SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Fiction > Littérature > Vos textes > Fantastique > Abîme du Temps
Contribuer

 Fiction

Abîme du Temps

lundi 28 août 2006, par MrSel

Le 13 mai 19..

Cher Professeur,

L’intuition de Mallory était exacte ! Les premiers carottages que nous avons effectués près d’Odense ont été très engageants. Le tumulus que nous avons testé pourrait remonter à 3000 ou 3500 ans avant Jésus-Christ. L’équipe a recueilli des fragments de pierres noircies au feu sur toute la périphérie de l’édifice à quelques mètres seulement sous la surface, et cela quelques jours seulement après le début du chantier.

Je me réfère à votre ouvrage sur le peuple Beaker pour trouver l’entrée du tumulus. Celui-ci a une hauteur actuelle de 45 mètres environ, ce qui, selon vos calculs, pourrait correspondre à une hauteur au moment de la construction de plus de 70 mètres ! Le diamètre à la base est d’environ 180 mètres, ce qui semble en cohérence avec la hauteur actuel et les techniques de constructions frustres de l’époque. S’il ne s’agit par des Pyramides, ce tumulus correspond probablement au plus grand édifice de l’époque actuellement connu.

Je vous enjoins de nous rejoindre rapidement, afin de nous éclairer sur l’interprétation de cette découverte majeure de cette fin de siècle. Néanmoins, les autorisations d’exploitation du site étant très restreintes dans le temps, nous prendrons toutes les décisions qui nous permettront de profiter pleinement de cette occasion formidable.

Respectueusement,

S.

***

Le 21 mai 19..

Cher Professeur,

Le temps sur l’île de Fionie s’est largement amélioré, mais ce sont désormais les moustiques qui ralentissent le rythme de notre exploration. Mais quelle exploration fabuleuse !

J’ai trouvé l’entrée du tumulus grâce aux indications de votre dernière lettre, en prenant bien garde à intégrer la dérive de l’orbite terrestre. Cooke a été d’une aide précieuse dans l’établissement des calculs orbitaux. Je suis positivement ravi de vous annoncer que votre méthode nous a amenés directement sur la porte de l’édifice. Il s’agit d’une massive porte de pierre construite sur le modèle traditionnel du portique : deux montants massifs surmontés d’un linteau d’un seul bloc et complétés par une pierre plate plus petite au centre en guise de battant. Toutes ces pierres étaient parfaitement intactes. Nous avons manœuvré avec précaution pour ouvrir le tombeau sans briser la pierre centrale, ce qui nous a coûté près de deux jours pleins et les efforts de toute l’équipe. La renommée du site a apporté un flot de bénévoles qui nous prêtent main-forte et qui nous sont d’une aide plus que précieuse. J’essaie par tous les moyens de ne laisser filtrer que les informations absolument nécessaires, mais il faut reconnaître qu’il ne se passe rien sur cette île et que nous représentons une occasion de divertissement inespérée pour ces pauvres Frisons (un doute me ronge, sont-ils réellement de race frisonne ?).

La pierre-battant a été amenée sous abri pour un examen aussi complet que nous le permet le laboratoire mobile prêté par les Anglais. Les premières conclusions sont incroyables. Cette porte était peinte, et Kay est certaine que plusieurs pigments différents ont été utilisés. Par ailleurs, certaines formes ont été gravées au verso de la pierre, des formes régulières et répétitives, non figuratives. Vous savez mieux que moi, Professeur, que cela veut très probablement dire une écriture. Les conséquences de la découverte d’une écriture aussi ancienne qui ne soit pas rattachée au groupement égypto-babylonien seraient gigantesques. Le Docteur Silberkniz (l’expert allemand imposé par l’Union européenne, je vous le rappelle) entrevoit déjà des connexions avec la civilisation étrusque dans certaines formes.

