SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Point zéro > Aides de jeu > Révélations > G&K Industries
Contribuer
Les participants

Point zéro

G&K Industries

1 vote

dimanche 5 décembre 2010, par Twinky

G&K industries est une société puissante d’Aurilla dans laquelle se cache de nombreux secrets sur l’Athale et qui vous apportera d’intéressantes révélations sur l’univers de Point Zéro

Tyrse, 3168.
L’homme pénétra dans l’ascenseur réservé au personnel dirigeant. Les portes se refermèrent sans un bruit derrière lui tandis qu’il pressait le bouton du vingt-septième étage. La cabine et son unique occupant commencèrent l’ascension de l’immense building. A mi course, il sortit une clef de sécurité de l’une de ses poches, et l’introduisit dans la serrure de sécurité de l’ascenseur qui s’ébranla et s’arrêta dans un craquement métallique. Il y eut deux secondes de flottement, puis l’affichage holographique indiqua le niveau -3, un niveau qui n’existait que pour certaines personnes autorisées.
L’ascenseur entama sa course vers les sous-sols…
Les portes s’ouvrirent sur une antichambre circulaire plongée dans la pénombre. Une unique issue lui faisait face, surplombée d’une caméra à l’œil rivé sur l’ascenseur. L’homme s’avança. La porte opposée glissa sur le coté avec un bruit étouffé, révélant un sas de décontamination. Sur le coté, des combinaisons étanches étaient suspendues. Il en revêtit une rapidement, puis franchit le sas…
- Alors Inger, leur décision ?
L’homme observa un instant son interlocuteur à la voix rocailleuse, assis au bord d’un lit en bois précieux, au centre d’un simulacre d’appartement de luxe : grand, maigre, la peau blafarde, l’air malade et des yeux étrécis qui accusaient ses origines : un Athaléen. La rumeur laissait entendre qu’il était né sans système immunitaire, condamné à vivre jusqu’à la fin de ses jours dans des résidences confinées comme celle-ci. La façon dont il avait pu arriver dans ces quartiers aménagés restait un mystère. Quelques années auparavant, Inger avait interrogé son prédécesseur à son propos. Il avait clos le sujet en répondant que plus jeune, lui aussi avait posé la question.
- Ils reconduisent le budget cette année. Mais les évaluations prospectives sur vingt-quatre mois ont fait grincer pas mal de dents, en particulier Emerich. Il faudrait peut-être revoir nos estimations à la baisse ou ils risquent de nous couper les crédits.
- Non… le projet continuera, faites-moi confiance.
- Comment en êtes-vous si sûr ? Cela fait sept ans qu’aucun résultat commercialisable n’est sorti de nos labos...
- Ils le financeront. Ils l’ont toujours fait.

En 3012, G&K, grâce à sa maîtrise technologique, réussissait la première a mettre au point des unités mobiles autonomes capables d’explorer l’Athale. Evidemment, au vu de l’intensité des phénomènes radiatifs du continent, ces unités n’avaient, et n’ont toujours, au mieux qu’une autonomie de quatre ou cinq heures. Au delà, l’électronique embarquée ne résiste pas, et l’unité est perdue. On pourrait penser que de tels engins, avec une aussi faible autonomie, sont finalement inutiles dans l’exploration d’un territoire aussi vaste que l’Athale.

C’est bien entendu vrai, sauf lorsque l’on sait ou chercher...

En 3014, G&K envoya dans le plus grand secret une de ces unités sur le continent ravagé, avec une mission bien précise. Elle en revint, trois heures plus tard, avec des échantillons technologiques qui furent immédiatement analysés par une cellule scientifique. Les échantillons, de simples capsules de verre renfermant un liquide translucide, étaient bien ce que G&K, ou plutôt, une certaine frange des dirigeants de G&K, recherchaient : des composants nano-technologiques...

Comment savaient-ils où trouver ce matériel ? Il faudrait certainement poser la question à l’homme actuellement en charge de ce projet : l’occupant du Niveau -3, le membre le moins connu du conseil d’administration de G&K. C’est lui qui, il y a 60 ans, a amorcé cette opération.

Toujours est-il que cette technologie démontrait la supériorité scientifique de l’Athale au moment de sa disparition. Les nanites sont les éléments fondamentaux de la nanotechnologie, terme finalement assez vague désignant autant un nanotubule inerte, qu’une machine moléculaire à la fonction bien définie... si le premier est une réalité d’une banalité affligeante sur Aurilla, la conception de machines nanotechnologiques relève de la pure science fiction, même à Point Zéro.

Pourtant, c’est bien ce genre de nanites que récupéra G&K. L’étude de leurs fonctions fut particulièrement malaisée, et on comprend que les outils permettant l’étude de machines monomoléculaires ne soient pas monnaie courante. Encore une fois, c’est la maîtrise de G&K dans le domaine de la physique qui permit ces études, et il est difficile d’imaginer qui d’autre y serait parvenu en si peu de temps...

