SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Polaris > Aides de jeu > Lieux et décors > Le Shufflepuck café
Contribuer
Les participants

Polaris

Le Shufflepuck café

2 votes

samedi 24 avril 2010, par cyriades, rodi

Le Shufflepuck est le principal bar de Dem. Tous s’y croisent, signent des contrats et boivent des quantités abyssales de ravageuse. Le bar est tenu par Mosès, un ancien Prédateur de Shaitan. Il règne ici en maître et personne en vient tenter de faire sa loi bien qu’un grand nombre de flibustiers et autres forbans passent régulièrement.

On accède au pont 21A et au Shufflepuck Café de Mosès par les entrailles du grand souk, dans le module n°3. Une enseigne évocatrice au dessus de l’entrée d’un local technique abandonné représente en néons rouges et bleus, grésillant et crachant de temps à autres une gerbe d’étincelles, une table du célèbre jeu de palet. Commence alors le long chemin de coursives et de passerelles menant au bar. Il s’agit là de l’unique point d’accès depuis l’intérieur de la station. Le passage est peu engageant mais sûr. Les parois sont souvent recouvertes de câblages et de tuyauteries et on y trouve des déchets en tous genres mais également des rats des coques. Franklin assure la dératisation.

Les rats des coques

Ces créatures ressemblent énormément a des rats. Mais les rats des coques mesurent une 30aine de centimètre et sont recouverts d’une fourrure grisâtre rendue solide par les copeaux de métaux dans lesquels ils se vautrent lorsqu’ils dorment ou se nourrissent. Cette carapace leur sert d’armure. Leurs crocs, extrêmement aiguisés (1D10+2), leurs permettent d’émietter les métaux les moins solides ou pourris par la rouille et de s’en nourrir ce qui provoque de lourds dégâts matériels. Heureusement les rats des coques ne se reproduisent que très peu et très lentement. Une femelle donne un rat tous les 3 ans en moyenne. Les femelles ne représentent que 10% de l’espèce. Les scientifiques souhaitent étudier les gênes de ces créatures dans le but de comprendre la prédominance des gênes XY au sein de l’espèce. Ils semblent nicher dans des endroits frais, comme les gaines d’aération par exemple. La chasse aux rats des coques se fait à l’attrapeur. Les rats sont très sensibles à ses impulsions électriques et le bâton a le mérite de les tenir à distance car ils se montrent très agressifs si l’on s’en prend à eux.

Accès au Shufflepuck Café

L’accès au Shufflepuck Café

Franklin

Cet ancien mineur est âgé d’une 50aine d’années. Victime d’un tragique accident de décompression dû à un abus d’alcool il y a une 10aine d’années, il a perdu une partie de ses facultés mentales et intellectuelles. Franklin a développé une sorte de manie. Il déteste les rats des coques, qu’il soupçonne de s’introduire dans son cerveau pendant son sommeil, afin de lui voler les plans des mines de cyclast de la région. C’est lui qui a inventé l’attrapeur, un bâton d’1m50 qui délivre un choc électrique (1D10 +1D10 choc) surmonté d’un collier de métal permettant de se saisir des cadavres. Franklin ne se déplace jamais sans son chien, Spike, qui est son seul compagnon. En effet, les gens ont tendance à se moquer de lui. Il passe pour un doux dingue et un alcoolique. Mosès l’a pris en pitié. Il boit à l’œil au Shufflepuck Café, dans la mesure du raisonnable et il est aussi payé en vivres et petites pièces détachées pour effectuer le travail de dératisation de la station. C’est l’un des nombreux petits accords informels passés entre Mosès et le Conseil. Franklin est sans doute la personne qui connaît le mieux les réseaux de coursives, les colonnes d’aération et les espaces libres qui parsèment la station. C’est d’ailleurs quelque part dans ce labyrinthe qu’il a élu domicile dans un havre de paix et de solitude. Il va sans dire que Mosès tire pleinement parti des ces infos, que se soit pour circuler dans la station (mais c’est très dangereux : jets de vapeur à 200° et autres) ou disposer de petites caches à marchandises. De plus, parce qu’il peut se déplacer absolument partout dans la station en toute discrétion, Franklin entend beaucoup de choses… Mais ces petits secrets là, il ne les partage pas. Il les grave dans sa mémoire ou les inscrits parfois sur les murs des passages qu’il emprunte, près de l’endroit où il les entend. C’est sa façon à lui d’avoir une vie sociale.