Pour l’instant, nous ne sommes que trois à connaître cette information, mais je ne sais pas combien de temps je pourrais maintenir un voile de mystère tant les enjeux sont énormes - et dépassent de loin les ridicules prises de bec entre gouvernements.
Le tunnel principal, en revanche, est bouché en grande partie par des accumulations de terre, malgré une démarcation franche des murs latéraux bien conservés. L’excavation de ce tunnel a commencé deux jours plus tôt, et je vous conjure de laisser toutes affaires courantes en suspens pour vous joindre à nous et participer à cette grande aventure moderne. Professeur, je comprendrai sans amertume que vous jugiez mon excitation comme étant le produit infantile de mon inexpérience, mais je vous implore de vouloir croire à ma conviction ainsi qu’à la chance extraordinaire qu’il nous est donné de vivre ces instants formidables.

Respectueusement,

S.

***

Le 25 mai 19..

Cher Professeur,

Je suis extrêmement content de vous savoir en partance imminente pour nous rejoindre sur le Vieux Continent et je vous remercie de vos conseils quant à la conduite des opérations en votre absence.

J’ai parlé directement avec les représentants des bénévoles et ils semblent comprendre nos impératifs de discrétion. Ils se sont engagés à un silence total et ont repris rapidement un travail opiniâtre sur le site. Le Docteur Silberkniz m’a d’ailleurs contredit, ils ne sont pas d’ascendance frisonne.

Je me vois dans l’honnête obligation d’ailleurs de tempérer mes propos précédents. Les signes dont je parlais précédemment ont été identifiés comme des pictogrammes celtes bien postérieurs à la période supposée de l’édifice. Mais cela ne correspond pas à l’architecture observée. Kay suppose qu’il s’agisse d’un édifice qui aurait été réutilisé ultérieurement. La valeur de l’édifice en lui-même semble donc être moins importante que prévue, si le contenu a été pillé et potentiellement modifié par des peuplades aussi tardives. La discrétion sur ce site est donc d’autant plus importante qu’il serait maladroit d’annoncer une découverte du siècle si elle n’en a pas la portée. Les Européens n’attendent que ce genre de prétexte pour nous clouer au pilori. Kay insiste pourtant pour rendre nos observations publiques et pour faire ainsi débloquer des fonds dès cette année, mais sa position est minoritaire au sein de l’équipe.

L’excavation continue rapidement, grâce à la passion des bénévoles locaux. Nous avons dégagé la première salle du complexe souterrain. Actuellement, l’équipe est divisée en deux groupes : le premier continue de dégager le couloir principal et le second s’occupe de faire des fouilles dans la première salle.

J’attends avec impatience de pouvoir vous présenter nos premiers résultats.

Respectueusement,

S.

***

Le 26 mai 19..

Cher Professeur,

Je vous écris sans attendre votre réponse pour vous faire savoir que nous avons découvert un crâne humain dans la première salle cette après-midi ! L’état de conservation est parfait et le reste du squelette est lentement mis à jour.

Selon mes premières observations, il s’agit probablement du corps d’une jeune femme d’une quinzaine d’année. Le lieu ne comporte aucun artefact malheureusement, et le squelette ne porte aucune marque particulière, ce qui semble indiquer une mort naturelle.

Respectueusement,

S.

***

Le 28 mai 19..

Cher Professeur,

Je regrette amèrement les difficultés administratives qui vous retiennent à Londres. Croyez bien que nous souhaitions tous que vous puissiez rapidement vous joindre à nous, d’autant que l’équipe est amoindrie depuis l’accident de Kay. Sa jambe va mieux, mais elle reste à l’hôpital à Odense sous surveillance médicale étroite. Cela me peine de le dire, mais ce repos forcé me paraît être une bonne chose car sa passion des fouilles l’a amenée à être chroniquement surmenée et psychologiquement fragile, les découvertes de la première salle funéraire n’arrangeant pas son équilibre. Quant au reste de l’équipe, nous soignons nos démangeaisons de piqûres de moustiques comme nous pouvons.

Car la première salle est une véritable salle funéraire. Avec le premier squelette découvert, nous avons mis à jour d’autres ossements qui devraient correspondre à une douzaine d’individus. Quelques observations surprenantes ont occupé de longues discussions théoriques au sein de l’équipe :

1. Tous les squelettes sont des squelettes de jeune femme, entre douze et vingt ans.

2. Certains squelettes portent des traces de mort violente : vertèbres tranchées, membres inférieurs ou bassin brisés.

3. Un squelette nous mène à penser qu’au moins une de ces jeunes femmes a été enterrée vivante : sa posture affaissée, assise contre un mur, est en contradiction puissante avec les rites funéraires observés en Europe et suggère donc une mort lente.

