SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Pendragon > Aides de jeu > Lieux > Description de la ville de Londres en 544
Contribuer

Pendragon

Description de la ville de Londres en 544

mardi 28 septembre 2010, par erwan graugnard

Descriptif de la ville de Londres en 544, son sénat corrompu, ses quartiers plus ou moins mal famés, ses docks où transitent des marchandises de tout le monde connu et enfin ses secrets plus ou moins bien cachés...

LONDRES

Londres est la première, la plus grande et la plus célèbre des villes de Bretagne. Comme le savent tous les lettrés, le prince Enée, fils de Priam le roi de Troie, échappa au sac de la cité par les grecs et fonda la tribu des romains en Italie. Son petit-fils, Brutus a conduit une partie des anciens exilés troyens vers l’ouest et ils se sont finalement installés sur cette île. Ses habitants l’appelaient Albion, mais les conquérants troyens l’ont renommée Brutusquie, qui est devenu avec le temps Bretagne. Brutus a fondé la ville de Troia Nova (la nouvelle Troie en grec), sa capitale qui donna son nom au peuple des Trinovantes.

1000 ans plus tard, un peu avant la venue de Jules césar, le roi Luda fortifié la ville et changé son nom en Kaer Lud (fort de Lud). Peu après les Romains ont conquis le pays. Le nom de la ville s’est transformé en Kaerlundein puis est devenu Londres au fil du temps.

Les romains ont ajouté leur propre architecture à la ville kymrique qui elle-même s’était élevée sur les fondations troyennes dont ne restaient à l’époque romaines que les anciennes fondations et les célèbres catacombes. Les romains les transformèrent en partie en égouts et agrandirent la nécropole pour y placer leurs propres défunts. Un fort de légionnaires, des basiliques, des bains, des temples, un théâtre y ont été construits sous l’occupation romaine. Londres devenue le centre administratif et politique de la Bretagne Romaine devint vite peuplée en majorité de citoyens romains venus du continent qui en firent une métropole commerciale de premier plan. Ce sont eux qui firent construire le célèbre pont de Londres qui est le seul à franchir la Tamise dans sa partie navigable. A la limite est de la ville, l’empereur Jules césar a construit la tour Blanche, le donjon massif et le château qui ont servit de résidence royale et comme dernier refuge en cas de troubles.

La ville de Londres se trouve entre les territoires saxons et Logres et fut longtemps menacée par des pillards en tout genre. Elle a été envahie plusieurs fois malgré ses fortifications romaines. Mais personne ne l’a totalement détruite, sans doute parce que même le pillard le plus stupide sait reconnaître la valeur d’un centre de commerce, et ne va pas tuer la poule aux œufs d’or.

Londres est assez grande et influente pour représenter à elle seule un pouvoir politique. Elle est dirigée par un sénat urbain qui statue sur les affaires internes comme le jugement des citoyens dans un tribunal de ville plutôt que devant la cour d’un seigneur. Le sénat désigne des chefs, les praetors pour des tâches spécifiques. Londres dispose de sa propre armée permanente qui sert de guet nocturne, de police et de corps des pompiers. Si cette armée de piétons est efficace pour défendre les murs, elle a beaucoup moins de valeurs sur un champ de bataille. Londres n’ayant aucune visée expansionniste, cette troupe est généralement suffisante.

Plan de Londres :

Plan de Londres

Légende :

1. Porte d’Alde : Cette porte donne sur la route de Colchester. Le quartier au sud de la porte est le quartier juif abritant certains des plus riches marchands de la cité et ses meilleurs joailliers et orfèvres.

2. Porte Alder : Une porte aussi appelée porte du pilori, elle est réputée pour être l’endroit où les criminels pris par la milice de Londres subissent leur peine. Ont peut y voir des criminels au pilori, pendus ou enfermés dans des cages en fer suspendus au dessus de la rue. Les habitants les maltraitent à coup de bâton et doivent se prémunir de leurs déjections.

