SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Méthode du Dr Chestel > Scénarios > Xee Luang > Le Jardin des nouilles
Contribuer

Méthode du Dr Chestel

Le Jardin des nouilles

mercredi 26 août 2009, par Antoine Bauza

Pour les amateurs de cuisine chinoise

HISTOIRE DU PATIENT : Xee Luang.

A l’intention du MJ, ce qu’il s’est réellement passé !

Un soir qu’il rentrait de son cours d’arts martiaux, Luang a surpris une conversation entre des membres de la mafia chinoise parisienne. Le sujet : l’expansion du trafic de drogue par un groupe nouvellement formé. La mafia envisage d’utiliser les restaurateurs du quartier, très nombreux, pour distribuer la drogue discrètement et efficacement.

Luang, ébranlé par ces propos, a peur de devoir participer à cette opération. Il est également convaincu que la mafia n’hésiterait pas à s’en prendre à sa famille s’il lui venait l’idée de refuser d’obéir. Il a donc pris la décision de fermer son restaurant plutôt que de se compromettre dans le trafic de drogue.
C’est sa femme et sa fille, a qui il n’a donné aucune explication, qui l’ont amené à l’institut Chestel, inquiètes devant son angoisse incessante.

Le traumatisme du Patient a donc un fondement réel. Il est important que les Soigneurs perçoivent cet antécédent réel dans l’intracos du Patient pour pouvoir ainsi en faire référence aux autorités, ainsi que peut être à la presse du monde réel.

Pour cela, une solution consiste à replacer la discussion des mafieux à plusieurs reprises dans l’intracos du Patient. Une telle répétition est justifiée par le fait que la scène est le déclencheur du problème.


QUE VA-T-IL SE PASSER ?

L’intracos du Patient.

Premièrement, le Patient ne quitte jamais le quartier chinois, il y est né, il s’y est marié et il y a élevé sa fille. Donc, dès que les masques des personnages voudront quitter le 13ième arrondissement, ils se trouveront confrontés à un Paris de plus en plus flou, jusqu’à l’inexistence.

En revanche, le Patient connaît la Chine et ses paysages : ces derniers viendront se substituer au reste de la capitale, tel que le Patient s’en rappelle, souvenir de son enfance.

Le Patient est un pratiquant d’Arts Martiaux et un fervent adepte du Ki, l’énergie vitale interne de toutes choses. Cette croyance, doublée d’une grande admiration pour le cinéma d’action chinois peut donner des résultats surprenants.

Le Patient est un adepte du culte des ancêtres, qui veut que chaque homme doit supporter le regard de ses aïeux et leur faire honneur dans toutes les situations. Luang est partagé entre la crainte des mafieux et celle de ces ancêtres, c’est pourquoi il a choisit la solution de facilité en fermant son restaurant. Il sera donc possible d’être les témoins d’une intervention d’un fantôme venu prodiguer ses conseils ou ses réprimandes à un Soigneur stupéfait !

L’arrivée des Soigneurs

Les murs de la salle de soin de l’institut Chestel s’estompent peu à peu et les soigneurs reprennent le contrôle de leurs sens alors qu’ils sont attablés dans un petit restaurant du quartier chinois parisien.
Ils sont assis sur des bancs, autour d’une petite table carrée en bois, sur laquelle est posé un bouquet de fleurs séchées, esthétiquement arrangées dans un vase de bois précieux. Juste devant eux, est disposé un menu. Le nombre de plats est réduit mais les descriptions des mets sont alléchantes, pour celui ou celle qui apprécie la cuisine chinoise. Un Soigneur attentif s’apercevra que tous les plats de ce menu sont à base de nouilles, ce qui est assez étrange (nouilles sautées au porc, au bœuf ; soupe aux nouilles et aux épices ; nouilles aux curry ; gratins de nouilles ; nouilles au bouillon ; salade chinoise à base de nouilles, de crevettes, de soja et de gingembre, etc.).

