SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Herowars - Heroquest > Scénarios > Dans le coeur de l’hiver II
Contribuer

Herowars - Heroquest

Dans le coeur de l’hiver II

Le chemin de Sigurd

vendredi 31 janvier 2003, par Ubblak

Premier acte : les contrées sauvages

Scène I : Sigurd

La troupe épuisée et déçue retourne au bercail. Edruf hors de lui
ordonne à Vanar de consulter les oracles. A la tombée de la nuit, Vanar
revient à la grand-salle de l’auberge d’Etain et parle en ces mots :

"Orlanth a consenti à reparler" (silence recueilli mais néanmoins
attentif). "Mais ses propos sont sibyllins" (hausse imperceptible de la
tension). Vanar prend un air pénétré : "La lumière de Culbrea brille
dans le coeur glacé de l’hiver", telle est la parole du Dieu.

C’est alors qu’un étranger, que personne n’avait remarqué à la noce, se
lève et prétend savoir la signification. Il se présente comme un
adorateur de Valind. L’étranger, au regard étrange comme de la glace et
aux courts cheveux gris d’acier, prétend que la princesse est en route
pour le Mont de l’Hiver (ou Mont Kerofin, du nom de la mère d’Orlanth),
une montagne sacrée pour Orlanth, située dans les contrées sauvages
au-delà des marais des Hautes Terres. Il se présente comme Sigurd,
adorateur de Valind. Lui-même s’offre pour conduire un petit groupe
décidé jusqu’à la montagne. Interrogé, il dit que Valind lui-même lui a
soufflé la réponse.

Si on le met à l’épreuve, il montre qu’il peut
soutenir le froid glacial dehors torse nu pendant un nuit ! C’est un
homme de peu de paroles, et sa voix est glaciale et tranchante.
Vanar prend alors le groupe à part. Il leur confie une pierre de
tonnerre : si les personnages des joueurs se trouvent devant une
difficulté ou une énigme insoluble, la pierre les mettra en
communication et il pourra les aider, UNE FOIS et une seule. Sous la
houlette de Sigurd, le groupe se met en marche vers l’est. Le voyage est
ardu : il faut parcourir quelques 500 kilomètres dans les hautes terres.
Il faudra passer les marais infestés de morts-vivants de Délecti, et
ensuite passer au travers de la célèbre Passe des Dragons... et
ensuite ? Sigurd ne précise pas. Son offre est à prendre ou à laisser.

Scène II : Passage sur les terres de la tribu

Lismelder (2jours)

Peu de rencontres. D’occasionnels canards. Ils confirmeront que le
froid a gelé le marais, et que les morts-vivants sont en sommeil. Les
terres Lismelder sont en friches, mais des humaktis veillent. La tribu
hiverne.

L’auberge du Chien Gris sera la dernière étape accueillante sur
le chemin des personnages des joueurs. Le vent, les occasionnelles
chutes de neige et le temps glacé et gris rendent cette partie du voyage
déprimante.

Sigurd est un compagnon plus froid encore...

Scène III : Le marais des hautes terres (5jours)

Les terres Lismelder s’arrêtent où commence le marais des Hautes
Terres, domaine de Délecti le nécromancien et de nombreux canards fuyant
les lunaires. Le marais est gelé par l’hiver, et la progression sur ce
terrain d’ordinaire difficile s’en trouve facilitée. Le paysage est
sinistre et morne, seuls d’occasionnels arbres morts, comme noircis par
le feu coupent la monotone succession d’étangs et de broussailles.

Pas
un oiseau ne chante. D’ailleurs il n’y a pas d’oiseaux. La nuit, le
marais est rempli de feux follets, qui tentent d’attirer les personnages
dans de traîtres fondrières feux follets : hypnotiques 19.

Une brume glaciale perpétuelle flotte sur tout le marais. D’occasionnels
fantômes et zombies peuvent être rencontrés, jusqu’au coeur du marais.

Les personnages doivent faire face aussi à des pièges plus classiques :
couche de glace trop fine donnant sur des fondrières, morts vivants
surgissant de la glace et empoignant les chevilles de la troupe, etc...
(à la discrétion du MJ)
Arrivés au coeur du marais les héros luttent contre la puissance du
désespoir et de Délecti, qui tente de s’emparer de l’âme des
personnages.

