Site de l'elfe noir (Sden) - site communautaire de jeux de rôle

Site communautaire de jeux de rôle

Des avis et des idées SVP

Débats, conseils et réflexions sur le jeu de rôle.

Modérateur: Modérateurs

Des avis et des idées SVP

Message par Ankaria » Lun 14 Avr 2014, 20:45

Bonjour à tous, voilà depuis plus d'un mois je suis sur la création de mon propre jdr médiéval fantastique, ANKARIA, non pas pour un éditeur mais plutôt pour jouer entre amis. après tout ce temps je viens tout juste de finir l'histoire du monde et j'aurais souhaité avoir à tout prix des avis, conseils ou même critique sur ce commencement. Tout sera bon à prendre. voilà mon adresse pour les plus intéréssé : jerem82800@hotmail.com
J'ai déjà posté ceci sur de nombreux forum mais personnes n'a pour l'instant dénié s'intéresser à mon travail.
Si vous avez la foi et surtout le temps de lire ces pages n'hésitez pas. Merci à tous
Ankaria
 
Message(s) : 14
Inscription : Lun 14 Avr 2014, 20:34

Re: Des avis et des idées SVP

Message par Kakita Inigin » Mar 15 Avr 2014, 17:31

Tu peux nous en dire plus ?
Tes yeux sont si profonds qu'en me penchant pour boire
J'ai vu tous les soleils y venir se mirer
S'y jeter à mourir tous les désespérés
Tes yeux sont si profonds que j'y perds la mémoire.


Barde biclassé Secrétaire Voix de Rokugan
Avatar de l’utilisateur
Kakita Inigin
Trésorier AEN
 
Message(s) : 7398
Inscription : Mer 12 Mars 2008, 12:18

Re: Des avis et des idées SVP

Message par Ankaria » Sam 19 Avr 2014, 02:36

j'aimerais votre avis sur ce que j'ai put écrire. Voici le concept sans les petits détails de ma création (J'ai déjà commencer à réfléchir aux règles du jeu, mais je ne suis pas encore au bout de mes peines, du moins je pense).

Dans cet univers fantastique, les joueurs incarneront des êtres créent par "les premiers nés" (voir histoire) et par la force des éléments. Chaque nouveau joueur devra répondre à quelques questions préalablement posées avant même le jour où la session aura lieue, cela me permettra de leur définir un élément propre ( d'où leur provient la magie), ainsi que leurs caractéristiques unique, tout cela en cohérence avec le monde qui les entoure. Ils auront le choix de choisir eux mêmes leur apparence physique et le caractère, aussi complexe qu'il le souhaite, pour leur personnage. Mon jeu consiste à faire d'eux des créateurs, dans un monde vierge, où il ne reste que des ruines et des vestiges du temps des hommes, venant à peine de se remettre d'un chaos éliminant toute forme de vie (voir histoire). Les personnages auront le pouvoir et le devoir, sur ordre des premiers nés, de créer, protéger et faire évoluer le nouveau monde, par le biais de scénarios et campagne. Chaque nouvelle création (Espèces animales, civilisations...), découverte (lieux spéciaux, minerais, technologie...), ou même chaque combat épique, pourront porter le nom qu'aura choisit le joueur. En conclusion, chaque joueur ou groupe de joueur écrira à chacune de leur séance ou campagne, une partie de l'histoire du monde, qui pourront les mener à devenir beaucoup plus tard des idoles et des dieux aux yeux des civilisations qu'ils purent créer.

Voilà un petit résumé rapide,et si vous voulez en savoir un peu plus sur un détail quel qu'il soit je serai ravi de vous en faire part.
Ankaria
 
Message(s) : 14
Inscription : Lun 14 Avr 2014, 20:34

Re: Des avis et des idées SVP

Message par LeSylvanien » Sam 19 Avr 2014, 11:55

Bonjour,

Il faudrait effectivement en savoir un peu plus... tu as un synopsis à nous faire lire ?