4. Enfin, quelques artefacts ont été exhumés. Il s’agit d’artefacts d’ornement typiquement proto-celtes, fibules simples, torque en bronze.

Je n’ai pas la prétention de vous rappeler qu’il s’agirait peut-être du premier cas d’enterrement de concubines dans un tumulus en Europe. Mais les observations ne forment que des hypothèses, pas de conclusions. Néanmoins, tous les éléments présents portent à croire que toutes ces femmes ont été enterrées là sur une courte période de temps, par une ethnie celte ou proto-celte, probablement vers 1000 ou 1200 ans avant notre ère et que la multiplicité des causes de la mort rappellent les rites funéraires des autres civilisations avec sacrifice rituel des compagnes.

Vous aurez aussi compris que s’il s’agit là des compagnes, le chef celte doit se trouver dans une salle suivante et que donc, cela élimine la possibilité d’un complexe funéraire Beaker.

Je viens de parler avec un des bénévoles locaux (je ne me rappelle pas de son nom ; il est étrange de noter que tous les hommes de la région présentent des ressemblances frappantes, alors que les femmes sont toutes très dissemblables) qui va être envoyé à Londres pour tenter d’accélérer les procédures administratives. Il semble très sûr de lui, et je lui fais confiance : que les Européens se débrouillent entre eux et qu’il nous laisse dépenser notre argent comme nous l’entendons !

J’allais oublier : le deuxième groupe vient de mettre à jour deux autres pièces connexes dans le complexe. Le tunnel principal s’enfonce encore, ainsi que deux tunnels latéraux.

Respectueusement,

S.

***

Le 29 mai 19..

Cher Professeur,

Je suis ravi d’apprendre que vous pourrez nous rejoindre pour le 1er juillet. L’attente doit vous peser presque autant que la bureaucratie du Vieux Monde. Je suis au regret de vous annoncer que Kay Winslow a été transférée d’urgences à Paris, à l’hôpital de la Salpêtrière. Son état s’est brusquement dégradé hier et elle a été emmenée par les services sanitaires internationaux vers la France. C’est d’autant plus regrettable qu’elle allait mieux et comptait revenir sur le site et poursuivre les fouilles, quand bien même elle aurait eu besoin de béquilles !

Nous avons temporairement arrêté les fouilles dans la première salle funéraire : d’autres squelettes affleurent dessous ceux que nous avons déjà mis à jour, mais nous ne disposons pas du temps et de gens qualifiés en nombre suffisant pour exhumer complètement les squelettes sans les mélanger. Nous les avons protégés et avons concentré nos efforts sur les salles 2 et 3. Et elles se sont révélées exceptionnelles.

Les analyses effectuées sur la terre de remblais du couloir entre la salle 1 et les salles suivantes tendent à prouver que la majeure partie de cette terre était déjà là quant la première salle a été utilisée par les Proto-Celtes. Ce qui a aiguisé notre curiosité. Et bien, Professeur, je suis fier de vous annoncer que nous avons déjà mis à jour une vingtaine de squelettes dans les salles 2 et 3. Les bénévoles locaux nous ont bien aidés, ils apprennent étonnamment vite et ont une application et un soin presque religieux à la tâche. Certains manient les balais et pinceaux pour dégager la terre mieux que je ne le ferais.

Découverte étonnante : tous les squelettes sont des squelettes de jeunes femmes, d’une moyenne d’âge de quinze ans environ. Professeur, je crois qu’il nous faille réviser notre jugement précédent : nous ne sommes probablement pas devant un sol funéraire ordinaire consacré à un chef de tribu, ni même à une dynastie régnante, mais plus vraisemblablement devant un culte entièrement composé de prêtresses. Je ne prétends pas posséder votre connaissance, mais je n’ai jamais entendu parler d’un tel culte dans cette région. Le Docteur Silberkniz espère y voir une corrélation avec ces cultes grecs et romains qui étaient la garde exclusives de prêtresses. Ce fameux Docteur veut voir des correspondances partout...