L’antichambre

C’est l’entrée du Shufflepuck Café. Cette cavité, haute de 5m est ceinte par d’énormes tuyaux sur lesquels courent des gaines électriques. Les 2 seules issues sont la coursive qui y débouche et la porte du bar. Elle est blindée, automatisée et contrôlée depuis l’intérieur du bar. A droite de celle-ci, se trouvent une caméra de surveillance, un vieil écran vidéo et un terminal pour carte de paiement. La caméra permet à Mosès ou à ses employés de contrôler ce qui se passe dans l’antichambre. L’écran ne fonctionne plus mais son vocalcom permet de s’adresser aux clients qui se présentent. Le terminal de paiement permet de s’acquitter des 5 Sols de droit d’entrée. Certains peuvent entrer sans avoir a payer. La règle est la suivante : la porte reste ouverte pendant 10 secondes et on entre que par 2 maximum. Question de sécurité ! Elle ouvre sur une passerelle qui enjambe un vide technique au fond du quel se trouve un pool d’eau de mer qui participe à l’équilibre du module.

Le Shufflepuck Café

Quand on passe la seconde porte, de l’autre côté de la passerelle, on entre dans un vaste dôme de métal mesurant environ 15m de rayon et 6m de haut éclairé seulement par quelques néons publicitaires et par des lampes qui éclairent le vaste espace au centre du comptoir. Mais nous y reviendrons.
L’une des premières choses que l’on remarque lorsqu’on entre pour la première foi est cette ambiance sonore si particulière. En effet, Mosès a fait relier un système de vocalcom au pont de commande des docks. On entend toutes les communications entre les chefs de ponts du module et les navires entrants et sortants de la station…

Au centre du dôme se trouve un vaste comptoir circulaire. Dans l’axe de celui-ci, un énorme tuyau recouvert de miroirs sur lequel ont été organisées de nombreuses séries d’étagères : bouteilles des 4 coins des fonds marins, verres et tout un tas de trucs plus pittoresques les uns que les autres comme des photos d’unités militaires ou d’équipages de contrebandiers, des avis de recherche destinés aux chasseurs de primes ou de petits morceaux de carlingue sont dispatchés un peu partout sur la colonne. Une partie du comptoir est dédiée à la cuisine de Fugu. Le zinc lui sert de plan de travail et même de plaques de cuisson. Partout sur le comptoir, on trouve des petits bols d’amuses gueules et des cendars. Au dessus du comptoir se trouve une imposante corniche, circulaire elle aussi. Elle contient des gaines électriques, la climatisation mais aussi des extracteurs et recycleurs d’air et des cargos - de vastes coffres, parfois réfrigérés, contenant les stock de nourriture et/ou d’alcool mais aussi plein d’autres choses. La corniche est ornée en partie basse de 3 rangs de néons violets et en partie hautes de néons publicitaires oranges ; marques de clopes, de bières d’algues, noms de corpos, il y a de tout et dans toutes les langues.

Mosès

Agé d’une bonne quarantaine d’années, Mosès est un personnage très important au Shufflepuck, car il en est le patron, mais aussi à Dem. En effet, Mosès est un ancien pirate et sa renommée dans le monde de la flibuste n’est pas à faire. On respecte Mosès pour son courage et sa loyauté. Bref, Mosès est un mec bien. Certes, il a tué, éventré, pillé et brûlé, mais il a toujours respecté le Code et ses frères. Mosès n’est plus pirate car lors d’un assaut qui a mal tourné, il a perdu sa jambe. Aujourd’hui, il se déplace grâce à une "jambe de bois" ou plutôt grâce à une prothèse métallique. Mosès aurait pu continuer mais il a senti ses limites et a préféré se retirer... C’est ainsi qu’il a ouvert le Shufflepuck à Dem, que d’ anciens compagnons viennent le voir et que cette amitié, ou au moins cette loyauté, protège la station. En effet, il n’est pas né l’enfoiré qui viendra attaquer la station où se trouve le vieux Mosès, ancien Prédateur et proche du terrible Shaïtan !