3. Basilica : Un regroupement d’immeubles où le sénat urbain se réunit et qui sert de centre administratif à la cité. C’est autour de Basilica que se trouve le quartier romain jusqu’à la porte de l’évêque au nord. C’est le quartier le plus riche et le plus agréable de la cité. On y trouve les anciennes thermes encore en activité mais réservés aux notables et nombre de domus romaine comportant, luxe inouïe pour Londres, des jardins intérieurs.

4. Château Bayard : Le deuxième château de Londres, il sert de garnison à la milice et de demeure au praetor militaire. Sous le château se trouve l’accès officiel aux égouts de la cité accessible pour la compagnie des Ratiers qui s’occupent spécifiquement de protéger et nettoyer les tunnels de toutes sortes de menace et de nuisibles…

5. Porte Belinne : Cette porte doit son nom au roi Bellinus, dont les cendres sont encore contenues dans une urne d’or qui surmonte l’ouvrage. Elle donne sur le pont de Londres et est la seule de la cité à être ouvert la nuit et fortement gardée.

6. Porte de l’évêque : Quand le roi Lucius des Trinovantes s’est converti au christianisme en 166, ses flamens (prêtres latin) sont devenus évêques et ses archiflamens (grand prêtre latin) sont devenus des archevêques. Depuis lors, le palais de l’archevêque de Londres se trouve au dessus de cette porte.

7. Le pont : Un pont de pierre de dix-neuf arches sous lesquelles vivent un grand nombre de miséreux.

8. Porte des estropiés : La porte nord. Elle donne sur les quartiers nord réputés les plus pauvres de la cité.

9. Porte de Lud : Le roi Lud a régné sur cette ville avant la venue des romains. Il a construit les premiers murs autours de la ville. Après sa mort, il fut enterré sous cette porte.

10. Porte des Mares : La grande porte nord doit son nom aux marais tout proche. Elle donne sur les quartiers nord réputés les plus pauvres de la ville. A coté de la porte des Mares se trouvent les abattoirs de la cité dont les effluves dépassent le canal Flaviens et empuantie par jour de grand vent le quartier romain.

11. Porte neuve : Cette porte a déjà 300 ans à l’époque d’Arthur. Une alcôve cache deux grandes statuts de Corineus et Gogmagog. Gogmagog était un géant qui fut tué par Corineus, le second du roi Brutus le troyen qui fonda la cité. La porte donne sur le quartier des manœuvriers où l’on peut trouver la plupart des manœuvres de la ville et des paysans venus de toute la Bretagne en quête de liberté et de richesses.

12. Pen Bran : Bran était un héros antique et il ordonna que sa tête soit ensevelie à cet endroit pour qu’il puisse continuer à protéger l’île avec ses pouvoirs magiques. La tête fut retiré par Arthur en 529 car il jugeait que la Bretagne devait désormais se protéger par la force et la valeur des ses habitants et non compter sur d’anciennes magies. La porte n’est utilisée que par les occupants de la Tour Blanche.

13. Poterne : C’est une porte réservée à la famille royale et à l’approvisionnement de la Tour Blanche.

14. Eglise Sainte Brigitte : C’est là, juste en dehors des murs que s’élève une vieille église consacrée à Sainte Brigitte. Autour de cette église se rassemble dans des habitats précaires les plus démunis des habitants de la cité qui ne peuvent plus se payer un logement en ville ou cherche à se cacher. Ils ne sont que quelques centaines mais chaque années leur nombre grossi et leurs habitations précaires deviennent plus durables…

15. Cathédrale Saint Paul : A la demande du roi Lucius, les saints Fagan et Dyfan sont venus en Bretagne apporter la bonne nouvelle de la résurrection du Christ. Londres a construit cette célèbre église à cette occasion. Saint Paul a été restaurée au fil des siècles et est devenue une cathédrale grâce aux dons et à la piété des londoniens. Dans la cour de la cathédrale se trouve la pierre et l’enclume dans lesquelles était plantée l’épée merveilleuse mystérieusement apparue et qui fut retirée par l’enfant roi Arthur. Sous la cathédrale, se trouverait l’une des entrées des catacombes de la cité.