Sigurd, si la situation est désespérée, utilise sa
compétence ’Philosophie Draconique’ pour éconduire le nécromant. Le jour
suivant, les personnages joueurs atteignent la lisière occidentale de
marais, hantée par des dinosaures et contiguë aux contrées sauvages.

L’influence de Delecti agit comme un esprit de passion(désespoir) d’une
puissance de 8M.

Scène IV : Les contrées sauvages (jour suivant)

En sortant des marais, les personnages pénètrent dans une contrée
montagneuse, pleine de ravins et d’à pics traîtres. La végétation est
épineuse et sauvage, composée principalement de bruyères qui affleurent
sous la neige.

D’occasionnels torrents tombent de la montagne en
cascades gelées. Les paysages rocheux sont farouches et grandioses, et
les héros verront sûrement les plus beaux couchers de soleils de leur
vie dans cette contrée. Nulle part il n’y a trace d’habitation.

Là, le voyage devient vraiment corsé. Le terrain est accidenté et pentu,
le sol est calcaire et rocailleux, un cauchemar pour planter sa tente !

Le vent, quand il souffle, s’engouffre dans les défilés rocheux avec une
violence inouïe.
D’occasionnels hommes-bêtes, des manticores plutôt timides et des
dinosaures sont pendant des jours de progression pénible les seules
rencontres. Le froid en montagne est encore plus intense et devient
problématique.

Sigurd ne semble pas incommodé.
Terrain difficile : 8M, froid féroce 18M, vent violent 20M.

Scène V : La Passe des Dragons (jour suivant)

C’est alors qu’en pleine tempête de neige, un groupe de hrimtours
attaquent le groupe. Sigurd disparaît lors du combat (la visibilité
étant très réduite, ils ne s’en aperçoivent qu’à la fin). Les hrimtours
une fois vaincus, la tempête s’apaise. On peut voir dans le lointain la
majestueuse montagne Kerofin. Elle domine le paysage.

La passe en
elle-même est un profond et impressionnant ravin, que franchit un
antique pont de cordes.

Sigurd a décidé de lâcher les personnages, dont il s’est lassé. C’est
lui qui a convoqué les hrimtours à cet endroit.

Terrain rocheux difficile : 18
Hiver glacial : 5M2
Ménagez quelques difficultés aux joueurs sur cette partie du trajet,
comme des ravins abrupts, des éboulements, des avalanches...
Pour l’attaque : 1 hrimtour pour 2 personnages.
Valeurs des hrimtours : les valeurs sont indiquées dans le supplément
HeroWars l’Arche d’Anaxial.

Scène VI : Les dragonewts (jour suivant)

Alors que les personnages joueurs sont dans la face difficile de
l’approche, se demandant qui va les guider maintenant, ils aperçoivent
une procession de dragonewts, transportant une jeune femme sur une
litière. Accostés, ls dragonewts sont surpris de croiser des humains.

Ils sont peu coopératifs, voire violents. Pris dans une embuscade, ils
se battent comme des lions, utilisant à leur profit le terrain calcaire.
Après une bataille / dialogue avec une dizaine de dragonewts peu
compréhensifs, il s’avère que la jeune femme va être sacrifiée au Vrai
Dragon de l’Hiver. Ce n’est pas Mathilde. Elle est habillée comme une
Herbivore et elle est inconsciente (et frigorifiée).

Ce groupe de
dragonewts suit l’enseignement de Sigurd, et lui apporte une nouvelle
pièce pour sa collection

Procession :
4 dragonewts guerriers, 10 dragonewts éclaireurs
Valeurs des dragonewts : les valeurs sont indiquées dans le supplément
HeroWars l’Arche d’Anaxial.

Scène VII : Le Dragon des rêves (jour et nuit suivants)

Alors que les personnages des joueurs se trouvent un abri (une
grotte) pour la nuit, ils sont attaqués par un terrifiant dragon des
rêves, qui tente de leur reprendre la jeune femme. Ce dragon est un
dragon noir (en fait bleu nuit), vil et cruel. Il attaque du ciel, mais
comme le temps est calme ce jour là, les personnages joueurs ont une
chance de l’apercevoir dans le ciel vespéral, avant qu’il ne pique sur
eux.

Le dragon des rêves combat férocement jusqu’à ce qu’il soit tué ou
qu’il ait pu emporter la jeune fille (qu’on retrouvera alors dans la
salle des cristaux dans la grotte du dragon).

