient bien préparés et plutôt adroits. L’arnaqueur m’a raconté qu’il a entendu des bruits étranges venant d’une maison. En s’approchant de l’une des fenêtres il a aperçu un homme violer les douze enfants présents. Il l’a abattu, j’aurais fait pareil. Au final nous sommes tous morts dans l’explosion du General store.

La raison pour laquelle je peux raconter cette histoire ?

Après l’explosion, j’ai ressenti plutôt qu’entendu un énorme craquement puis le noir complet. Je crois que tout le monde a eu la même sensation. Nous nous sommes tous retrouvés indemne à l’entrée de la ville, quelques pas avant notre précédente rencontre avec les parents de la petite polonaise. Le village était comme nous l’avions trouvé la veille, comme si rien ne s’était passé. En fait, rien ne s’était visiblement passé mais tout allait recommencer à l’identique. Comment sortir de cette boucle infernale, maintenant ? Nous allions devoir revivre encore et encore les mêmes événements jusqu’à la fin de temps peut être. La joie de l’aventure n’était plus tellement de la partie. Finalement nous avons réussi à sortir de cette ville maudite, mais à quel prix ? Je sais aujourd’hui que quelque chose de malfaisant était à l’œuvre là bas mais il m’est toujours difficile d’en parler. Il n’y a eu que peu de survivants et beaucoup sont psychologiquement changés par cette aventure. Je n’ai jamais aimé en parler, encore aujourd’hui je ne vous livre pas tout, ce n’est pas quelque chose qu’on peut comprendre en l’ayant entendu de la bouche d’un autre. Il faut y avoir été pour saisir toute l’horreur de la situation, le cauchemar récurrent qu’était Hundred Miles, piégée dans le temps pendant toutes ces années.

Yuen Long Chan, mercenaire retraité

La chronologie des évènements

Ce document réservé au MJ est disponible en téléchargement


Encadrement arrondi
Les commentaires sur cet article

2013-04-10 13:26:51 - rodi

Mise à jour avec de nouveaux fichiers

2012-07-10 18:20:16 - rodi

tres pratique : 5/5

Encadrement arrondi
Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.

Cette rubrique du site de l'elfe noir utilise des marques déposées et/ou des droits d’auteurs qui sont la propriété de Black Book Editions et de Pinnacle Entertainment Group comme l’y autorisent les conditions d’utilisation de Black Book Editions. Cette rubrique n’est pas publiée par Black Book Editions ou Pinnacle Entertainment Group et n’a pas reçu son aval ni une quelconque approbation de leur part. Pour de plus amples informations sur Black Book Editions, consultez www.black-book-editions.fr