16. Southwerk : Le village de Southwerk se trouve au sud du pont de Londres. Il comprend quelques ouvrages défensifs destinés à protéger le pont et abrite toutes les activités que le sénat urbain ne peut tolérer dans la cité. C’est un lieu de perdition où la plupart des auberges et des lieux de débauche les plus actifs de Londres peuvent être trouvés. Ce serait également là que se trouverait l’une des entrées des catacombes de la ville.

17. La pierre de Londres : Cette pierre indique le centre de la ville et serait la borne primitive de la chaussée romaine de Bretagne, à partir de laquelle toutes les distances des voies romaines ont été calculées. Mais avant cela c’était la pierre qui a servit à Brutus pour faire son premier sacrifice à la déesse Diane pour consacrer la ville qu’il avait fondée dans les marais.

18. Tour du mont : C’est le lieu d’exécution des nobles félons.

19. Porte des traîtres : Les bateaux et radeaux déchargent ici les biens destinés à la Tour Blanche. Le nom de cet endroit vient que les prisonniers sont emmenés par cette porte jusqu’à la prison de la Tour Blanche.

20. Porte d’eau (appelée parfois porte basse) : Les navires, barques et radeaux envahissent les quais à cet endroit pour charger et décharger leur cargaison. Le marché est le plus grand marché de Bretagne et même de l’Europe occidentale. C’est par cette porte que les eaux du canal Flaviens qui traversent la cité s’écoulent dans la Tamise après être nées dans les marais du nord. Le canal ne comporte que des ponts en bois facilement destructibles et sert de frontière entre les quartiers aisés de la ville à l’est et les quartiers plus populaires à l’ouest.

21. La Tour Blanche : Avant l’arrivée des romains, ce lieu était appelé la Colline Blanche. Brutus est enterré à cet endroit. Quand les romains ont conquis la Bretagne, leur empereur a déclaré que la ville de Londres garderait ses lois et que nul ne pourrait s’en prendre à ses habitants. Pour encourager la loyauté des citadins envers l’empire romain, il fit construire la Tour Blanche qui devait abriter sa garnison et servir de dernier refuge aux londoniens en cas d’invasion. Elle est célèbre pour ses corbeaux ; ceux-ci ne la quitteront que lorsque le pays sera sur le point d’être envahis.

Les marchés :
Chacune des portes a un marché à l’intérieur des murs. La plupart subviennent aux besoins élémentaires des habitants, notamment en vendant les surplus de récolte en automne. Le marché de la porte d’eau est le seul à attirer des marchands étrangers.
Le marché de la porte d’Alde est spécialisé dans la bijouterie, la joaillerie et le travail du cuir.
Le marché de la porte Alder est uniquement alimentaire.
Le marché de la porte Belinne est spécialisé dans la vente de bois de chauffe ou brut et de poissons.
Le marché de la porte de l’évêque est spécialisé dans le travail du bois.
Le marché de la porte des estropiés est uniquement alimentaire.
Le marché de la porte de Lud est spécialisé dans l’artisanat.
Le marché de la porte des Mares est spécialisé dans la vente de viande et de bétail.
Le marché de la porte neuve était jadis le marché aux esclaves, depuis qu’Arthur a interdit l’esclavage, on peut y trouver des serfs et des domestiques qui vendent leurs services ou se louent à la journée. Bien d’autres services plus sordides ou criminels peuvent également s’y vendre.
Le marché de la porte des traîtres est connu pour être un marché essentiellement alimentaire mais abrité également les barbiers et "apothicaires" de la cité.
Le marché de la porte d’eau, le plus grand de Bretagne abrite enfin tous les produits du pays et d’ailleurs sur ses étals. Des marchands de toutes les nations d’occident et parfois de plus loin encore viennent y vendre leurs produits.