Dragon des rêves : les valeurs sont indiquées dans le supplément
HeroWars l’Arche d’Anaxial. C’est un dragon noir.

Ce dragon des rêves a été créé par la convoitise et à la subséquente
frustration de Sigurd à l’égard de la jeune femme que les héros ont sauvé.

Le lendemain, les personnages des joueurs rencontrent une nouvelle
procession de dragonewts. Ils devraient avoir compris qu’il leur faut la
suivre. Celle ci avance dans la direction générale du Mont de l’Hiver,
et n’est pas trop difficile à pister, le vent et la neige ayant cessé.
Au fur et à mesure qu’ils se rapprochent du Mont de l’Hiver, les
phénomènes étranges se multiplient : à un moment donné ils passent sur
un pont de glace en forme d’arche gracieuse pas très naturel, des séracs
et autres blocs de neige sculptés par le vent ont des formes
anthropomorphes, des lumières bleues sont visibles dans le paysage la
nuit.

Le vent, quand il se lève, transporte des sons étranges, comme une
musique de harpe.

Ces phénomènes sont dus à la présence de Sigurd, qui modifie le paysage
sauvage de sa pensée non-humaine.

Deuxième acte : dans l’oeil glacé de l’Hiver

Scène I : Le retour du dragon des rêves

Au soir du deuxième jour la piste conduit à un alignement
mégalithique, qui encadre l’entrée d’une caverne non loin du mont (qui à
cette distance est vraiment imposant (12000 m) ! Il y a au moins deux
douzaines de grands menhirs granitiques, alignés en deux rangées. Des
dragonewts nobles sont postés aux sommets de chacun des menhirs. Ils
sont splendides, bardés d’écailles, de picots et de jabots multicolores
et incrustés de glace scintillante. Ils sont armés de klanths, et
attendent assis dans la position du Lotus. Ils ne semblent pas se
préoccuper des personnages des joueurs.

C’est alorsqu’un dragon des
rêves, plus gros encore que le précédent, tombe du ciel. Laissez
paniquer un peu vos joueurs, jusqu’à ce qu’ils se rendent compte que les
dragonewts nobles se sont levés pour combattre le dragon (le dragon des
rêves est impur, et les dragonewts ne peuvent tolérer sa présence).

Le
dragon est finalement vaincu, et les dragonewts survivants se font
Utuma (suicide rituel) pour préserver leur pureté. La voie est libre
jusqu’à la grotte !

Ces dragonewts nobles suivent aussi l’enseignement de Sigurd. Mais les
dragons des rêves, créatures nées des désirs réprimés de Sigurd, ont
pour effet d’écarter les dragonewts de la voie draconique par leur seule
présence, d’où ce combat.

Les valeurs des dragonewts et du dragon des rêves sont inutiles ; il
n’y aura pas de combat lors de cette scène.

Scène II : La cité

L’entrée donne sur une immense caverne, dont les parois semblent de
cristal. Le plafond est surnaturellement haut, et irradie une lumière
bleue diffuse. Dans la caverne de nombreuses maisons basses, en cristal
semi-opaque également, forment une sorte de ville insolite, dont les
fenêtres et les portes n’ont pas de fermetures. Un mélodieux son de
harpe se fait entendre, dont les échos sont renvoyés à l’infini par les
parois, qui ne sont pas régulières (stalactites et stalagmites).

Cette
caverne est de proportions très vaste. Une sorte de somnolence y règne,
qui saisit le voyageur dès le premier pas dans la grotte. Si on y
succombe, on s’endort et les hrimtours viennent chercher l’infortuné
dormeur pour l’offrir à Sigurd. Les maisons sont toutes vides, mais
aucun détail d’intérieur ne manque : plats, four, cheminée, tables,
chaises, litières, etc... le tout en cristal.

Les sol est dallé avec une
roche cristalline qui prend toutes les nuances de bleu et blanc. A la
tombée de la nuit, une curieuse illusion d’optique déroutante se
produit : des ombres semblent parcourir la cité en tous sens, bougeant à
chaque fois que l’on détourne le regard, s’immobilisant dès que l’oeil se
pose dessus. Elles sont vaguement anthropomorphiques. (ça devrait rendre
les joueurs totalement paranoïaques, mais le phénomène est sans danger.