J'ai publié un post récemment sur un appel à créateurs/scénaristes, mais il faudrait savoir à quel point tu es avancé dans la rédaction de tes histoires :http://www.sden.org/forums/viewtopic.php?f=20&t=44191&p=999312#p999312
Le Sylvanien

BSQ1492 - Jeu de rôle communautaire en ligne : http://www.bsq1492.com
Avatar de l’utilisateur
LeSylvanien
 
Message(s) : 3
Inscription : Sam 28 Sep 2013, 12:02

Re: Des avis et des idées SVP

Message par Lame » Mar 22 Avr 2014, 17:17

ANKARIA

Au commencement

Au départ, la terre n'était que flamme et ténèbres, inhospitalière à toute forme de vie, avant de devenir celle que nous connaissons de nos jours. Dans ce monde hostile, durant des milliers d'années, les éléments se déchaînaient et s'entrechoquaient, provoquant tempêtes, éruption, séismes, et bien d'autres. Ces interactions, plus que quotidienne, furent à l'origine, au fur et à mesure des siècles, des cicatrices qu'emprunte aujourd'hui les rivières ou les fleuves, et des coups, qui donnèrent naissance aux imposants monts glaciales d'Alandor, qui de leurs pointes enneigées effleurent le ciel. A cette période de la création, Ankaria était le seul et unique continent de notre terre, et donc une seule chance pour la vie de voir le jour. Bien heureusement ce fut le cas. Les bois naissants au sud devinrent d'immense et verdoyantes forêts, à qui le vent faisait danser et siffler les plus hautes cimes, pendant que les eaux, s'écoulaient, serpentaient, et remplissaient le continent de fertilité. Les saisons s'installèrent, dominant le temps capricieux, et la nature donna enfin le droit à la vie d'apparaître. Une nouvelle ère prit place dans un monde cohérent et réaliste, un havre de paix où la nature dominait en maître. Mais ce règne incontesté, devra faire face à un événement destructeur et non des moindres, car ce fut pendant cette période que la première vrai civilisation fit ses premiers pas.

L'ère draconique

Un grand fléau survint et fit connaître à Ankaria un changement radical de ses terres, comme on peut le voir aujourd'hui encore. Le grand lac des anciens, au centre, en est un des plus importants, car c'est ici que tomba des cieux, cette chose terrifiante. Les récits Zrak racontent que cela ressembler à une boule de feu, pleine de noirceur à un point qu’elles en éclipsaient le soleil durant sa chute. Ce fut un impact si violent, qu'il fit gronder et trembler la terre toute entière pendant un temps qui sembler interminable. D'ailleurs c'est à ce moment sombre de l'histoire, quand la terre se déchira, que sont nées les différentes îles qui bordent aujourd'hui le continent. Plusieurs semaines passèrent, on pouvait alors voir un nuage ténébreux qui se mit à assombrir les cieux, et le sol devenir rougeâtre de flammes, plongeant Ankaria dans une nuit hivernale qui dura presque trois milles ans. Cette catastrophe provoqua l'extinction brutal de toutes les espèces vivantes qui prospéraient jadis sur ces terres. Les rayons du soleil, emprisonnaient dans cet épais nuage remplit de cendres et de poussière, ne pouvait plus faire profiter les immenses forêts du sud de sa lumière nourrissante, qui périrent à force du temps. Le mal c'était emparé de notre terre bien aimée, qui avait mit tant de temps et d'effort à sa création, mais qui se vit réduite à néant en un instant. Il fallut alors attendre presque plus de vingt milles ans avant de voir Ankaria retrouver sa splendeur d'antan et accueillir à nouveau la vie. L'imposant cratère en son centre, plongeait jusqu'au antre les plus profondes de la terre, abritant un être remplit de magie, sur qui la nature n'aurait aucun pouvoir, et qui régnera en seul maître sur le monde pendant plusieurs millénaires. De ce chaos terrible sont nés Les dragons. Ce furent des créatures sublimes, intelligentes et avides de soumissions, mais leur égoïsme était poussé à l'extrême, ce qui les renforçait à vivre en solitaire. A leur apogée, on pouvait dénombrer un peu plus de dix races différentes, ayant chacune leurs caractéristiques et couleurs uniques, toutes étant au sommet de la chaîne alimentaire. Ils n'étaient que quelques centaines à vivre sur le continent, du fait qu'il ne pouvait se reproduire qu'une seule et unique fois dans toute leur longue existence. Ils puisaient leur immense pouvoir de ce que la nature pouvait leur offrir, car les dragons étaient des êtres élémentaires, nés de la terre et du feu, vivant de l'eau et de l'air, mais aucun n'avait le pouvoir de combiner les quatre. Ce n'était que quand ils arrivaient à l'âge adulte, après presque mille années d'existence, qu'ils assistaient à ce qu'on appelle l'élévation, encore présent chez certaines race de notre temps. Ce rituel consiste à recevoir, à un moment donner de sa vie, le don de manipuler un ou plusieurs éléments que la nature aura préalablement choisi pour l'être qui le reçoit. Mais la nature fait bien les choses, et oblige celui qui se sert de ses dons à lui rendre en contre partie un peu de sa force vitale. Par exemple un dragon pouvait en général vivre plus de cinq mille ans, mais certains n'atteignaient même pas les deux millénaires, faute de leur utilisation abusive des pouvoirs qu'ils détenaient.