Le restaurant est petit, mais pratiquement toutes les tables sont occupées, principalement par des asiatiques. Les soigneurs qui jettent un œil à la clientèle pourront apercevoir, à une des tables, trois individus, vêtus de costumes noirs, qui semblent les observer. L’un d’entre eux porte une paire de lunettes noires, un autre est en pleine conversation téléphonique : un jet de perception contre une difficulté de 9 (PER 9) peut permettre de saisir quelques bribes du dialogue. Il est question " d’affaires urgentes ", de " patron ", de " marchandises " et de " livraison ".

Les joueurs seront rapidement interrompus par la serveuse qui affichera un large sourire commercial, et leur demandera ce qu’ils désirent manger. Quand les commandes sont prises, la serveuse retournera en cuisine, immédiatement suivi par un des hommes en noir.

Celui-ci ressortira rapidement, en faisant un rapide signe de tête à ses compagnons (si un des soigneurs, suit l’homme dans les cuisines, il le verra échanger quelques mots avec un des cuisiniers).

Peu après, la serveuse revient avec les bras chargés de plats, qu’elle dispose devant chacun des soigneurs.

Voir en annexe "Dépendance aux nouilles".

Si les joueurs regardent à nouveau les hommes en noirs, ceux-ci les observent encore. Notez ceux qui mangent des nouilles, c’est important pour la suite !

A la fin du repas, les Soigneurs sortent du restaurant, accompagnés du sourire de la serveuse et de celui du responsable de l’établissement, pour se retrouver, dans une rue du quartier chinois.
Les Soigneurs qui fréquentent ce quartier le reconnaîtront…


LE QUARTIER CHINOIS ET SES PROTAGONISTES

Les Soigneurs devraient rapidement faire un tour d’horizon du quartier. Voici ce qu’ils pourront y voir.

Restaurants
La quantité de restaurants est extrêmement importante : on en compte plusieurs par rue. Sur tous les menus on trouve des plats composés de nouilles, tous sans exception. (C’est les mafieux qui obligent les faibles restaurateurs à servir les nouilles qu’ils confectionnent dans leur usine. Ils utilisent divers moyens de pressions pour cela : intimidation, menaces, passages à tabac, chantage, etc.).

Si les Soigneurs se mettent en tête d’écumer les restaurants ou s’ils se postent devant l’un d’entre eux pour le surveiller, ils pourront apercevoir des mafieux, qui précéderont une camionnette de livraison, sans publicité. C’est une livraison de nouilles spéciales, accompagnées de drogue. Les mafieux font bien attention à ne pas être suivis, et si c’est le cas, ils piègent les Soigneurs et risquent de leur faire passer un très mauvais quart d’heure. (CMB 0/+1, Arts Martiaux 6, Revolvers).

Si les Soigneurs interrogent les employés, ils n’apprendront rien, mais s’ils font preuve d’empathie, ils pourront constater que certains patrons sont anxieux.

Le Jardin aux nouilles

Sur la porte du restaurant fermé, figure une pancarte, en chinois, avec la mention "fermeture pour une période indéterminée". Si les Soigneurs pénètrent dans l’établissement (crochetage, méthode brutale ou porte de service ouverte…), ils trouveront un lieu en désordre, quitté précipitamment. Une inspection un peu poussée révélera les indices suivants : dans le broyeur, des restes de nouilles, dans la poubelle des emballages de nouilles vides. Dans le frigo, un panel des autres denrées alimentaires, intactes.

L’habitation de la famille se trouve à l’étage : des vêtements pendent des tiroirs ouverts, ce qui confirme l’hypothèse du départ précipité. Dans le salon, un téléviseur et un magnétoscope, ainsi qu’une collection de cassettes vidéo (des films d’arts martiaux bien sûr). Egalement, une photo de Luang avec Xuong, tout sourire.

Les Jardins

Au cœur du quartier, les Soigneurs pourront trouver de magnifiques jardins, avec un petit lac, des massifs de fleurs, des bancs publics. Il y règne une atmosphère calme et apaisante : des enfants jouent au ballon, à la corde à sauter. L’endroit contraste agréablement avec l’agitation constante des rues environnantes. C’est ici que le Patient vient tous les matins, au lever du soleil, pour pratiquer le Tai Chi Chuan. Les Soigneurs pourront éventuellement l’y trouver, s’ils sont matinaux !
(Le Patient continue à s’y rendre régulièrement, c’est le seul endroit où il échappe à sa crainte de la mafia et aux conspirations).