La technologie de G&K, basée sur la production de champs magnétiques nanoscopiques, permettait la manipulation et l’isolement monomoléculaire. L’étude par spectrométrie de masse permit de déterminer la structure moléculaire des nanites, et par modélisation informatique d’en dégager la fonction. On découvrit alors, qu’à l’instar de toute la technologie à échelle humaine, il était possible de créer n’importe quelle machine à l’échelle nanoscopique. Il suffisait pour cela d’être en mesure de construire les nanites atomes par atomes. Or, depuis le début de ses études, G&K possédait cette technologie, grâce aux champs nanoscopiques...

En 3161, G&K décida d’investir d’énormes capitaux dans ce que le conseil d’administration considérait être la " technologie de l’avenir ". Huit ans plus tard, en 3169, aucun résultat probant n’était encore sorti des laboratoires Nanotech de G&K.... Un conseil exceptionnel fut réuni, avec pour objectif de rediscuter l’orientation du projet. Depuis deux ans déjà, l’un des membres du conseil, Aran Emerich, s’opposait à la politique menée par le mystérieux locataire du niveau -3, représenté au conseil par un jeune technocrate du nom d’Inger Den Estin. Les empoignades entre Den Estin et Emerich étaient légendaires, et rarement appréciées, mais ce jour là, le conseil allait se rendre aux arguments d’Aran : le projet, depuis huit ans, était au point mort. Il fut décidé d’en confier les rênes à Emerich, qui garantit des résultats sous cinq ans.

Nous sommes maintenant en 3175, et Emerich et son équipe ont fait des progrès stupéfiants. Les premiers nanites viennent d’être mis au point et les perspectives d’applications médicales (et surtout les bénéfices qui en découlent) enthousiasment le conseil.

Pourtant, durant les huit ans ou le projet était sous la responsabilité du mystérieux conseiller, d’énormes progrès avaient été faits. La technologie avait juste été dévoyée et dissimulée au conseil...

Petit rappel : en 3169, à l’époque ou le projet fut confié à Emerich, fut organisée l’intrusion dans les Banques Génétiques Egidéennes. Les informations contenues dans les Banques furent piratées et l’ensemble des données furent copiées, et certaines modifiées...

Et les séquences ADN de chaque habitant de l’Egide se retrouvèrent entre les mains de l’occupant du niveau -3, un homme qui disposait d’une technologie permettant toutes sortes de modifications moléculaires.

Imaginez... imaginez les potentialités d’une telle technologie utilisée en génétique. Les médecins y verraient une révolution médicale. Lui n’y vit qu’un outil de manipulation politique...

A l’heure actuelle, bon nombre d’hommes influents, politiques ou non, sont tombés sous la coupe de notre mystérieux manipulateur. Grâce aux séquences ADN de ces individus, il a pu concevoir des nanites capables d’altérer spécifiquement leur patrimoine génétique. Leur administrer n’a été qu’une formalité : les nanites sont inodores, incolores et volatiles. Et ces individus se sont retrouvés "empoisonnés" aux nanites, asservis à obéir à la moindre volonté de notre habitant des sous-sols, sous peine d’être retrouvés mort "de mort naturelle".

Les nanites eux-mêmes ne sont pas présents en permanence au sein de l’organisme cible, car elles sont très rapidement attaquées par le système immunitaire de l’hôte et intégralement éliminées en moins d’une semaine. Mais ce laps de temps suffit pour modifier profondément un génôme humain, et induire par exemple un infarctus, un accident cérébro-vasculaire ou un cancer programmés. Il est ensuite extrêmement aisé de déclencher la maladie mortelle si l’individu n’obéit pas aux ordres donnés… Afin de faire comprendre à des victimes récalcitrantes qu’il ne plaisante pas, notre maître-chanteur provoque souvent en plus chez sa cible une pathologie non létale mais souvent handicapante, démontrant ainsi l’étendue de son pouvoir.

La soudaine photosensibilité du président de l’assemblée Egidéenne est ainsi beaucoup moins mystérieuse...

Le conseiller de l’ombre contrôle ainsi un nombre de plus en plus important de hauts dirigeants, tissant un réseau de relations étroit qui lui assure un contrôle quasi total de l’Egide. Au niveau du conseil de direction de G&K, son opposition avec Emerich se fait de plus en plus virulente, menaçant l’équilibre de la corporation, et on ne compte plus les règlements de comptes feutrés entre les deux conseillers.

Une chose est certaine, le projet originel se poursuit, sous la tutelle efficace d’Aran Emerich, et G&K disposera sous peu d’une technologie inégalée sur Aurilla.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.