SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Mississippi > Scénarios > L’Autre gant de Tommy Wheatstraw
Contribuer
Les participants

Mississippi

L’Autre gant de Tommy Wheatstraw

jeudi 19 avril 2012, par goethe

Un synopsis One Shot venu tout droit du Oujidérépo, et s’appuyant sur les mots clés suivants :

- Un parrain boulimique,
- Un beau bordel,
- Une revanche à prendre,
- L’autre gant.

Notre histoire prend sa source il y a 10 ans, avec la fin tragique du pianiste noir Tommy Wheatstraw.

Le jeune homme était tombé amoureux de la fille du maire de Clarksdale, mais celle-ci n’accordait évidemment pas la moindre attention à cet artiste sans le sou, et qui plus est de couleur.
Une nuit, alors que Tommy errait désespéré et à moitié saoul aux abords de la ville, il rencontra le Malin au croisement de deux routes. Ce dernier lui proposa un pacte en échange de son âme : il lui offrit une paire de gants blancs dont les pouvoirs lui permettraient de gagner le cœur de sa belle, et bien plus encore.

Le lendemain, Tommy joua comme les autres soirs dans le club où le maire et les notables de la ville avaient l’habitude de se réunir. Mais cette fois-ci, la musique engendrée par ses doigts gantés fut très différente, avec quelque chose de presque divin, tout du moins pour les jeunes filles de l’auditoire qu’elle charma au delà de toute raison. Elle éveilla chez la fille du maire un désir ardent pour le jeune pianiste, auquel elle vint s’offrir dans la nuit, rejointe rapidement par d’autres jeunes filles qui, ayant également assisté à la représentation, s’étaient elles aussi enfuies de chez elles.

Le lendemain matin, les familles firent fouiller la ville pour retrouver leurs filles disparues, et on découvrit dans une chambre d’hôtel sordide, entouré des jeunes corps démembrés, un Tommy Wheatstraw couvert de sang, en état de choc, nu à l’exception de deux gants désormais écarlates. Si le gant gauche du Malin faisait naître lascivité et luxure dans le cœur des jeunes filles pures, remplissant ainsi le pacte avec une ironie démoniaque, l’autre gant donnait naissance à une rage meurtrière dans celui de leur porteur.
Personne ne prêta attention aux délires de Tommy au sujet des gants maudits et son lynchage eut lieu dans l’heure.

La paire de gants du Malin disparut, pour réapparaître il y a quelques semaines dans la ville de Bâton Rouge.

crossroad

Pedro Provenzano, l’un des chefs de la mafia locale, a une revanche à prendre sur la famille Matranga qui contrôle quasiment toute la pègre locale.

Il a ouvert il y a un mois "la Perle de Bâton Rouge", beau bordel qui est en passe de devenir l’hôtel de passe le plus fréquenté de la ville : cet établissement est certes fastueux, mais ce qui fait son incroyable succès, c’est avant tout la beauté et la jeunesse des filles qui viennent y exercer le plus vieux métier du monde. Là où les autres maisons offrent des plantes grasses à moitié fanées, celle-ci propose des roses à peine écloses aux couleurs et aux parfums enivrants, ce qui procure au parrain Provenzano, boulimique en matière de plaisirs charnels, à la fois de quoi assouvir ses appétits, et de quoi attirer une clientèle (pour partie constituée de notables) prête à dépenser des fortunes pour passer ne serait-ce qu’une heure avec celles que l’on dit les plus belles jeunes filles de la ville.

Bien entendu, ce succès fulgurant n’est pas le fruit du hasard : Peetie Johnson, pianiste jusque là sans talent, a retrouvé il y a deux mois les gants maudits de Tommy Wheatstraw dans une échoppe de fripes où il faisait des achats avec son frère William, adepte du Quimbanda. Ce dernier, percevant leurs pouvoirs endormis, les a achetés afin de les étudier, et a fini par percer les secrets de la paire de gants du Malin.
Les deux frères ont offert leurs services à Provenzano, et depuis un mois, Pettie "Mains rouges" écume les clubs, bars, et autres endroits où les jeunes gens issus des milieux pauvres ont l’habitude de sortir le soir, pour y jouer muni du gant gauche (son frère conserve le droit enfermé dans un coffre) et attirer les jeunes filles jusqu’à la Perle, au grand désespoir de leurs familles qui ne comprennent pas ce qu’il se passe et ne parviennent pas, malgré leurs efforts, à les récupérer puisqu’elles y demeurent volontairement (et aussi parce que les gradés de la police qui fréquentent le lieu sont ravis d’y trouver du premier choix).

La sœur cadette (ou la jeune cousine, ou la jeune voisine) de l’un des PJ n’est pas rentrée cette nuit après être sortie avec ses amis, et ses parents affolés alertent le personnage...
Charge aux PJ d’enquêter assez rapidement pour retrouver la jeune fille, en remontant la piste de Pettie et de la Perle.

Bagarres avec les hommes de Provenzano, difficultés avec les autorités de la ville qui ferment les yeux (des notables sont devenus des habitués du lieu, certains par vice, d’autres parce que Pettie a réussi à diriger l’envoutement du gant sur eux), compte à rebours lancé par la famille rivale Matranga qui a décidé de détruire corps et biens la Perle (à moins que les personnages ne s’en fassent avant des alliés de circonstance...), affrontement final contre Pettie le pianiste (qui, s’il maîtrise désormais totalement les pouvoirs du gant gauche, a de plus en plus de difficultés à résister à l’appel de l’autre gant) et William le sorcier Quimbanda : les PJ parviendront-ils à sauver les jeunes filles et à déjouer les plans du Malin ?



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.