Le Dojo
Il est possible de trouver le Dojo où se tient le cours du Patient, grâce à son voisinage. (Ecumer les rues au hasard se relèvera infructueux, car les dojos sont nombreux).

Il se situe au premier étage d’un immeuble en piteux état. Une double porte en bois, sur lequel est peint un idéogramme chinois ("La Voie"). Sur la droite, un petit meuble en bois, sur lequel sont disposés des prospectus de promotion pour des stages, ainsi que des bulletins d’abonnement.

Sur la gauche, un vestiaire a été aménagé entre des paravents de bambou. L’ère praticable est faite de tatamis, et sur les murs, décorés de fresques (montagnes, rivières), sont fixés des encensoirs qui diffusent un discret parfum.

Quelle que soit l’heure de la journée, le dojo est occupé par des pratiquants d’arts martiaux et leur maître, "Senseï". C’est ce dernier qui donne les cours (tous !). C’est un vieillard, mais il ne faut pas si fier. Il porte une grande moustache blanche, ses petits yeux sont malicieux, et il parle par énigme ("Tu trouveras Luang en le cherchant, on n’est pas le meilleur quand on le croit, mais quand on le sait", etc.).

Si les Soigneurs observent un cours, ils verront les élèves accomplir des choses surprenantes : sauts défiant la loi de la gravité, course sur les murs, projection sur plusieurs mètres (pensez aux films d’arts martiaux asiatiques comme la série des "Il était une fois en Chine" avec Jet Lee ou à la scène de l’entraînement dans "Matrix").

La Blanchisserie de Xuong

Xuong est un homme au sourire éclatant comme les textiles qui sortent de sa boutique. Les Soigneurs le trouveront derrière son comptoir, d’où il saluera les honorables étrangers ! Si les Soigneurs lui parlent de Luang, il les invitera à passer dans l’arrière boutique, où des jeunes femmes s’occupent du linge.

Il s’informera sur leurs intentions vis à vis de son ami, et après avoir écouté leurs explications, voici ce qu’il peut leur apprendre :

Luang et sa famille se sont réfugiés dans un petit hôtel tenu par son frère, " Le Dragon somnambule ". Il leur demandera de ne s’y rendre que si c’est vraiment nécessaire et avec la plus grande discrétion, car il a peur de la mafia qui le surveille.

La mafia détient une fabrique de nouille, mais il ne sait pas où. Il tient cette information d’un client qui y travaille comme livreur.

Dans deux jours se tient une grande fête annuelle et traditionnelle. Il s’agit d’un grand défilé costumé, qui traverse tout le quartier. Son jour est férié, aucun habitant du quartier ne sera à son travail.

Luang aime à se ressourcer dans les jardins, très tôt le matin.

Le Q.G. de la mafia chinoise

Il se situe au dernier étage d’un building entièrement vitré, en plein cœur du quartier. C’est d’ici que la mafia planifie toutes ses opérations. Il est délicat de s’y introduire mais pas impossible, en se déguisant en garçon d’étage, par exemple. S’y trouvent régulièrement, le "Grand Patron", son bras droit, et une bande de gorilles.

L’usine de confection de nouilles

(en annexe)

Les mafieux

Ils sont patibulaires, ils sont habillés en noir, ils portent des lunettes noires, des flingues. Dans le quartier chinois, on les appelle les dragons incandescents. C’est l’un des deux grands groupes criminels (le deuxième se nomme la Fraternité) qui sévissent dans le quartier chinois. Le leader des dragons se nomme Juntao.

Daniel

Il est possible de rencontrer l’ami de Luang qui vient régulièrement dans Chinatown. Malheureusement ce dernier ne sera pas d’un grand secours pour les Soigneurs. Il sait néanmoins où se trouve le Q.G. de la mafia, pour l’avoir surveillé lors de la réalisation d’un dossier cinéma sur le Syndicat du Crime, de John Woo.