Les notables Londoniens :
Le sénat comporte 60 sénateurs, ce nombre est fixe et n’a pas changé depuis près d’un siècle. Pour devenir sénateur, il faut qu’une place soit vacante or quelles que soient les revers de fortune de son propriétaire, elle reste acquise à vie. Ensuite, si une place est disponible, elle est mise aux enchères et le vainqueur des enchères devient sénateurs tandis que le montant fixé par les enchères est acquis par le trésor de la ville. La plupart des sénateurs considèrent donc leur place comme un coûteux investissement de prestige qui doit être rentabilisé, ce qui explique la corruption endémique de la cité. Pour information, le dernier siège de sénateur à avoir été mis aux enchères l’a été en 538 et fut acquis par le riche marchand de drap, Edward Longère pour la somme faramineuse de 323£.

Le sénat nomme ensuite un certain nombre de praetor en charge de fonctions définies. Ils sont révocables tous les 10 ans ou à tout moment pour faute grave. Il s’agit :

- Du juge suprême, Cernus Peverus dirigeant le tribunal de Londres et de ses 5 juges en charge des affaires courantes, les juges Cornelius Petrus, Adus Ernus, Sévère Septimus, Rowl Carnet et Stew Baffen.
Chose peu courante, les juges sont réputés incorruptibles mais influençables non par l’argent mais pour des raisons qui leur sont propres. Ainsi le juge Petrus est réputé pour son attachement aux idéaux du roi Arhur, le juge Ernus est réputé pour son respect de l’honneur, le juge Septimus pour son goût pour les histoires amoureuses et la romance, le juge Carnet pour son attirance pour les hommes et le juge Baffen pour son goût des petites gens et de leurs problèmes.

- Du maître des murs, David Romier en charge de l’entretien des murs et portes de la cité. Il est réputé être corrompu et percevoir des pots de vin pour laisser les maisons s’agrandir à l’intérieur des murs et même pour certains acquérir des portes personnelles à travers la muraille.

- Du gardien des changes Mercurius Stellus qui a pour rôle de contrôler les marchands de la cité et leur respect de la loi et de l’hygiène. Il est l’un des plus puissants et riche praetor de la ville car il est chargé de vérifier les balances des marchands et changeurs et de les garantir mais aussi d’autoriser ou non la vente de marchandises. C’est également lui qui décide de l’octroi des places sur les différents marchés de Londres. C’est un homme notoirement corrompu et avide.

- Du prévôt Lavinus Marcius (ton père), en charge des quais et de leur marchandises. Il a pour rôle également d’assurer la sécurité et la défense de la cité et de ses ports et commande donc de ce fait la majeure partie de la milice de Londres. Il est le seul des prévôts qui n’acquiert pas sa charge aux enchères mais doit être élu par le sénat parmi une liste proposée par le Roi Arthur.

- Du prévôt des caves Gorwel Antron, en charge des autorisations de creuser et de bâtir dans la ville de Londres, mais aussi de l’entretien de ses sous-sols, égouts et catacombes. Ce poste est surement l’un de ceux parmi les praetors qui donne lieu aux enchères les moins élevées. Pourtant Gorwel est réputé être peu corrompu et faire son travail avec application et sérieux.

- Du prévôt militaire Sir Angus Dorwel, commandant la garnison de château Bayard et devant assurer la défense des murs de la cité. Issu de la petite noblesse, Sir Angus a fait fortune en servant le roi Arthur et a utilisé son trésor de guerre pour acheter cette charge. Il est réputé incorruptible et efficace, assurant une discipline de fer dans sa garnison. Il déteste le maître des murs qu’il accuse de faire des défenses de Londres une véritable passoire.

Population de Londres :

Environ 300.000 habitants.