Les seuls moments où ces colosses se prosternaient, furent quand ils se retrouvaient face à leur maître, le premier d'entre tous, celui qui descendit des cieux et qui leur donna la vie, Araksos, là depuis la naissance du nouveau monde. Son trône était le plus haut sommet des monts d'Alandor, enfin du moins ce qu'il en reste, ce fut lui seul qui pouvait décider de l'avenir de ses autres congénères et qui rassemblait en son sein la puissance des quatre éléments réunis. Cela lui donnait le pouvoir de créer, mais aussi détruire quiconque oserait défier son autorité.

Plusieurs livres nous conte la vie d'un d'entre eux, Orix, celui qui fit tomber le tout puissant, et qui imagina par la suite la première vrai civilisation. Orix fut l'un des dragons noir les plus redouté de son temps, il possédait en lui une puissance des plus phénoménale, hérité de son père lui même, Araksos. Sa façon de penser et de voir le monde était complètement différente de celle de tous ceux de son espèce. Pour lui le temps passait, mais rien ne changeait, le monde restait tel qu'il est et malgré leur puissance incroyable, il n'y avait rien ni personne à soumettre à leur volonté. Orix, décida de rallier cinq de ses frères les plus redoutables et connus de tous. Il y a de cela plusieurs millénaires avant même la naissance d'Orix lui même, ils furent bannis sur chacune des îles bordant le continent après avoir essayé de se rebeller contre le grand Araksos. Il y avait Humex, le grand brun foudroyant, Aksos, La flamme éternel, mais aussi Iris, la tornade dorée, Arknes, le flocon noir, et le plus terrible d'entre tous, Akator, le destructeur de monde. Araksos apprit la nouvelle par un de ses serviteurs, et ne pouvant rien seul contre l'alliance de son fils, convoqua une armée composé de cinq cent des siens, issus des quatre coins d'Ankaria. La guerre fut inévitable, sanglante et dura plusieurs décennies. Araksos tomba, pendant ce qu'on appelle la guerre des titans, la plus épique de tout les temps, et le reste de son armée encore debout s'inclina devant le nouveau maître du monde, Orix. Son plan allait toucher à sa fin, mais il restait encore une tâche importante à accomplir, la création d'une civilisation n'ayant aucun pouvoir et assez d'intelligence pour faire de lui un dieu. Direction le lac des anciens, maintenant remplit d'eau, l'endroit où tout a commencé et recommencera. Les cinq serviteurs d'Orix formèrent un cercle autour de lui, pendant qu'il jetait son ancien patriarche dans les profondeurs de la terre. Le ciel s'assombrit formant un tourbillon remplit de ténèbres et d'éclair, orix plongea à son tour dans le néant libérant une énergie gigantesque, amplifiée par des incantations incessantes. Après un temps interminable, Il sortit enfin, non sous sa forme colossale et puissante, mais en tant que le premier homme à poser les pieds sur la terre. Il sentit un pouvoir immense parcourir son nouveau corps, et se mit à le contempler de haut en bas. De tout son âme et par sa force, il ordonna à tout ses autres congénères de plongeait eux aussi dans les ténèbres pendant que les cinq fidèles continuaient leur rituel, unissant toute leur force vitale. Plus d'une centaine d'entre eux finirent par poser le pied à terre en tant qu'être humain. Leurs nouvelles enveloppes les remplissaient de curiosité, mais en aucun cas ils ne se souvenaient de ce à quoi ils ressemblaient avant cela. Ils furent aussi dénués de tout pouvoir et à la merci d'Orix, qui celui ci devint leur meneur et pendant des siècles régna sur l''humanité, qui le vénérait de pour sa force hors du commun. Les