Comme dans la première salle, on trouve des squelettes qui portent des marques de mort violente, d’autres qui ne portent aucune indication particulière, enfin certains sont probablement de squelettes de jeunes filles enterrées vivantes.

Mais ce n’est pas tout ! Quelques artefacts ont été trouvés sur place, essentiellement des fragments de poterie. Mais ce n’est pas le plus surprenant : les artefacts qui ont été découverts sont clairement des artefacts de la période Beaker ! Le style des poteries est très épuré, ce qui semble indiqué une antériorité certaine, peut-être 3300 ou 3400 avant notre ère. Non seulement nous sommes en présence de ce qui a été probablement un tumulus consacré à une religion uniquement exercée par des femmes, mais il s’agirait d’une religion (ou au moins d’un culte de cette religion) qui aurait traversé les âges et résisté aux flux migratoires importants de la région sur plus de 2000 ans !

Professeur, comme les jours doivent vous paraître longs à mesure que vous découvrez mes lettres. Selon mes calculs, vous devriez recevoir cette lettre au moment de partir.

Fidèlement,

S.

PS : je vous dois une confession : est-ce à cause de cette découverte ahurissante ou bien est-ce l’isolement d’avec les Etats-Unis, mais je me sens irrémédiablement une attirance pour une certaine personne locale...

***

Le 31 mai 19..

Cher Professeur,

Je suis absolument stupéfait d’apprendre les circonstances de votre accident. Toute l’équipe se joint à moi pour vous souhaiter le plus prompt rétablissement possible. Tout le monde ici est très choqué d’apprendre que vous ayez été pris dans un accident de voiture de cette nature. Qui plus est, je n’ai pas très bien compris : m’avez-vous bien écrit dans votre lettre précédente que le corps de votre accompagnateur n’a pas été retrouvé ? J’ai certainement dû mal interpréter votre phrase, tant cet événement semble saugrenu.

Vous êtes désormais en Allemagne, et je pense les médecins allemands très compétents et capables de vous soigner. Pas comme ces Français ! Imaginez-vous qu’ils n’arrivaient pas à avoir un diagnostic définitif à propos de Kay et de sa baisse de santé ? Elle a été rapatriée vers la Nouvelle-Angleterre, où les praticiens américains auront tôt fait de la rétablir.

Les équipes d’excavation ont complètement dégagé la salle finale du tumulus. Il s’agit d’une salle basse, circulaire d’une demi-douzaine de mètre de diamètre. Le sol de cette salle est plus bas que le niveau du sol à l’extérieur de presque 5m. Cette chambre finale est pratiquement sous la pointe du tumulus, mais Cooke pense que l’écart provient d’une érosion due au vent dominant d’ouest. Les parois sont en grès d’une teinte rosée, dont le docteur Silberkniz m’apprend qu’il ne peut être exploité à moins de 1000km d’ici. Cela implique donc des relations commerciales à long rayon, celles-là mêmes qui ont été supposées après les dernières recherches géologiques effectuées à Stonehenge.

Le travail de dégagement des ossements a commencé, fort de l’expérience que nous avons développée dans les autres salles. A première vue, les découvertes seront grandioses. Ce matin même nous avons commencé de dégager ce qui ressemble à des bijoux de vermeil. De plus, il semble que nous ayons trouvé des dents d’un animal dans cette pièce, ce qui entretient des polémiques vives dans notre petit groupe tant que nous n’avons pas d’autres ossements pour savoir s’il s’agit d’un animal entier ou tout simplement de bijoux en os animal.

Je vous tiendrai au courant des développements futurs. Je prendrai plus de soin à consigner des détails de nos découvertes, afin que vous puissiez développer des hypothèses depuis votre hôpital. Demain, je vais commencer à faire un inventaire global photographié pour vous envoyer un dossier complet.

Fidèlement,

S.

***

Le 2 juin 19..