Fugu

Agé d’une 40aine d’années et exhibant fièrement un physique de sumotori, Fugu est originaire de Onaku. Il est le plus souvent torse nu et porte un bas de kimono traditionnel, un obi autour des épaules noué dans le dos et un bandana arborant le dessin d’un Fugu. Fugu est le cuistot du Shufflepuck Café. Il ne quitte sa cuisine que pour se rendre sur les docks et acheter des produits de la mer fraîchement débarqués. Sa cuisine est réputée dans tout Dem, à tel point que lors d’occasions spéciales, le Conseil fait appel à lui. On murmure aussi que Grisvald lui passe parfois secrètement commande.S’il mène aujourd’hui une vie paisible, cela n’a pas toujours été le cas. Esclave de naissance, il a appartenu au Senseï Kobayashi, le chef de l’Echine du Dragon, une très importante organisation criminelle de Onaku. Eduqué pour devenir le cuisinier personnel de son maître, il a bénéficié de longues années d’études et est passé maître dans la préparation de mets dangereux - à base de chairs et de plantes ayant des propriétés nocives voire mortelles. Ayant acquis la confiance de son maître au terme de longues années, il se saisi de la première occasion pour l’empoisonner avec de la chair de Fugu. Il parvint à s’enfuir, puis rencontra Mosès. Les circonstances exactes de cette rencontre restent un mystère mais leur loyauté l’un envers l’autre semble indéfectible. Aujourd’hui, sa cuisine participe à la réputation du Shufflepuck Café mais Fugu possède un autre talent. Par un concours de circonstance, il du un jour pratiquer une opération au black sur un mercenaire qui avait reçu quelques balles. Compte tenu des circonstances (manque de matériel et inexpérience totale), le résultat fut plutôt concluant. Lui et Mosès achetèrent un local sur le dock n°4, du matériel médical et informatique et firent savoir à certains de leurs amis qu’ils pouvaient toujours passer en cas de besoin. Gratuitement. En échange de quoi leurs amis font passer le mot. Ils se font un fric monstre grâce à ça.

La cuisine

C’est le bloc opératoire dans lequel Fugu pratique ses interventions au black. Il s’agit surtout d’une boîte de conserve aux parois métalliques, avec un sol carrelé pourvu d’un siphon très pratique pour nettoyer le sang, éclairée par un néon blafard. Même si Mosès a investi de grosses sommes dans le matériel (table d’opération, outils chirurgicaux, matériel informatique, matériel médical en tout genre) certains détails ne trompent pas : le tuyau d’arrosage destiné à chasser le sang dans le siphon n’inspire guère confiance en général. La cuisine se situe sur le dock n°4, dans un endroit discret. Grâce à Franklin, un passage a pu être établi entre la cuisine et le Shufflepuck Café. Il s’agit d’une trappe située derrière le comptoir.

Source de l’image : cyperbunk2021


Encadrement arrondi
Les commentaires sur cet article

2011-09-23 16:58:51 - Groumphillator

Un rapport avec le jeu vidéo old-school ? :)

2010-04-24 10:27:59 - rodi

C’est un super article, tout à fait dans l’esprit du projet Utopia 2.0

Encadrement arrondi
Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.

Cette rubrique du site de l'elfe noir utilise des marques déposées et/ou des droits d’auteurs qui sont la propriété de Black Book Editions et de Philippe Tessier comme l’y autorisent les conditions d’utilisation de Black Book Editions. Cette rubrique n’est pas publiée par Black Book Editions ou Philippe Tessier et n’a pas reçu leur aval ni une quelconque approbation de leur part. Pour de plus amples informations sur Black Book Editions, consultez www.black-book-editions.fr