SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Dune > Aides de jeu > Arrakis - Situation politique
Contribuer
Les participants

Dune

Arrakis - Situation politique

[aide de jeu]

samedi 5 octobre 2002, par Sigfrid

Les forces en présence et les objectifs

L’empereur Padisha Shadam IV

Pour l’impérium, Arrakis est la source de l’Epice. L’Epice est source de revenus importants. L’Epice est un moyen de contrôle et de pression sur les différentes maisons, y comprit sur le Lansraad. Rien de plus. Certes, quelque attention est portée aux indigènes de cette planète, mais ils sont si peu nombreux que l’impérium ne les considèrent pas comme un danger. En fait, l’impérium souhaiterait surtout faciliter la vie sur cette planète hostile (afin de faciliter l’exploitation d’Epice) et surtout en savoir plus sur l’Epice. C’est pour cela qu’un planétologiste, Pardot Kynes, avait été envoyé sur place pour voir ce que l’on peut tirer de plus sur cette planète.

Le jeune Padisha Shadam IV (25 ans), qui vient de succéder à son père, ne s’intéresse que de loin aux fremens. Pardot est son lien pour tout ce qui a trait aux recherche sur Arrakis et doit lui rendre compte de temps à autres de ses avancés. Le compte Fenring sera son lien pour toutes les questions politiques. Les fremens ne seront qu’indirectement en contact avec l’impérium, sauf s’ils mettent à mal la production d’Epice.

Vis à vis des autres maisons, ce sont les harkonnens qui ont les faveurs de l’imperium depuis 33 ans, sous le règne de Elrood IX, père de Shaddam et 80ème de la lignée de Corinno. Le jeune empereur se satisfait des résultats des harkonnens, même s’il ne leur fait pas confiance. Il n’a pas encore l’intention de changer cela pour l’instant, mais il tient bien entendu à garder sous sa coupe cette planète, aussi bien politiquement que financièrement.

Comte Hasimir Fenring

Le compte Fenring est cousin de la famille des Corrino. Grand ami de Shaddam et vraisemblablement responsable de l’empoisonnement du père de celui-ci. Il a été dépêché en toute discrétion sur Arrakis depuis l’accession au trône de Shaddam. Son rôle officieux étant celui d’un Agent Impérial, afin de garantir les intérêts de la maison impériale sur Arrakis. Agé de 26 ans et déjà affûté aux ruses de la politique et du pouvoir, le but de Fenring va être de servir l’imperium, surveiller les harkonens dans l’ombre et veiller à ce qu’ils ne contrarient pas les plans de l’imperium. Dans un désire plus personnel, il tient à découvrir à quel point les Bene Gesserit se sont implantés sur la planète et peut-être percer le mystère du nombre de Fremen.

Les fremens auront ainsi plus directement à faire aux agissements de Fenring, ou plus précisément à ses agents qui tenteront d’infiltrer le réseau Fremen. Il agira sans tenir compte de Pardot qui n’a même pas connaissance de la présence du compte.

Guilde des navigateurs

Hautement concernés par l’Epice, les navigateurs surveille de près la situation sur Arrakis. Cependant, ils sont loin de se douter de l’importance que vont prendre les travaux de Pardot Kynes. D’ailleurs ceux-ci ne sont pas encore suffisamment avancés pour nécessiter la protection permanente de la Guilde et l’interdiction de survol par satellite, mais cela ne saurait tarder, les fremens se préparent en ce sens et amassent l’Epice.

La Guilde va bientôt fournir une aide précieuse à la dissimulation des travaux Fremen, mais pour l’instant elle se montre distante vis-à-vis de ces fremens qui ne sont que poignée à ses yeux.