cinq fidèles restèrent les fantastiques dragons effroyables qu'ils furent jadis sous le contrôle d'Orix, qui se servaient d'eux, comme des lieutenants, pour renforcer son emprise sur tous les royaumes des hommes, qui se formèrent siècles après siècles sur Ankaria. Au centre du lac des anciens, il se fit construire une immense tour pleine de splendeur, tellement blanche que les rayons du soleil la rendait presque invisible. Sur ce toit du monde il régnait d'une main de fer. De nos jours il n'en reste seulement qu'une ruine, mais de n'importe quel endroit où l'on se trouve sur le continent on peut encore apercevoir son sommet et se rendre compte de la grandeur de ce monument d'antan, dont il en existe plusieurs légendes. On nous dit clairement que quiconque osera déranger le sommeil du créateur, Orix, verra alors le monde se couvrir de haine et les hommes aujourd'hui disparut, reviendront le venger par millier. Car ce fut des hommes qu'Orix tirait son énergie et sa puissance, à l'origine de ce qui fit d'eux des mortels. Plus il' y en avait, plus fort était ses pouvoirs et il devint à force des âges un être surnaturel, qui inspirait la crainte à la seule prononciation de son nom. Cela fit des jaloux et non des moindres. Akator, le plus puissant des cinq fidèles du créateur, compris que jamais il ne pourrait atteindre une telle force ni être reconnu de tous, tant que son maître serait encore en vie. Il extermina à l'abri des regards ses quatre autres confrères, les uns après les autres, durant les féroces batailles écarlates, et exhiba leurs corps sans vie au monde entier. Cela fait, il fit parvenir ensuite un message à Orix, lui disant ceci : « un jour viendra, mon frère, où dans la mort nous formerons un tout, mais toi, vivant, tu es et restera seul, dénué de tout pouvoir ». Du jour au lendemain, il ne fit plus parler de lui et plus jamais personne ne put le revoir ni ne découvrit ce qu'il en était advenu.

Les fils d'Akator

Les légendes nous disent qu'Akator s'exila sur l'île qui porte son nom aujourd'hui, celle située le plus au sud du monde, qui n'abritait aucune forme de vie à cet âge là. Elle a en son centre un immense volcan, entouré à ses pieds d'une forêt meurtrie et brûler par les nombreuses éruptions qui eurent lieu durant les millénaires passés, mais c'est ici que furent nés et formés les premiers fils d'Akator. Ces êtres hors du commun avaient une morphologie identique à celle des hommes, mais leur corps était recouvert d'une épaisse peau écailleuse, aussi résistante qu'aucune des meilleures armures forgées de nos jours. Ils sont les descendants directs du destructeur de monde et en eux coulaient son sang, mais plus important encore, ils possédaient également son pouvoir immense. On raconte qu'Akator faisait venir du continent, dans le plus grand des secrets, durant des siècles, des dizaines et des dizaines de femmes encore vierge, afin de les féconder, et qui après l'accouchement de leurs nouveaux nés, mourraient alors d'épuisement, tant il fallait d'énergie pendant leur mise à bas. L'accouplement s'accomplissait selon un rituel des plus morbides qui faisait perdre à Akator, une partie de sa force vitale, à chacune des fois où il engendrait un de ses fils. A la fin de sa vie, ses écailles robustes était passées d'une couleur rouge écarlate à un blanc pâle, comme s’il vieillissait de plusieurs millénaire en seulement quelques années, puis le jour de sa mort arriva. Son dernier souffle fit retentir un bruit assourdissant dans le monde, venant des cieux, et ainsi mourut le dernier des grands dragons qu'Ankaria vit naître.