Cher Professeur,

Veuillez trouver avec cette lettre les pellicules des photos que j’ai prises ces deux derniers jours. Je vous laisse le soin de les trier, je tenais à ce que vous les ayez en mains propres le plus tôt possible.

Respectueusement,

S.

***

Le 4 juin 19..

Cher Professeur,

Je suis totalement pris au dépourvu. Je ne comprends pas comment les pellicules photos que je vous ai envoyées peuvent être vides ! Je ne possède pas d’autres films ici, et je suis bien certain de vous avoir fait parvenir ces photos avec la lettre précédente.

Cooke semble perturbé depuis quelques jours et cette affaire de photos l’a déstabilisé un peu plus. Il me jette des coups d’œil sombre et nos conversations hypothétiques sur ce complexe me manquent.

Maintenant que le travail de force est fini, les locaux continuent de rester ici, latents et passifs, comme s’ils attendaient quelque chose ou comme s’ils nous guettaient pour voir si nous allons tenir parole ou partir en courant avec tous les ossements dans nos poches pour aller à Hollywood. Ces gens sont parfois d’un rustre !

En ce qui concerne les ossements animaux, nous en avons trouvé quelques-uns supplémentaires. Nous avons dégagé les membres arrières de ce qui semble être un équidé, un cheval assez élancé pour l’époque. Les ossements humains de la chambre funéraire finale confirment le peuplement des autres pièces : il ne s’agit que de jeunes ou très jeunes femmes, et les causes de la mort, pour ce qu’il nous semble apparaître, sont les mêmes. La population des femmes enterrées vivantes semble un tout petit peu plus importante, c’est tout.

J’espère que les complications qui suivent votre opération seront contrées par votre courage et la qualité du personnel médical.

Respectueusement,

S.

***

Le 5 juin 19..

Cher Professeur,

Je vous écris sans attendre votre réponse, qui tarde à venir par rapport à la fréquence de nos derniers échanges. J’espère sincèrement que tout va bien de votre côté, mais je pense que si c’était le contraire j’aurais déjà été prévenu.

Professeur, je crois que j’ai été un peu vif en accordant à ces fouilles les qualificatifs d’extraordinaire. J’ai la persistance impression qu’il s’agit d’une espèce de mascarade malhonnête, et tout cela à cause de ce cheval ! Je n’ose vous l’annoncer de manière directe, car j’ai honte de vous avoir fait venir en Europe sur mes seules supputations et de vous avoir engagé sur les routes du danger. Cooke, d’ailleurs, a quitté le campement hier, en laissant toutes ses affaires derrière lui. Nous avons eu une vive discussion et il m’a clairement fait savoir qu’il envisageait de prévenir l’Université et le gouvernement danois de la nature de nos découvertes. J’ai essayé de l’en dissuader, mais devant sa disparition, je ne peux que m’attendre à ce que notre découverte face la une des journaux d’ici un jour ou deux.

Néanmoins, Professeur, je doute. Rien ne semble pouvoir expliquer cette aberration de la nature, et pourtant ! Le docteur Silberkniz est resté fasciné devant ces ossements pendant des heures. Sans rien dire, sans rien noter, juste à consommer de la lumière pour voir ce que nos mains ont retiré de l’abîme du temps. Ce cheval !

Nous avons passé l’essentiel de notre temps ces deux derniers jours à dégager les restes de cet équidé que j’ai mentionné dans ma dernière lettre. Et ce matin, nous avons dégagé le crâne de la bête. Et ce crâne, Professeur, porte une corne unique au milieu du front ! Je l’ai touché moi-même, cette corne, elle est vraiment là, sur le crâne. Le crâne porte la même attache osseuse à la base de la corne que les bovidés l’ont pour leur paire de corne, mais là, il s’agit du milieu du front ! La corne en elle-même fait dans les trente centimètres de long et paraît être une absurdité insensée.

Professeur, je veux croire qu’il s’agit d’un coup monté. Le contraire serait trop monstrueux. Je me sens si désemparé dans ce monde étranger et souterrain et j’espère avoir une rapide réponse de votre part sur ce sujet bouleversant.

Respectueusement,

S.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.