SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Donjons & dragons > Scénarios > Planescape : un petit contrat à Maudith
Contribuer
Les participants

Donjons & dragons

Planescape : un petit contrat à Maudith

mardi 5 juin 2007, par Achernar

Maudith, la cité prison, ses murs de lierres-rasoirs, ses trahisons, son portail vers les Carcères, nul ne peut vivre dans un tel lieu sans le haïr. Pourtant les personnages , poussés par une nécessité impérieuse, une soif de commerce inextinguible ou une autre raison que la raison ignore viennent d’arriver en ville.

Dernièrement G’reth’en Rehl s’est distingué dans le conseil d’administration de la ville. Il a acquis à force de cupidité, de violences et de trahisons une mainmise respectable sur la cité, en retournant en sa faveur un glissement de Maudith vers les Carcères. Un tel coup d’état lui a valu de nombreux ennemis, notamment parmi les tanarii qui avaient provoqués ce glissement. Ainsi comme tous les dirigeants de Maudith, G’reth’en Rehl a sombré dans la paranoïa.

Les personnages s’apercevront rapidement d’une des conséquences les plus sympathiques de cette paranoïa : Si n’importe qui peut entrer en ville, seuls les personnes dûment accrédités par l’administration peuvent sortir autrement que par le portail. Si les personnages ne souhaitent pas visiter le joyeux plan-prison des Carcères, ils devront s’acquitter de cette formalité administrative. Pendant qu’ils découvrent les délices de l’administration des Carcères, un certain Johansen de Zephyr proposera génereusement d’accélérer ses formalités dispendieuses en temps, en échange d’un petit service. Si les personnages hésitent Johansen n’hésitera pas à mettre en avant tant la possibilité d’une récompense dispendieuse que la lourdeur de l’administration de Maudith. S’ils acceptent, Johensen les mène jusqu’ à une demeure cossue dans le deuxième cercle de la ville.

Là, Johansen explique qu’il est prêt à faire jouer ses nombreux contacts dans l’administration, pour peu que les personnages l’aident à récupérer une épée. Sur ce, une jeune et jolie demoiselle, entre dans le salon de Johansen. Johansen la présente comme sa fiancée, mais la jeune demoiselle semble pour le moins réservée à son sujet. La différence d’âge y est sans doute pour quelque chose. Une fois convenablement présentée par son fiancé, Tholerian s’inquiètent vivement des compétences des personnes sensés récupérées son épée. A la moindre hésitation ou interrogation des personnages, Tholerian s’épandra longuement sur le déshonneur qui s’est abattue sur sa famille depuis que l’épée a été dérobée par le père de G’reth’en Rehl , et sur la nécessité, absolue, qu’elle, dernière héritière de l’épée, la récupère.

Dérober le bien d’un conseiller paranoïaque devrait faire réfléchir à deux fois toute personne sensée. Mais même G’reth’en Reh, ne peut prévoir que l’on en veuille à l’épée de son père, et ce d’autant plus que cette arme n’a qu’une valeur sentimentale. C’est du moins ce que prétend Johansen de Zephyr.

Si les personnages se laissent fléchir par la richesse et l’influence de Johansen, ou par le charme et l’éloquence de Tholerian, Johansen leur laissera carte blanche pour régler cette affaire, même si Tholerian insistera pour récupérer son épée pour son vingtième anniversaire, dans deux semaines. Ce sera donc aux personnages d’exploiter les innombrables rancoeur contre G’reth’en Reh afin de retrouver l’épée de Tholerian suffisamment rapidement. Sauf s’ils préfèrent confronter leurs indéniables talents pour les cambriolages de haut vol avec la paranoïa d’un conseiller de Maudith. Mais ils pourraient également préfèrer essayer de s’enfuir avec les fonds mis à leur disposition par Johansen. Dans ce cas, ils s’apercevront que ni Johansen ni Tholerian ne leur font confiance et qu’il n’est pas dans leur intention de laisser leurs petits secrets disparaître dans la nature. Et que la personne la plus redoutable des deux n’est pas forcément, celle que l’on croirait au premier abord.