La mort de son aîné fut une terrible nouvelle pour Orix, qui le traqua durant toute ces années, et une rage extrême s'empara de son âme. Akator était pour lui le seul moyen de révéler à tous ses pouvoirs immenses qu'il put acquérir des hommes durant tout ce temps. Il ne pouvait pas croire, qu'il vivrait éternellement en se disant qu'on puisse l'avoir trahit sans ne serait ce qu'une fois montrer de quoi il était capable. C'est à ce moment là que le message qu'Akator lui adressa avant de disparaître, prit toute son importance.

«Dans la mort nous formerons un tout...»

Ses fils furent crée dans un seul et unique but, exterminer la race humaine toute entière par le sacrifice d’Orix. Akator n'aurait jamais put le faire de lui même, cela lui aurait prit trop de temps et Orix, imbibé d'un pouvoir illimité, l'aurait expédié en un geste, vers une mort certaine. Le tout puissant ne connaissait en aucun cas leur existence, et au fur et à mesure du temps ils mettaient leur plan à exécution, celui d'engendrer par le biais des hommes, toute une armée. Ils étaient une centaine au départ, et se comptaient par millier après seulement quelques décennies, prêchant la parole de leur père décédé, partout sur Ankaria. On vit alors se former des guildes dans toutes les villes de chaque royaume, et de plus en plus d’adeptes rejoignaient leurs rangs, mais beaucoup d’autres restaient fidèles à Orix et vint le jour, que l’on appellera plus tard « le recouvrement ».

Ce jour là, le monde fut mis à feu et à sang, par les pouvoirs des premiers nés, hérités de leur géniteur, mais aussi par le courage et la volonté de leurs innombrables adeptes. En un jour, et pas un de plus, ils furent à la tête de la totalité des campagnes, cités, villes, ou métropoles de tout le continent et de ses îles. Le ton fit donner, des milliers de cadavres jonchaient les sols en cette fin de journée, qui vit le ciel devenir rouge sang et le plus dur pour Orix fut de faire un choix. Soit les exterminer tous, en perdant alors toute sa force et surtout son immortalité, qu’il puisait depuis des siècles dans l’âme des hommes. Soit demeuré là, à attendre en préservant sa vie, mais se ronger pendant tout le long de celle-ci, de ne pas avoir pu enfin un jour faire pleuvoir sa colère et montrer à qui se dresserait devant lui, l’immensité de sa puissance. Sa prise de décision allait être brève, car son égoïsme et sa fierté primait sur sa vie. De son mètre quatre vingt, du haut de sa tour écarlate, il tendit ses bras vers les cieux, le ciel alors rouge sang, se remplit en un instant de ténèbres, plongeant Ankaria dans une noirceur totale. Un rayon des plus étincelants, qui pendant quelques secondes illumina à nouveau le monde, jaillit alors du ciel et vint frapper Orix de plein fouet. Après cette apparition soudaine, le soleil put avec peine, perçait à nouveau les nuages noirâtres, qui s’éparpillèrent pour laisser l’aperçut d’une silhouette que l’on connaissait si bien. C’était Orix, non pas en tant qu’homme, mais sous sa forme la plus redoutée, un colossale dragon noir, qui à ce moment là ne pensait plus ni du pourquoi, ni du comment il allait décimer sa propre création. Avec sa rage infinie, il fonça sur ses ennemis, les submergeant de son pouvoir ravageur, et la terre trembla, les eaux se déchaînèrent, les tempêtes emportèrent tous sur leur passage, puis il recouvra le monde des flammes de l’enfer. Une civilisation toute entière disparut en un instant. A la fin de ce qui fut le plus grand chaos de tout les temps, après son abominable tuerie, l’énergie et la force qu’il put accumulé durant toute sa vie le quittèrent au fur et à mesure des heures qui passaient. On raconte qu’il tomba du ciel comme il en était venue, voyant son corps se rétrécir durant sa chute et lui redonner forme humaine à son impact sur le sol. Il se renferma alors dans sa tour blanche et éclatante, pour ne plus jamais en sortir. Des légendes disent qu’il y est mort après plusieurs années, étant redevenu mortel, et que son esprit y hanterait encore ces murs.

