SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Wasteland : les terres gâchées > Aides de jeu > Sectes
Contribuer
Les participants

Wasteland : les terres gâchées

Sectes

7 votes

lundi 10 février 2014, par Tharos

Des sectes originales.

Les Loups d’Argent

Les Loups d’Argent sont une secte d’origine haïsrandher qui vise à retrouver les prismes, vestiges d’une civilisation qu’ils disent divine et qui unifie le monde autour des deux seuls vrais dieux : le grand géniteur et le rêveur engloutie. Les prismes en vérités guérissent les maladies et propagent la lycanthropie.

Leur chef présumé est un certain Eddard, mais Eddard vient en réalité d’un jargon Scadian particulier (edrad-kis) qui veut dire "multiple", il y a donc fort à parier qu’Eddard soit en fait plusieurs personnes.

Depuis peu, un inquisiteur du nom de magister Hégalius traque cette organisation afin de mener ces membres au bûcher. Il a déjà éradiqué les Loups d’Argent en Bretagne et fut victime de sept tentatives d’assassinat

Confrérie du Coeur Ailé

Confrérie d’assassins œuvrant dans le Malroyaume - surtout en Ingland et dans l’Archipel - connus pour leur idéal dévoyé de la justice. Ils prennent pour cible les notables et nobles qu’ils jugent corrompus ou malfaisants, ainsi que les auteurs de crimes particulièrement odieux, qu’ils soient punis (ou non) par la justice royale ou seigneuriale ; la seule justice que les membres de cette confrérie veulent bien reconnaître est celle qu’ils rendent eux-mêmes de manière expéditive.

Leur mode d’opération est sournois et propice à plonger leurs cibles potentielles dans la peur et la paranoïa. En effet, ils s’efforcent de toujours faire en sorte que leurs victimes aient l’air d’être victimes d’accidents divers ; ou, quand cela est possible, de les empoisonner discrètement grâce à une mixture préparée à partir d’une plante rare ne poussant que dans le Wasteland, le Rioucque, provoquant la mort par attaque cardiaque. De sorte que l’on n’est jamais certain de la responsabilité de cette confrérie dans certains décès suspects parmi les caïds, chefs de clans barbares ou ploutocrates décadents. La nature de leurs cibles leur assure un certain appui auprès du bas-peuple, qui vit tout de même sous la crainte de cette épée de Damoclès pouvant se retourner contre quiconque enfreint leurs règles et leur loi. Car après tout, comme l’un des credo de la Confrérie du Coeur Ailé l’affirme : "L’innocence n’existe pas ; il n’y a que divers degrés de culpabilité".

Leurs temples souterrains sont des sanctuaires où ils trouvent refuge et lieu de méditation et d’inspiration. Ils y vénèrent une sombre divinité répondant au nom du Tueur de Lumière, représentée sous les traits d’un jeune homme au regard sévère maniant une gigantesque faux. C’est également là que sont désignés les prochaines cibles, leurs noms étant consignés dans les pages d’un épais livre, ainsi que le modus operandi choisi - gare à ceux qui ne le respecteraient pas, ils seraient contraints de s’empoisonner, ayant désobéi au Tueur de Lumière, dont chaque assassin est le prêtre.
On raconte que tout homme, nain, scrounger ou kobold dont le nom est inscrit sur les funestes pages est condamné à expirer dans le mois.
La Rédemption traque cette secte d’assassins depuis longtemps, mais elle ne peut envoyer des inquisiteurs enquêter après chaque attaque ou accident suspect.

Les Tolkiendils

"One does not simply walk into Wastelands." - Proverbe des Marches

Durant le Grand Silence, près d’un siècle après que le dernier des Prodiges ait expiré son dernier souffle, dans les Marches de la vieille Ingland dévastée au nord de London, d’obscurs exégètes avaient exhumé des bibliothèques de l’Hier d’antiques écrits venant d’une époque inconnue, relatant des guerres oubliées par les hommes. Ils les interprétèrent comme une preuve que le monde d’avant connaissaient également les êtres fées, qu’ils soient alliés aux humains, ou ennemis de la race humaine et créés par un sombre Prodige d’autrefois dans son noir bastion. Les Tolkiendils, comme ils se nommèrent, rassemblèrent bien des écrits poussiéreux représentant à leurs yeux une véritable mine d’informations sur l’ancien monde : cartes de rivages inconnus, dynasties étrangères, chronologies et langues absconses...

Peu à peu, un monde oublié reprit vie et sens, et tout devint limpide. La Guerre des Prodiges, qu’ils rebaptisèrent Dagor Dagorath, avait mit fin au monde ancien pour qu’un autre puissent renaître, changeant le contour des terres et le relief des continents. Ils finirent par adopter les us et coutumes décrits dans les ouvrages, choisissant par exemple pour le nom de leurs enfants les noms de ces "rois ancestraux", insérant dans leur vocabulaire des termes venant des différents lexiques des "peuples d’autrefois", rassemblant de plus en plus de monde de toutes les races, à la notable exception des kobolds, qualifiés de "puants" et rejetés par la communauté.

En trois siècles, une véritable religion émergea, prônant le voyage de retour aux origines vers les Créateurs en leur Terre promise éternelle, que leurs érudits localisèrent loin au delà de l’Océan, en Mérique. Lorsqu’un Tolkiendil vieillissant ou malade sentait la mort venir, l’heure était pour lui de prendre la mer vers le continent mythique, sans espoir de retour parmi les vivants. La découverte, aux abords des ruines hantées d’Oxfo, du tombeau des mythiques Beren et Lúthien fut la consécration de ces croyances. Un sanctuaire y fut dressé, l’endroit devenant en peu de temps un important lieu de pèlerinage.

C’est en DA 35, alors que les autorités politiques du Malroyaume s’affirmaient en même temps que la Sainte Eglise, que le culte périclita, en raison de persécutions. Arthur n’était malheureusement pas le nom du roi qui leur avait été promis par leurs textes sacrés, et bien évidemment, le susnommé ne pouvait que peu apprécier les appellations de "simple Intendant" au mieux, d’ "usurpateur" voir de "serviteur de l’Ennemi" au pire. Il fit raser le sanctuaire et facilita l’envoi de missionnaires de la Rédemption dans la région d’Oxfor. Comprenant que le temps était venu pour eux de prendre définitivement la mer, les Tolkiendils firent construire ou achetèrent de nombreux navires dans les ports de Plymouth et de la côte ouest, dont le plus grand, le Lothron gwelyth, avait à l’époque la plus grande capacité de tonnage que l’on ai vu depuis l’Hier, et que l’on ne verrait plus avant quelques décennies sous le règne d’Arthur IV et l’apparition des Léviathans de Corbuse. Chargés de provisions, de bêtes et de leurs plus précieux ouvrages, les navires levèrent l’ancre et partirent vers l’Ouest, pour ne jamais revenir.

Certaines petites communautés sont cependant restées sur la terre d’Ingland, organisées en chevauchées et parcourant les forêts et les landes des Marches, secourant le voyageur perdu et pourfendant la bête mutante. Les ruines de l’ancien sanctuaire, bien qu’envahies par les ronces et le lichen, restent à leurs yeux le lieu le plus sacré, vestiges de la gloire de leurs ancêtres.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.