Bene Gesserit

Comme sur la plupart des planètes primitives, le Bene Gesserit y a distillé des croyances et des mythes par l’intermédiaire de la Missionara Protectiva. Plus que partout ailleurs, l’ordre du Bene Gesserit a voulu créer un havre de secours pour les membres de son organisation si l’une des Révérendes Mères venait à échouer sur cette planète ou pour s’y réfugier en cas de problème majeur. Pour se faire, elles ont introduit l’idée dans les mythes fremen que le Mahdi sera enfanté par une Bene Gesserit. Elles ne savaient pas encore à quel point elles avait raison.

Vis à vis des fremens, les Bene Gesserit ont deux attitudes. La première est celle de la Missionara qui se charge d’entretenir les croyances. Les révérendes mères font parti des communautés Fremen depuis bien longtemps, à tel point qu’elles possèdent également les yeux de Ibad. Elles sont les garantes de la religion et des rites. Elles ont un rôle important, car elles peuvent transmuter l’Eau de la Vie et permettre ainsi l’orgie du Tau. Elles sont respectées par les fremens.

Le reste de l’ordre Bene Gesserit possède bien peu de contact avec la Missionara Protectiva. Si une Bene Gesserit externe venait à venir dans une communauté Fremen, elle n’aurait pas de mal à se faire accepter à partir du moment où on lui a laissé le temps de montrer qui elle est. Mais le Bene Gesserit (hors Missionara) n’a pas lieu de s’intéresser plus que cela aux fremens. Ces derniers sont considérés comme une communauté primitive, capable de leur donner asile, mais rien d’autre.

La CHOM

Immense cartel ayant le quasi monopole du commerce, non seulement sur Arrakis, mais également dans tout l’Impérieum. Tout type d’exploitations doit passer par la CHOM pour vendre ses biens. La CHOM fixe les prix et peut provoquer des embargos économiques sur certains produits ou certaines planètes.

La CHOM est composée d’un directorat pour le vote des différentes décisions. L’empereur possède une large majorité des parts et peux en distribuer à certaines maisons. Arrakis abritant la matière la plus précieuse de l’univers, à savoir l’Epice, il est de tradition que chaque exploitant d’Arrakis possède des parts dans la CHOM, afin d’intéresser la maison choisie aux bénéfices réalisés par son exploitation. Les harkonnens étant désignés comme exploitant, il possèdent donc des parts dans la compagnie, tout comme d’autres maisons.

Les Harkonnens

L’une des maisons les plus importantes du Lansraad et bien entendu l’une des plus riches depuis 33 ans qu’elle gère l’exploitation d’Epice sur Arrakis. Le baron Vladimir Harkonnen, âgé de 49 ans est déjà redoutablement rusé. Malgré les importants revenus apportés par l’Epice (dû aux part dans la CHOM), les harkonnens n’ont pas encore réussi à amasser de gros stocks d’Epice, mais le baron intrigue pour pouvoir se constituer ses propres stocks tant qu’il est aux commandes de Arrakis. Entre autre, il tente des contacts avec les contrebandiers pour l’extraction d’Epice à son propre compte.

Quant aux rapports entre les harkonnens et les fremens et bien il n’est pas très bon. Les harkonnens les pourchassent et les exterminent, pire que du bétail. Pour les harkonnens, les fremens sont des parasites, empêcheurs de tourner en rond et qui contrecarrent en permanence leurs projets d’exploitation.

Contrebandiers

Outre la Maison qui a été élue par l’empereur pour l’exploitation de l’Epice, il existe une autre corporation qui exploite la précieuse matière. Ce sont les contrebandiers. Ils agissent clandestinement, en marge de la CHOM et donc des bénéfices de l’empereur. Le transport se fait sur des frégates sans licences payées à la Guilde des Navigateurs. La Guilde ne dévoile bien entendu pas ce genre d’information.

Vis à vis des fremens, les contrebandiers ne leur porte qu’un intérêt sommaire. A leurs yeux ils s’en servent pour repérer les sables à Epice. Ils ne pensent pas qu’ils soient très nombreux et les considèrent comme arriérés. Ceci ne les empêchent pas de travailler de concert dans la zone d’exploitation avant le désert profond. Après tout, les fremens vont avoir besoin des contrebandiers pour payer la Guilde et une grande partie de l’exploitation des contrebandiers dans un futur proche sera au bénéfice des fremens.