Sing Lee

La fille de Luang est journaliste. Elle peut donc être d’un grand secours si les Soigneurs veulent faire appel à la presse. Si les Soigneurs la rencontre elle tiendra absolument à les accompagner pour faire l’article de sa vie, mais attention, les Soigneurs doivent se rappeler que c’est la fille du Patient et que s’il il lui arrivait quelque chose, le cas de Luang s’aggraverais considérablement.

Sing Lee est une fille que l’aventure fait rêver, mais qui n’a pas conscience du danger que représente la mafia. Son père l’a éduqué suivant les traditions chinoises, mais elle reflète plus la mentalité jeune et dynamique des working-girl.


COMMENT CONCLURE ?

La guérison passe par l’usine de confection de nouilles, qui dirige dans l’ombre la mafia chinoise. Cependant les méthodes pour y parvenir sont diverses :

La manière forte : une prise de l’usine, même si elle a lieu le jour du défilé, risque de tourner court. Les mafieux ne laisseront pas les personnages prendre le contrôle des installations.

Le sabotage, si les personnages ont quelques connaissances en mécanique industrielle.

La manière judiciaire : les Soigneurs peuvent pénétrer dans les locaux de l’usine pour y dénicher des preuves compromettantes. C’est une bonne solution, si les Soigneurs savent faire preuve de discrétion.

Faire disparaître le stock de drogue de l’usine (stocké dans le frigo de la préparation). C’est assez facile, mais cela risque de ne guérir le Patient que temporairement. Les mafieux pourront se fournir en drogue tôt ou tard.

Les ouvriers qui préparent la pâte à nouille ne sont pas au courant des terribles agissements de la direction. Il est possible de les mettre au courant, et de les convaincre de pas ajouter la drogue, qui était contenu dans les bidons de levure jusqu’à présent. Il faudra que les Soigneurs trouvent comment se débarrasser des bidons de drogue, par exemple en les vidant discrètement dans le ruisseau. C’est une bonne solution, mais le Patient risque de perdre son respect pour la nature, attention donc !

Le culot ! Les Soigneurs peuvent se faire passer pour des mafieux influent et se rendre au Q.G. de la mafia chinoise. Avec un bon numéro, ils arriveront peut-être à faire abandonner le projet "nouilles". " Les grands pontes nous envoient pour annuler ce projet, il y aurait des fuites, les autorités sont au courant ! ". Il restera à aller à l’usine pour faire disparaître la drogue stockée.

Les Soigneurs peuvent également essayer de convaincre les restaurateurs de se rebeller et de garder la tête haute devant les mafieux. Ce ne sera pas facile.

Il est possible de convaincre les disciples de Maître Lee d’assurer la protection des restaurateurs, mais cette solution n’est que provisoire, de plus, elle risque d’entraîner la montée de la violence.

Faire appel aux forces de l’ordre est également envisageable. Mais il faut des preuves en béton, car les policiers du quartier ne sont pas facilement enclins à faire confiance à des " étrangers ".

ANNEXES

Dépendance aux nouilles !

Tôt ou tard les personnages devront manger des nouilles. Ils risquent de s’apercevoir trop tard de ce qui se cache entre leurs baguettes ! Chaque portion de nouilles contient une très faible dose de drogue.

Elle est impossible (12) à détecter sauf pour un Soigneur qui à des connaissances en cuisine (9). Une dose est insuffisante pour rendre une personne dépendante, mais petit à petit l’envie, puis le besoin de nouilles va se faire irrésistible.

A chaque repas où un Soigneur mange des nouilles, faites-lui faire un jet de Foi, avec une difficulté croissante :

- Le 1er Repas difficulté 4

- Le 2ème Repas difficulté 5

- Le 3ème Repas difficulté 6

- Le 4ème Repas difficulté 7

Etc...

Au premier jet raté, le Personnage devient dépendant, l’envie de nouilles va devenir de plus en plus importante…

Effet :

si le Soigneur ne mange pas de nouilles régulièrement, il voit la difficulté de tous ses jets augmentée de 1 par jour.

