SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Shaan > L’auteur
Contribuer

Shaan

L’auteur

Biographie d’un écolo humanisto instinctivo positiviste

vendredi 17 février 2006, par Igor Polouchine

Un peu de vécu...

Né le 28 octobre 1969 à Issy les Moulineaux, il passe les 6 premières années de sa vie dans les cités de malakoff. Boulogne-Billancourt, Les Ulis, Orsay, enfance et adolescence troublées par le divorce de ses parents. Très tôt, une fâcheuse tendance à fuir la réalité le pousse à inventer des mondes et des bestioles bizarres. A 14 ans, il découvre le JDR : Donjons & dragons, comme tout le monde. Puis, viennent d’autres jeux : Féerie, Empire galactique, tunnel & trolls, Rêve de dragon. Plus tard, In nominé satanis, Runequest et L’Appel de Chtullu...

De Space-Trotters à Shaan

Mais aucun de ces jeux, si bons soient-ils, ne le comblent réellement. Il modifie systématiquement les règles de ses jeux favoris pour les adapter à sa sauce. A force, il se dit qu’il ferait mieux d’écrire son propre jeu, mêmes si ses notes de français font le grand désespoir de sa famille. Au début, cela s’appelle Space-Trotters. C’est un jeu de type Space Opéra. Toutes les races de Shaan y étaient déjà présentes. La seule différence était que ces races vivaient chacune sur des planètes différentes. Nous avions alors les Mégariens (Darken) avec une planète rouge et aride, les Alphariens (Feling) Hommes lézard (Ygwan) et Wooky (Woon) avec une planète jungle, Psirien (Kelwin) avec planète de sable, Aquariens (boréal) avec planète d’eau genre polaris, Deltarien (Delhion) avec une planète lunaire, Akaï (Nomoï) avec une planète rocheuse, Néo-Terriens aux yeux rouges sur une nouvelle Terre baptisée Sorror, peuplée de Nécrophages, ou encore Gamariens (Mélodiens), habitant une planète paradisiaque. Tout ce petit monde vivait dans une confédération inter galactique somme toute assez sage, les joueurs étant des explorateurs-négociateurs-mercenaires, chargés de résoudre divers conflits sur les planètes connues ou inconnues. Rien de très original...
Au bout de 2 ans de travail semi intensif (faune, flore, organismes, etc.), il laisse tomber, faute de foi.

Shaan et ça repart !

Deux ans plus tard, il retombe par hasard sur sa tonne de notes et de croquis divers. Il se dis que c’est trop bête d’avoir fait tout ça pour rien et se remet au travail. Il mets tout à plat : toutes ces races habiteront la même planète, Héos, et auront un degré de civilisation proche de notre ère médiévale, mais en plus exotique. Une doctrine pacifiste servirait de ciment à cette fédération des 9 races, jusqu’à ce que l’humain n’arrive...
À ce moment, il fait la rencontre de Jean-Christophe Haut-Bois, qui lui trace une carte du monde via ordinateur, en prenant en compte mouvement de couches tectoniques et formations sédimentaires. Là, les foyers de civilisations sont déterminés, et émigrent au grès des contraintes géographiques et climatiques.

Le grand voyage

Sur ce, il part en Mauritanie pour sa coopération, suis l’initiation d’un maître de Karaté Africain, rencontre Pierre Riffard, un chercheur en ésotérisme, séjourne dans le désert avec des bédouins (avec la fameuse scène du rituel de l’oeil de mouton à manger), et surtout il assiste à d’interminables cérémonies à l’ambassade de France, où la médiocrité des expatriés Français n’avait d’égal que leur bêtise et leur xénophobie. Ce microcosme lui fournira une source d’inspiration inépuisable. Il fait également, et surtout, la connaissance d’un certain Bernard Rastoin, employé comme lui au Centre culturel Français. La boucle était bouclée, Shaan était né. L’Héossie serait comme l’Afrique, colonisée par des êtres racistes, hautains et méprisants envers les autochtones. Le Shaan se développa comme une sorte de synthèse entre le zen et l’animisme africain.
De plus, Igor se rends compte que chaque race créée 9 ans auparavant, correspond rigoureusement à la symbolique de chacune des planètes de notre système solaire : le cercle des réalités pointait le bout de son nez.
Ayant en tête que le christianisme n’est qu’une secte qui a réussit, il met en place les 10 cultes élémentaires et leurs messies.

La chasse à l’éditeur

16 mois plus tard, de retour en France, il contacte Multisim avec qui il signe un contrat, 2 jours après. Deux ans se passent, rien. Entre temps, il a réécrit le jeu pour le rendre plus dynamique : initialement, les humains n’avaient colonisé qu’une grande l’île de la planète, et commençaient à avoir des relations avec les Héossiens. Les personnages étaient alors des sortes de coopérants Héossiens, chargés d’explorer les terres primitives pour les bénéfices de leur caste...

En plaçant le jeu 200 ans plus tard, avec le putsch du Nouvel Ordre en Héossie, il a la fois transformé l’écriture du jeu de base, mais également la vie des habitants de ce monde.

Entre temps, avec Bernard, ils avaient écrit un synopsis de Bande Dessinée, qui servirait plus tard de canevas pour le roman Trois Lunes.
Comme du côté de Multisim, rien ne bougeait, ils ont d’un commun accord suivi des chemins différents. C’était dommage car le feeling était là, mais ils n’étaient pas en phase sur le processus éditorial. En feuilletant un Cassus Belli, il tombe sur une pub pour un jeu de rôle nommé conspiration. Il se dit que des gens qui choisissent Andréas comme illustrateur sont forcément des gens de goût, et prend ainsi contact avec Halloween Concept.
Il rencontre les responsables et là, chose incroyable, l’un des 2 associés, n’est autre que le meilleur ami de la personne qu’Igor a remplacé en Afrique (c’est pas shaan ça ?). Pas de contrat, mais le jeu est sorti 3 mois après.
La suite, vous la connaissez...

Le mot de la fin ?

Plus qu’un simple jeu, Shaan est une suite de rencontres qui, petit à petit, ont permis façonner un monde à tiroirs, riche en symboles et en projections de notre société. Shaan peut être perçu comme un jeu mystique ou ésotérique, mais c’est avant tout un jeu politique, qui met l’accent sur ces petits défauts humains (peur, racisme, jalousie, égoïsme...) qui font les grands génocides !

Remerciements

Merci à tous ceux qui ont contribué directement à l’élaboration
et à l’évolution du jeu :

Guillaume Gilles-Naves (l’ami éditeur)
Bernard Rastoin (l’ami écrivain)
Julien Blondel (le résistant)
Benoît Attinost (le grand scénariste)
Jean-Christophe Haut-Bois (l’inventeur)
David Benoit (le meneur)
Émilie (la meneuse)
Hervé Loiselet (le maquetiste de la première heure)
Mathieu Lauffray, Claire Wendling, Denis Bajram, Benoit Springer, Bernard Bittler, Christophe Swal (les dessineux)
foldo, Mayar, Eclipe, (les mailers)
Toute l’équipe d’Halloween, sans qui rien n’aurait pu se faire (Rachel, Jérôme, Véro, Pierre, Michael, Steph, xavier)
Et un petit coucou à Croc, en passant.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.