SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Gardiens du temps > Aides de jeu > Présentation > Historique et origines
Contribuer
Les rubriques liées

Gardiens du temps

Historique et origines

lundi 27 juin 2005, par Istel

Fin du XXIe siècle, la Terre atteint un taux de surpopulation insurmontable et les lois interdisant la procréation sans autorisation ne semble pas freiner l’afflux des naissances. La pollution franchit les limites du supportable et tous les habitants des mégalopoles sont obligés de porter des masques filtrant pour se déplacer. Les gouvernements cherchent vainement la solution à ces deux problèmes majeurs. Beaucoup de scientifiques pensent que LA solution viendrait de la colonisation de planètes propices à l’installation de l’homme, découvertes au cours de ce siècle, grâce à des relevés de sondes envoyées au siècle dernier. Le seul problème : la durée du voyage. Plus de 600 ans pour atteindre la première de ces planètes. Au cours d’une séance de l’O.N.U., les représentants des gouvernements, en accord avec les chercheurs de leur pays, décident de financer la construction d’un gigantesque vaisseau qui servira à envoyer des représentants de toutes les nations vers cette planète, si éloignée et pourtant si prometteuse, baptisée Demeter IV, quatrième planète du système Demeter..

En 2103, alors que le projet Demeter est toujours en cours de réalisation, plusieurs fois retardés par un manque de crédits accordés par les différents budgets des états concernés, le professeur Decker, chercheur à la NASA, met au point un nouveau type de propulsion qui portera son nom. Celle-ci permet enfin, en combinant matière et antimatière, de dépasser la vitesse de la lumière. Cette nouvelle relance la construction du vaisseau, et le moteur, alimenté par la propulsion Decker, est construit à grande échelle afin d’être monté dessus. Le vaisseau pourra contenir 500 000 personnes, ce qui représente une tâche de titans.

En 2145, le vaisseau, baptisée Esperanza, est quasiment terminé. Une commission, formée de hauts responsables des pays membres du Conseil de Sécurité, lance une invitation aux volontaires pour accomplir ce voyage. Bien évidemment, les demandes affluent de tous les pays, et la commission se voit attribuer le rôle d’arbitre. Cette décision est aussitôt décriée par les représentants de petits pays qui se sentent lésés. La commission calme les esprits en annonçant que chaque nation aura sa part de volontaires embarqués à bord de l’Esperanza. Mais, lorsque la liste définitive paraît après les délibérations de la commission, les tensions montent lorsque l’on s’aperçoit que beaucoup de petits états ont été laissés pour compte dans le partage. Cependant, l’embarquement commence sans que la liste n’ait été modifiée.

Les passagers sont amenés à bord de l’Esperanza grâce à des navettes conçues pour cette occasion, le vaisseau ayant dû être construit en orbite. Petit à petit, le vaisseau-monde, comme aiment l’appeler les passagers, se remplit et le départ semble proche. Après de âpres pourparlers, les petits états baissent les bras après une promesse de construction d’un autre vaisseau dès que possible. Le départ a donc lieu en 2150 et durera approximativement 85 ans.

A bord, la vie s’organise peu à peu : écoles, ateliers et réunions rythment le temps qui passe. Un repos de dix heures sur vingt-quatre est obligatoire pour éviter le mal de l’hyperespace. Un mini-gouvernement est même institué, formé d’élus par les différentes communautés qui composent les passagers et l’équipage. Celui-ci est renouvelé tous les trois ans pour éviter toute dissension au sein de la population du vaisseau. Trois générations vont se succéder à bord et toutes les naissances sont strictement contrôlées pour éviter tous problèmes de place.

Il s’est écoulé plus d’un siècle sur Terre lorsque les premiers colons débarquent sur Demeter IV. La planète ressemble en tous points à la Terre originelle, avant que la civilisation n’en fasse ce qu’elle est devenue. D’ors et déjà, le gouvernement en place décide l’exploration de nouvelles planètes dans le système pour éviter de répéter les mêmes erreurs que sur la Terre. Si d’autres planètes sont colonisables, alors autant les exploiter dès maintenant. Les ingénieurs se mettent aussitôt au travail et, pendant que certains s’occupent de l’installation sur Demeter IV, d’autres démontent l’Esperanza pour construire des vaisseaux plus petits, plus aptes à l’exploration du système.

Le départ de l’Esperanza fut un véritable soulagement pour la communauté mondiale malgré quelques rancoeurs dues au partage. Mais, les années passant sans l’annonce d’un nouveau projet de construction de l’Esperanza II, les petits états mécontents quittèrent les Nations Unies pour former une confédération : les Nations Indépendantes. Les crises se succédèrent pendant de nombreuses années. Au sein même des Nations Unies, les tensions étaient constantes à cause des différences d’opinion quant à l’attitude à adopter vis-à-vis de cette confédération. Celles-ci passèrent un seuil critique quand on apprit que l’un de ces états possédaient l’arme nucléaire. Les négociations reprirent de plus belle mais aucune n’aboutissait à un véritable accord. En 2187, un conflit armé s’engagea. Nul ne sait qui permit qu’une telle chose arriva. Un missile à tête nucléaire s’abattit sur la ville de New York, et les représailles qui s’en suivirent réalisèrent ce que le monde entier craignait depuis deux siècles, la destruction totale de la civilisation terrienne. Les quelques survivants, terrés dans des abris, n’en réchappèrent que de justesse.