En effet, Johansen est loin d’être dupe de l’amour immodérée que lui voue sa jeune fiancée ; s’il souhaite acquérir l’arme, ce n’est qu’ afin d’obtenir un moyen de pression sur elle. Il a donc engagé pour sa part une des nombreuses bandes de sicaires de Maudith afin de surveiller les personnages. Leur mission : espionner les contacts entre les personnages et Tholerian, empêcher les pjs de remettre l’arme directement à Tholerian. Du moins, telles sont les ordres de Johansen. Mais cette fois ci, la récompense n’a pas réussi à satisfaire la cupidité de la bande. Elle a donc décidée de dérober l’arme aux personnages après le cambriolage, afin de faire chanter Johansen.

Pour sa part, ’’la jeune et jolie’’ Tholerian est bien plus désespérée que ne le conçoit son fiancé. ’’Elle’’ ne reculera devant rien pour récupérer le Ge’lewran, le joyau de pommeau de l’épée du père de G’reth’en Rehl. Après tout son honneur de pire escroc des arcanaloths est en jeu. Le père de G’reth’en Rehl n’aurait jamais du mettre la main de cette pierre, si ce n’était cette suite incroyable de coïncidence, probablement orchestré par un rival inconnu. Le contrat était parfait, il n’y avait qu’une chance sur deux trillions soixante quinze milles que la clause 671.z entre en compte simultanément avec la clause 21.a. Pourtant c’est ce qui est arrivé. Et il a fallu cinquante ans pour retrouver la trace de la pierre.

Pour réparer son honneur discrètement, Tholerian a décidé de se servir de Johansen et d’une apparence de ’’jeune et jolie demoiselle’’ achetée à vil prix à une succube. Elle s’est même adjoint les services d’une compagnie de démombres et de tieffelins assez côtés sur la Gaste, en échange de quelques âmes excédentaires. C’est à dire, si le retour sur investissement lui tient à coeur. D’autant plus qu’un contrat majeur nécessite qu’elle remette la main sur le Ge’lewran d’ici deux semaines, pour la reprise du siège de N’goreh. Malheureusement, depuis l’attaque des tanarii, la sécurité de la demeure de G’reth’en Rehl a était renforcé par de nombreux sceaux d’interdiction d’une rare efficacité contre les fiélons. Les locaux étant aussi peu fiable que des yugoloths, il ne reste donc plus que les personnages pour oser s’en prendre au conseiller et lui apporter le pommeau.

Si possible Tholerian essaiera de négocier directement avec les personnages afin qu’ils lui remettent en main propre l’épée. Ce qui n’empêchera pas sa compagnie de mercenaire d’essayer de dérober l’épée alors même que Tholerian est en pleine discussion avec les sicaires embauchés par son ’’fiancé’’. Le tout s’en que personne à Maudith ne commence à se douter de son identité. Pour cela Tholerian fera tout son possible pour éviter les contacts avec d’autres fiélons ou des paladins.

Mais ce qu’elle ignore, c’est que son propre fiancé, même s’il a déchu depuis longtemps, fut autrefois un représentant de cette noble engeance. D’ailleurs, une de ses anciennes bannière commence à briller d’une bien étrange manière.

Indépendamment des actions des personnages, la ville commence à s’agiter. Des rumeurs commencent à circuler comme quoi un gros coup se prépare contre le conseiller G’reth’en Rehl. Les rumeurs sont juste suffisamment vague pour réussir à inquiéter les personnages. Mais s’ils prennent le temps de sonder plus en avant, ils s’apercevront que dernièrement un groupe de tanarii s’est infiltré en ville. Il se dit même que les félons n’ont pas appréciés que G’reth’en Rehl profite de leur glissement. D’ailleurs, il se pourrait bien que G’reth’en Rehl soit une des rares personnes à ancrer durablement Maudith dans l’outreterre.

Reste à voir comment les personnages arriveront à sortir leur épingle du jeu. Du moins, s’ils ne préfèrent pas plonger dans le portail vers les Carcères pour échapper à ce règlement de comptes.

P.-S.

Le OuJiDiRéPo se trouve ici !



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.