Pour savoir la régularité avec laquelle il doit se nourrir :

- FOR – 2  : 1 ration toutes les 5 heures

- FOR – 1 : 1 ration toutes les 4 heures

- FOR 0 : 1 ration toutes les 3 heures

- FOR +1  : 1 ration toutes les 2 heures

- FOR +2  : 1 ration toutes les heures.

L’usine de confection de nouilles

Cette usine est la nouvelle plaque tournante du trafic de drogue de la mafia chinoise. C’est ici que les dirigeants reçoivent la drogue et la joignent aux paquets de nouilles dont est très friande la population chinoise (et parisienne en générale). Comble de l’horreur, les Soigneurs vont y découvrir qu’une faible quantité de drogue est ajoutée à la pâte à nouilles, pour ainsi provoquer une légère dépendance chez les clients des restaurants et étendre le marché.

Accès

L’usine siège à la périphérie du quartier, il est facile d’y arriver par la petite route. Il y a 3 grands portails coulissants de couleur verte.

A l’extérieur
- Les parkings : Des places sont libres uniquement le jour de la fête.

- Les mobil home (MH) : Ils sont au nombre de 6, empilés 2 par 2. Ceux du bas sont aménagés comme salles de réunion, ceux du haut, comme bureaux. C’est dans ces derniers que les mafieux traitent leur affaire avec les dirigeants de l’usine. On peut trouver dans les papiers éparses, les numéros des lots d’acide citrique contenant de la drogue.

- Le canal : Un petit ruisseau traverse le terrain, au fond de sa tranchée.

- Les ponts : Sur l’un des trois ponts passe le rail qui sert à transporter les palettes de nouilles de la sortie du conditionnement au dépôt.

- Le rail : Entièrement automatisé, le wagon récupère les palettes, traverse jusqu’au dépôt, les palettes sont alors récupérées par les caristes et leurs chariots élévateurs.

- Le quai d’expédition (QE) : C’est ici que se garent les camions pour charger les palettes.

- Le dépôt : Des rayons et des rayons de nouilles, rien que des nouilles : un grand placard !

Les silos : (S) Ils sont trois, ils sont hauts, ils sont remplis de farine.

Le Conditionnement
Cette partie de l’usine, extrêmement bruyante, est remplie de machines, reliées par d’innombrables convoyeurs (tapis roulants de chenilles) sur lesquels voyagent les nouilles.

Des passerelles en aciers permettent de se rendre à toutes les machines, en passant au-dessus de la machinerie. Sur un côté, un escalier monte jusqu’à la salle de repos, où sont disposés des distributeurs automatiques (café, boissons fraîches et nouilles).
A chaque étape du conditionnement correspond une machine.
Les nouilles arrivent de la préparation et sortent sur le rail, emballées, dans des cartons.

La Préparation
C’est l’endroit le plus bruyant de l’usine. C’est ici que les nouilles sont préparées. Un grand frigo contient les denrées périssables (conservateurs, colorants... et des résrves d’acide citrique contenant la drogue).

3 gigantesques pétrins mécaniques occupent la plus grande partie de cette zone. Le reste est composé de tuyaux en aciers, de compteurs de pressions, et de tableaux de contrôle.

Le Laboratoire
Ces pièces sont isolées du bruit. Matériel de chimie (verrerie, appareil de mesure), ordinateurs, et dossiers où sont rangés les résultats des contrôles "qualité". Il est possible de trouver des preuves montrant que de la drogue est présente dans la recette des nouilles (un jet de Chimie est nécessaire pour s’en apercevoir…) et que des accords ont été passés entre les dirigeants corrompus de l’usine et bon nombre de restaurants du quartier.

Les Bureaux
Situés au premier étage, au-dessus du laboratoire, les bureaux sont la partie la plus calme de l’usine. La journée, les commerciaux s’occupent des commandes, des expéditions et du planning de travail.
Il est possible de trouver des preuves de la présence de drogue dans le bureau de la direction. Il est également possible d’identifier les bidons de levure qui ont été remplacés par un mélange à base de drogue.

Remarque : les bureaux sont fermés à clef, les papiers compromettant sont dans un coffre (Jet de TEC à 10 pour l’ouvrir).}

P.-S.

Auteur : Antoine Bauza



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.