Quelques décennies après leur arrivée sur Demeter IV, les colons avaient découvert que Demeter III et Demeter VI étaient elles aussi adaptées à la vie. Sur Demeter II, l’équipe d’exploration avait découvert un cristal aux propriétés énergétiques et conductrices exceptionnelles. Des relevés géologiques montrèrent que le cristal était le composant essentiel de la croûte de cette planète, donc en quantité quasi inépuisables. Ils s’en servirent comme source d’énergie pour tous leurs appareils, ainsi que pour les vaisseaux, ce qui améliorait grandement leur vitesse de propulsion infra et hyperluminique. Grâce à ces découvertes, et notamment celle des cristaux d’énergie, certains déclarèrent vouloir retourner sur Terre pour aller chercher d’autres personnes, et ainsi leur faire profiter de ce paradis. Des personnes de tous âges prirent donc place à bord d’un vaisseau réassemblé et équipé d’un propulseur Decker dopé par les cristaux.

Un spectacle de désolation les attendait sur leur monde d’origine, au bout des quarante ans que dura le voyage.. La planète était ravagée et subissait un hiver nucléaire qui faisait se terrer les quelques survivants de l’holocauste. Ceux-ci furent sauvés, mais ils n’avaient plus rien des hommes qu’ils avaient connus, ils étaient devenus primitifs, comme retombés à l’âge de pierre. Quand les colons furent assurés d’avoir sauvé ce qui restait de la civilisation humaine sur Terre, ils repartirent vers leur nouvelle patrie, vers un avenir meilleur.

Pendant ce temps, l’exploration progressait à grand pas dans les systèmes voisins de Demeter, et la colonisation ne cessait de croître. Plusieurs systèmes furent ainsi exploités : Gwaël, Sector, Fabil, Targus... C’est d’ailleurs à proximité de la neuvième planète de ce dernier système, qu’au sortir de l’hyperespace, un vaisseau rencontra une flotte de nombreux navires de gros tonnage. La réaction fut foudroyante : le vaisseau d’exploration fut détruit avant même d’avoir ouvert le dialogue. Cette civilisation, baptisée Targusiens, s’évertua dès ce moment, à conquérir toutes les planètes colonisées jusqu’alors. L’effet de surprise ne dura qu’un temps, mais quand enfin les défenses des planètes furent mises en place, la puissance de feu et la connaissance tactique du combat spatial des Targusiens les réduisirent à néant. Les planètes tombaient les unes après les autres. Il parut indispensable d’évacuer les planètes à risque et de regrouper leur population dans des vaisseaux en orbite autour des planètes du système Demeter. L’avancée de la flotte targusienne était exponentielle et leur victoire inévitable. Quand tous furent convaincu que la fuite était la meilleure solution, la flotte fut séparée en deux : la première partie devait se retirer vers la Terre, l’autre partit vers l’inconnu pour prendre un nouveau départ. Un message codé fut laissé à l’attention du navire parti vers la Terre moins d’un siècle auparavant. Puis les deux flottes se séparèrent.

La flotte qui parvint sur la Terre découvrit aussi ce qui était advenu de leur monde originel. Fatigués de voyager, ils s’établirent en orbite. Assemblant les navires entre eux, ils créèrent une base et formèrent la Confrérie du Nouvel Espoir, dirigée par un Grand Maître. Les cales de nombreux vaisseaux contenant les cristaux d’énergie, les scientifiques décidèrent de pousser les analyses de ceux-ci. Ils découvrirent que les cristaux, et particulièrement les plus gros échantillons, pouvaient émettre des pulsations, visibles comme un rayon, qui déformaient l’espace-temps et permettaient ainsi la création de portes inter dimensionnelles. Plusieurs incursions dans d’autres dimensions furent organisées et ce fut un brillant succès. La base grandissait sans cesse grâce aux matériaux prélevés dans les différents univers visités. Le contrôle de passages fut de plus en plus précis, et la Confrérie décida de se servir de cette occasion pour corriger les erreurs, les petites catastrophes, ou les grandes, qui pouvaient advenir dans les dimensions parallèles. Ainsi naquirent les Gardiens du Temps.

D’autres précisions vous sont données dans les chapitres Description générale, organisation et Les petits secrets.

P.-S.

Faites part de vos critiques et de vos idées sur cet article grâce au Droit du Scribe.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.