Attitude Fremen envers les forces en présence

Les fremens ont naturellement une attitude méfiante et réservée envers tout étranger à la planète. Malheur à ceux qui se perdent dans le désert, les jolitres que renferment l’eau de leur corps fera le bonheurs des fremens qui les trouvent.

Commençons par les communautés pour lesquels les fremens nourrissent le moins d’antagonisme. A savoir les pyons. Les paysans des creux et sillons au sein du Bouclier. Les fremens se mélangent fréquemment à eux et peuvent également s’unir avec cette population qui vit généralement depuis de nombreuses années sur Arrakis, quand elle n’est pas tout simplement d’origine Fremen. Sans pouvoir politique important, ils subissent tout comme la communauté Fremen du désert le joug des harkonnens. Les fremens possèdent donc des contacts, à défaut de véritables amis, au sein de cette population, ce qui reste très pratique et nécessaire pour pouvoir surveiller et infiltrer les places de pouvoir que sont Carthag (politique et militaire) ou Arrakeen (commerce).

Les sorcières du Bene Gesserit sont également les bienvenues. Respectées par toute la communauté, n’importe quelle Bene Gesserit pourra trouver refuge au sein de la communauté Fremen si besoin est. De temps à autre, il est également possible que les fremens demandent à une Bene Gesserit de se joindre plus définitivement à la vie d’un sietch. Ce que certaines acceptent parfois afin d’assurer la continuité dans les croyances Fremen, même si plus généralement, la Missionara Protectiva se charge d’envoyer de nouvelles révérendes mères à cette fin.

Les contrebandiers sont acceptés, voire seulement tolérés. Ils sont conscients du peu de considération que leur porte ces derniers, mais ne leur montre pas en retour. Les contrebandiers pensent se servir des fremens pour trouver les sables à Epice et les fremens commencent à se servir des contrebandiers pour prendre leur part dans l’exploitation de l’Epice. C’est que les plans de Pardot Kynes concernant la mutation d’Arrakis risque de ne pas plaire à tous et acheter le silence (ou plutôt l’aveuglement) de la Guilde n’est pas gratuit. Les fremens tolèrent donc les contrebandiers, sans relation plus poussée autre que l’intérêt politique et commercial.

La Guilde des navigateurs est perçue comme un intermédiaire indispensable pour arriver à leur fins. Les fremens ne les côtoient normalement que très peu, mis à part les fremens qui doivent réaliser les premiers contacts et les futures transactions.

L’Impérium n’est pas particulièrement apprécié. C’est que les fremens n’ont pas oublié leur histoire, l’orgie Tau est là pour leur remémorer les choses. Cela dit, l’impérium est le maître politique de cette planète et l’empereur met à disposition des fremens du matériel bien utile. C’est grâce à Pardot Kynes, de part sa mission et ses expériences, qui a réussi à amener l’empereur à fournir le nécessaire pour les bases avancées que sont les stations botaniques. Certaines d’entre elles ont d’ors et déjà étés scellées avec tout leur matériel dedans et sont jalousement gardées par les fremens. Officiellement, elles ne peuvent être ouvertes que par ordre de l’empereur. Officieusement, elles abritent des expériences en cours nécessitant de longs temps de développement en autonomie...

La CHOM est ignorée des fremens. Ils ne traitent pas par son intermédiaire, préférant les contrebandiers pour dissimuler leur activité.

Les harkonnens en revanche ne sont pas ignorés eux ! Ils en ont fait leurs ennemis. Le mépris des harkonnens pour les fremens et les massacres qui en découlent ont braqués la population du désert contre eux. C’est avec une haine farouche que les fremens ne manquent de prendre l’eau de leur corps des soldats harkonnens quand ils en ont l’occasion...



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.