SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Paorn > Aides de jeu > Peuples > Wathgars (Tsovranie)
Contribuer
Les participants

Paorn

Wathgars (Tsovranie)

Races & Cultures

1 vote

samedi 22 juillet 2000, par Sigfrid

1- Histoire

Il y a bien longtemps, alors que les Titans régnaient encore sur Paorn, la Tsorvanie ne comptait qu’un seul peuple. Ce peuple en vint à se séparer en deux. Les uns préférants continuer leur vie nomade alors que les autres, las de courir les plaines préféraient se sédentariser. Chacun poursuivi alors sa route, d’un côté les nomades et de l’autre, l’ébauche de la nation Tsovranienne.

Les nomades se séparèrent en deux factions beaucoup plus tard, lorsque la dynastie de Zargrad est arrivée au pouvoir de l’Empire Tsorvanien. A ce moment là, ils proposèrent aux nomades d’intégrer l’empire, tout en conservant leurs terres et leurs droits, et devant en retour apporter leur appui militaire aux empereurs de Tsorvanie. Ce qu’une partie des nomades refusa. Dès lors, les Wathgars, refusant le pouvoir Tsorvanien allaient trouver de nouvelles terres sur les pentes des contreforts entourant la Cicatrice (autrefois les contreforts d’une chaîne montagneuse). Quant aux autres, les Karkhars, ils restaient dans les grandes plaines.

2- Culture

Cela fait maintenant un peu plus de 80 ans (3 générations) que les Wathgars se sont acclimatés à leurs nouvelles terres. Les contreforts montagneux sont certes moins fertiles que les plaines, mais ils possèdent quand même leurs ressources. Les Wathgars se sont surtout concentré sur l’élevage avec notamment une espèce d’aurochs domestiques à poils longs qui constitue leur principale richesse (lait, laine, peau et ossements). Contrairement aux Karkhars, les Wathgars dépendent moins des chevaux dans leur quotidien, mais ils élèvent néanmoins une race de petits chevaux très agiles, à défaut d’êtres rapides. En effet, les contreforts montagneux, bien que pas spécifiquement très élevés, n’en sont pas moins accidentés et les chevauchées à cheval ne sont pas toujours très pratiques. Cela dit, ils ne s’en privent pas non plus, mais l’usage est plus restreint.

N’oublions pas une autre mine de ressources très importantes avec la présence de la Cicatrice qui recèle bien des richesses à qui sait en ressortir vivant. Du haut des falaises donnant sur la Cicatrice, il existe de petits chemins naturels qui permettent de descendre au cœur de la forêt.

Quant aux habitations, les Wathgars vivent dans des tentes constituées de cuir et de peau des aurochs. Ces tentes, capables d’accueillir 2 ou 3 familles sont rondes (forme cylindrique) et très peu élevées. Facilement démontables, elles sont parfaitement adaptées à la vie nomade.
Depuis leur exil sur les contreforts montagneux, les Wathgars sont passés d’une structure tribale à une structure clanique. Les ressources diminuant, il devint plus judicieux de s’étaler sur une plus grande partie du territoire pour éviter l’épuisement des ressources.

Chaque clan (une trentaine d’adultes) est dirigé par un seul homme, le " kanfar ". Cet homme est à la fois le chef du clan, mais également le garant de l’histoire et des traditions du clan. Les kanfars de chaque clan se réunissent souvent lors de l’hiver, lorsque les clans redescendent des plus hautes hauteurs de contreforts. Le kanfar est bien entendu un guerrier et il a l’expérience du combat.

Comme dans beaucoup de structure clanique ou tribale, et comme cela est le cas avec les Karkhars, il y a un homme dédié aux médecines curatives. C’est également celui qui communique avec la divinité des Wathgars (Jeltagar) et il est chargé de l’application des rites religieux. Le chef du clan et le chaman ont le même niveau hiérarchique vis à vis des autres membre du clan. En fait, le chaman prend les rennes du clan dès qu’il s’agit d’événements d’importance religieuse et dans ce cas, même le chef du clan obéit. Et la spiritualité prends une part de plus en plus importante dans la vie des Wathgars...

Les autres membres du clan, s’occupent surtout du bétail bien qu’il leur arrive de chasser de temps en temps aux abords de la Cicatrice.

3- Religion et traditions

Il est à noter que les Wathgar et Karkhars, faisant parti du même peuple, partagent les mêmes vues religieuses.

