SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Solsys apocalypse > Solsys et ses satellites
Contribuer
Les rubriques liées
Autres articles

Solsys apocalypse

Solsys et ses satellites

jeudi 3 octobre 2002, par Wenlock

Présentation du JdR SF "indépendant" d’Alexandre Karadimas

"Solsys- L’Encyclopédie du Système Solaire" est un jeu amateur publié sur le net en un site de bonne facture : arborescence efficace, maquette claire et cohérente avec le thème, illustrations nombreuses et de bonne qualité (puisque pour une bonne part réalisées par un professionnel plutôt doué, David Lihard), pas mal de liens et des PDF téléchargeables bien utiles, un peu plus de 300 pages... c’est un travail "semi-pro" plutôt qu’amateur, résultat de plusieurs années d’un travail acharné.

"Solsys- l’Encyclopédie du Système Solaire" (S-ESS) fonctionne sur la base du système Basic auquel il ajoute les obligatoires règles d’apesanteur, de voyage spatial, ses listes d’armes futuristes et toutes les aides de jeu nécessaires au genre "Space-Opera" et son habituel cortège de technologie spatiale (soutenue par des fiches et articles techniques plutôt bien faits et, pour certains, particulièrement bien inspirés), de colonies sur des planètes éloignées (nombreuses, là aussi, mais décrites de manières parfois succinctes), de grands consortiums expansionnistes, d’armées et de flottes interstellaires, d’humanoïdes bizarres...

Mais ici, point d’extra-terrestres tentaculaires (les "races" disponibles sont toutes des mutants d’humains), de manichéisme, de héros intersidéraux et de "chevaliers jedi". Au contraire, l’accent est mis sur le réalisme technologique, social et économique, le cadre de jeu est avant tout notre système solaire et les nations spatiales sont Japonaise, Américaine ou Européenne et poursuivent dans le vide spatial une politique dans le prolongement de l’histoire contemporaine.

Car, non content de se rapprocher ainsi de l’Anticipation plutôt que du vieux "Space-Op" des familles, "S-ESS" est un jeu adulte et politisé qui tend à offrir des possibilités de jeu variées (plutôt qu’un fil conducteur unique) dans un univers dur, souvent sombre et parfois froid, mais réfléchi et précis :
en 2163, après une troisième guerre mondiale, l’humanité a dû quitté les abris enfouis au creux de la Terre, gelée par l’hiver nucléaire (cette période du jeu est décrite dans son pendant post-apo "Solsys-Apocalipse"), pour s’installer sur la Lune puis partir à la conquête des planètes proches, semant au fil de son exode des colonies indépendantes, des stations orbitales, des usines auto-reproductrices et des planètes récemment terra-formées vivant sous l’influence des Corporations, d’une fédération d’origine européenne, de l’hégémonie américaine fascisante ou de la flotte japonaise, arrivées à un statu quo diplomatique après une Première Guerre Solaire.

La situation militaire et politique du système solaire est une source infinie de missions d’espionnage, de révolution coloniale, de guerres économiques, de négociations tendues et de coups fourrés de toutes sortes où embarquer ses joueurs, qu’ils soient des pirates, des cyber-truands, des policiers, des militaires, des ambassadeurs, des techniciens, bureaucrates, voyageurs spatiaux, mutants divers (troglodytes, télépathes, amphibies, bestiaux ou cerveaux sur-développés) à moins qu’ils ne se lancent dans l’une des deux campagnes proposées (dont l’une continue de se développer) dans des histoires mêlant honorablement action, intrigues et révélations.

Il faut le dire, "Solsys" est un jeu vaste, touffu, manifestement riche et en constant développement, servi comme sur un plateau d’argent en un site fonctionnel et esthétique, les boutures parallèles qu’en sont "Solsys-Apocalypse" (déjà composé d’une présentation de cet univers sauvage et glacé, de ses contraintes et ressources spécifiques, d’aides de jeu et de scénarii) et les Flèches d’Argent (un précédent jeu space-op’ militariste, également fondé sur le système Basic et majoritairement compatible avec Solsys) accroissent encore la masse d’informations disponibles et les possibilités ludiques, alors, questionnerez-vous, que demande le peuple ?

Eh bien un peu de verve, de drame, d’humour et de folie pour insuffler à cette construction rigoureuse et intelligente une atmosphère plus spécifique et plus dramatique, des détails plus humains et faire vivre dans la froideur de l’espace une émotion qui se limite un peu trop à une sourde inquiétude, tant les états décrits ont par instant un arrière goût de Russie stalinienne qui peut-être un peu étouffant en jeu.

Mais rien qu’un MJ ne puisse surmonter, d’autant que la richesse des ressources disponibles (gratuitement, faut-il le rappeler) mérite sans aucun doute d’être explorée. Ceux qui recherchaient un space-opera mature et cohérent ont trouvé.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.