Force militaires de la cité :

Garnison royale de la Tour Blanche sous commandement d’un noble de la maisnie d’Arthur. Actuellement Sir Hector de Ganes :
150 hommes d’armes, 50 archers.

Garnison de château Bayard sous le commandement du prévôt militaire :
150 hommes d’armes, 150 archers.

Milice du tribunal sous le commandement du juge suprême :
50 hommes d’armes.

Milice du guet chargé de l’ordre sur les marchés sous le commandement du gardien des changes :
200 hommes d’armes.

Milice de la cité chargée de la sécurité des habitants, des quais et des marchandises sous le commandement du prévôt :
600 hommes d’armes.

La légende de la Pythie de Londres
Selon Homère, cassandre était la plus belle des filles de Priam. Elle fut aimée d’Apollon qui lui accorda le don de prophétie ; mais lorsqu’elle repoussa le dieu, il la condamna à ne jamais être crue.

Sa première prédiction concerne la guerre de Troie et ses conséquences. Elle prévient son frère Pâris que son voyage à Sparte l’amènera à enlever Hélène et causera ainsi la perte de Troie. Lorsque Pâris ramène Hélène à Troie, elle est la seule à prédire le malheur, les Troyens étant subjugués par sa beauté. Elle prédira également que le fameux cheval utilisé par les Grecs est un subterfuge qui conduira Troie à sa perte. Plus Cassandre voit l’avenir avec précision, moins on l’écoute. En transe, elle annonce des événements terribles dans un délire qui la fait passer pour folle. De ce fait, chacun la fuit. Elle répand aussi le malheur : les princes étrangers qui la courtisent, luttant aux côtés des Troyens, tombent sous le coup des guerriers grecs ; Cassandre est ainsi vouée à rester seule, elle ne se mariera jamais.

Lors du sac de la ville, Ajax le petit, roi des Locriens la surprend dans le temple d’Athéna, agrippée à la statue sacrée de la déesse ; il la traîne hors du temple et la viole. (Pour expier ce sacrilège légendaire, les Locriens étaient condamnés à envoyer à Troie chaque année, pendant mille ans, deux vierges destinées à être esclaves dans le temple d’Athéna ; si les Troyens s’en emparaient avant qu’elles n’arrivent au temple, elles étaient mises à mort).

Après le sac de Troie, Cassandre échoit comme concubine à Agamemnon, chef des Grecs. Mais lors de leur retour à Argos, Agamemnon est assassinée par sa femme Clytemnestre et par l’amant de celle-ci, Egisthe. Mais contrairement aux croyances, Cassandre ne périt pas ce jour là en même temps qu’Agamemnon. Portant son enfant, elle fuit sur les flots à bord d’un esquif, confiant son destin aux dieux. Ces derniers l’entendirent et la sauvèrent à la seule condition qu’elle enfantât une fille et que toutes ses descendantes fassent de même. Tant qu’il en sera ainsi, Cassandre et sa lignée conserveront leur pouvoir de prédiction, purifié de la malédiction d’Apollon.

C’est ainsi que Cassandre et sa fille nouveau né arrivèrent sur les côtes bretonnes et s’installèrent sur la côte. Des années plus tard, alors que Cassandre était morte depuis fort longtemps, les navires de brutus, petit fils d’Enée, le dernier des troyens accostèrent sur l’île. La fille de Cassandre les rejoignit et proposa au prince Brutus de lui révéler comment vaincre tous ses ennemis en échange de deux choses ; une nuit avec lui et la construction de catacombes sous sa nouvelle cité afin que les âmes des morts reposent en paix. Brutus accepta et ne revit jamais la Pythie qui désormais vécu avec la fille née de Brutus dans les catacombes fraîchement creusées. Depuis ses descendantes, prophétisent pour les initiés dans les profondeurs de Londres, capable de grands miracles et de puissants sortilèges mais seul une vierge peut trouver le chemin de la Pythie et guider celui qui cherche conseil.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.