3.1- Théologie et légende

Dans l’esprit des nomades, hommes et chevaux avaient étés conçus en un même corps aux origines des temps. Les Kentars, la perfection de la création, à l’image du Dieu qui les a créé. Farouches et fiers cette union dura jusqu’au jour où les premiers hommes firent leur apparition sur les prairies sacrées. Considérant ces êtres comme des créations imparfaites, les Kentars les chassèrent par pur plaisir, profitants de leurs net avantage physique. Ils devinrent pervers et vicieux, jouant avec des êtres qu’ils jugeaient inférieurs. Ils oublièrent que toutes les créatures étaient l’œuvre du même dieu qui les avait créé. La malédiction vint alors. Le corps des Kentars se séparèrent en deux. Une partie humaine et une partie cheval.

Il y a des génération et des générations, alors que les Wathgars étaient réunis avec leurs frères des plaines et que les géants habitaient l’est des terres de Paorn, les hommes ont le souvenir que leur dieu majestueux s’est montré à eux pour les aider. A l’époque, un énorme dragon noir comme l’ébène faisait des ravages dans les plaines, aidé d’une multitudes d’autres créatures venues du nord. Le géant Zapor tenait la défense à Travakgorod. C’est alors qu’un étalon magnifique, habillé d’une robe blanche pommelée et au buste humain, descendit des cieux à la vitesse du vent. De son arc il tira quatre traits de feu qui vinrent immobiliser les ailes du dragon au sol. Zapor en profita alors pour le tirer au fin fond de la terre et l’y enchaîner. On entend encore l’Ennemi ancien, comme on surnomme ce dragon chez les nomades, bouger de temps en temps et cherchant à se libérer de ses chaînes. Il le fait d’ailleurs avec tellement de rage qu’il en fait même trembler la terre. Mais tout n’est pas fini et il est dit que Zapor se réveillera à nouveau pour combattre l’Ennemi ancien et que leur dieu, image des anciens Kenkars, reviendra lui prêter sa force et son courage.

3.2- Traditions

Trois choses sont importantes chez les nomades, qu’ils soient Wathgars ou Karkhars : Les chevaux, qu’ils considèrent comme une partie d’eux-mêmes ; leur arc, qui est à la fois leur arme de prédilection, mais aussi un symbole divin ; le respect des autres peuples, dont le manque leur a valu leur punition. Des différences de pratique commencent à apparaître entre Watghars et Karkhars.

Les chevaux, bien que choyés par les Wathgars, ne sont plus autant sollicités qu’auparavant pour les fonctions religieuses ou symboliques. La cérémonie de la chasse notamment ne peut plus se dérouler du fait du terrain plus montagneux. Cela dit, lors de l’apparition de la constellation du cheval, les chevaux sont tout de mêmes décorés le premier jour et personne ne les montent le troisième jour. Seul les rites du second jour sont différents.

L’arc, parole de Jeltagar, tient une place religieuse beaucoup plus importante chez les Wathgars que chez leurs frères Kalkhars. L’arc conserve sa fonction de parole, mais la flèche est considérée comme étant le messager des désirs humains. Il existe de nombreux cas où l’arc et la flèche sont employés. A chaque fonction du rituel (naissance, décès, requête, etc.), les décorations changent, les empennages de flèche également. Le chaman doit d’abord prier et formuler ses vœux pendant de longues heures, l’arc et la flèche posés sur ses cuisses. Lorsqu’il pense avoir suffisamment prié, il se prépare à tirer sa flèche à destination de Jeltagar afin de lui porter le message de sa prière. Le geste doit être parfait, posé et respectant une certaine symétrie dans les mouvements. Des temps de pose précis déterminent chaque instant, que ce soit la levée de l’arc, l’encochage de la flèche et jusqu’à la reposée de l’arc après le tir. Seule la perfection du geste aura une chance de porter le message jusqu’au dieu créateur.

Ils ont, tout comme leurs frères des plaines, la même passion pour les étoiles. Cela dit, outre l’histoire et les légendes de leur peuple qui y sont contées au travers des mêmes constellations que pour les Karkhars, les Wathgars font un usage un peu plus poussé de l’utilisation des constellations. Cela ne va pas jusqu’aux prévisions bien sur, mais ils se servent des constellations, de quelques étoiles mouvantes (en fait, des planètes) et de Etherne pour quelques augures. Les prévisions de changement de campements ou de trajets commerciaux se font après consultation des augures données par les étoiles.

4- Et les autres peuples ?

Bonne entente avec leurs frères Karkhars qu’ils continuent de voir lorsqu’ils descendent dans les plaines.
Les contacts avec les Tsorvaniens sont un peu plus tendus après leur refus d’allégeance à l’Empire.
Pour finir, les contacts avec les Orques de la Cicatrice ne se passent pas bien du tout et les conflits sont très fréquents.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.