De l’autre côté de la grotte, un grand passage débouche sur une caverne
semblable, mais plus grande encore, éclairée par une lumière bleue
diffuse et glacée. Le sol est très régulier, comme dallé de motifs en
mosaïques de Penn rose. Un grand nombre de cristaux quartziques (3 m de
haut en moyenne) sont dispersés dans la salle, plantés ou couchés sur le
sol.

Les personnages des joueurs s’aperçoivent avec horreur que dans
chacun d’entre eux on peut voir par transparence une personne ou un
animal, comme figé dans la glace. Il y a de tout : des lunaires, des
orlanthis, des canards, des cadavres décomposés, des trolls de toute
taille, et même un centaure. Il y en a des centaines ! Dans un des
cristaux, on découvre Mathilde, figée dans une expression de terreur
absolue...

Les joueurs ne peuvent pas le deviner bien sûr, mais tout le décor est
l’oeuvre du Vrai Dragon de l’Hiver. Les cristaux et leurs prisonniers
sont l’oeuvre de son regard de glace, et le reste est du à son pouvoir
onirique (d’où la somnolence qui saisit les personnages joueurs). Si
vous le souhaitez, les personnages peuvent rencontrer dans la cité des
personnes connues d’eux et décédées, mais immatérielles, et qui vaquent
à des occupations mystérieuses, avec lesquelles ils pourront dialoguer
(ou pas, selon votre degré de sadisme).

La grotte de la cité : puissance de somnolence 18

Scène III : Le retour de Sigurd

C’est alors que les personnages des joueurs remarquent un trône de
glace au fond de la grotte, sur lequel est assis Sigurd, qu’ils
croyaient mort. Il est figé dans l’attitude du penseur, le menton sur le
poing. Il est entièrement nu et son regard a une expression sombre.

Il
observe les personnages des joueurs avec attention. Quand on s’adresse à
lui, d’une voix calme, il leur révèle alors qu’il n’est pas humain, et
qu’il collectionne les belles choses (il regarde avec amusement
Mathilde). Et que les prochains sur la liste ce sont les personnages des
joueurs !

Alors, de derrière le trône, surgissent des hrimtours par
dizaine. Le combat est inégal. Sigurd ne bouge pas d’un cheveu. Si on
l’agresse physiquement, il ne réplique pas. En fait il n’est qu’un
simulacre, le reflet d’une pensée du Vrai Dragon ! Les personnages des
joueurs devraient rapidement battre en retraite hors de la grotte.

Opposants : Sigurd ne participe pas à la baston. Les hrimtours
suffisent amplement...

Scène IV : Dernier recours

Dehors la neige ne tombe toujours pas et l’ait est calme. Les
hrimtours s’arrêtent à la sortie de la grotte, en riant avec des voix à
fendre le roc. Ils se moquent de la couardise des personnages des joueurs.
Si les personnages des joueurs n’y ont pas pensé, les hrimtours (qui
sont tout à fait idiots) leur lancent, entre autres quolibets : appelez
donc Vanar ! Il ne pourra rien contre le Dragon de l’Hiver, de toute
façon ! Valind et Vadrus ! Gagarth et Molanni ! Craignez l’hiver !
Il est temps d’utiliser la pierre de tonnerre. Lancée par terre, elle
éclate avec un claquement retentissant. Une forme spectrale de Vanar
apparaît alors sur l’emplacement de l’impact.
Il révèle alors qu’une divination a finalement révélé que Sigurd était
le Vrai Dragon de l’Hiver déguisé. Hélas, pour tuer une telle bête, il
faut accomplir une quête héroïque ardue et dangereuse. Personne ne leur
en voudra s’ils renoncent.

Points d’héroïsme

1 PH pour ceux qui ont résisté sans aide au pouvoir de Délecti
1 PH par hrimtour / dragonewt tué
6 PH à répartir pour la mort du dragon des rêves

P.-S.

Ce scénario constitue le deuxième volet de la campagne ’le coeur de
l’hiver’.

Vous pouvez le jouer séparément si ça vous chante, mais à vous
de trouver un prétexte pour que les joueurs suivent Sigurd.

Le niveau
requis est 5-10M.
Pour jouer cette campagne, il vous faudra le Livre de Base de
Herowars, l’Arche d’Anaxial, et Glorantha.
Inspirations :
HeroWars, livre de base : la mention ’Hiver Froid Dans la Passe du
Dragon’.
Sigurd et le Dragon (mythologie Viking/nordique)
Montréal en janvier, pour l’hiver.
Mister Freeze, dans le rôle de Sigurd



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.