« … mais toi vivant, tu es et resteras seul, dénué de tout pouvoir. »

Les cinq lois élémentaires

La vie s’était éteinte à nouveau, le monde sentait la mort, il ne restait alors que des vestiges et des ruines du temps des hommes. Ce fut la première des nombreuses civilisations qui existeront, mais qui se vit anéantir jusqu’au dernier, faute d’un trop plein de pouvoir de leur propre créateur. Le seul et unique endroit que sa colère destructrice n’avait pas frappé, fut l’île d’Akator, qui au creux de son grand volcan abritait encore la vie des cinq derniers de ses premiers nés, qui deviendront à leur tour les fondateurs des nouvelles races existantes de nos jours.

Leurs pouvoirs si fort soit il, ils ne les avaient utilisé que rarement, ce qui leur permis de rester vivant aussi longtemps, mais ils ne pouvaient en aucun cas leur permettre de créer la vie. Un artefact des plus puissants qu’ils eurent en leur possession, lui, le pouvait. A la mort de leur père, cinq des premiers nés restèrent auprès de lui afin de cacher, mais aussi de protéger son corps inerte jusqu’à la fin du recouvrement. Dés que cela fut terminé, ils ouvrirent sa poitrine pour en extraire l’essence même du pouvoir immense qu’il détenait, car c’était dans le cœur des dragons que se cachaient les secrets de leur longévité et de leur magie. Quand ils eurent finis, la dépouille du grand Akator se mit à crépiter et se craquela en mille morceau, ressemblant à de la cendre ardente que l’air fit disparaître dans le néant. Mais leur unique préoccupation, n'était qu’à lui seul il ne servait à rien, car il renfermait seulement le pouvoir de détruire et non de créer. Les cinq premiers nés comprirent que pour voir naître la vie, il faut le bien et le mal, ensemble ils forment ce que l’on nomme l’équilibre naturel. Mais comment et où trouveraient ils une tel chose ? Sachant que ce monde n’a connu que le chaos depuis les débuts de sa création. Ils se mirent donc durant des siècles, à la recherche de la pureté même, un objet libre de tout parasite, ne sachant en aucun cas à quoi cela ressemblait ni où ils pourraient la trouver. Des plus hauts sommets, de dans les mers les plus profondes, ils cherchèrent encore et encore, mais rien, rien ne ressembler à ce qu’il voulait détenir. Les années passèrent, quand soudain un jour, l’aîné des cinq comprit que ce qu’ils cherchaient n’était pas seulement une chose, mais un tout. C’était la nature et plus exactement la pureté de ses quatre éléments primaires qui étaient la clé pour enfin tourner une nouvelle page du livre de l’histoire du monde. Fus, de son nom, était arrivé à cette conclusion, grâce aux événements qui se sont passés jadis, quand Orix le terrible plongea dans les profondeurs de la terre. Il possédait en lui la force inépuisable des quatre éléments combinés au cœur de son paternel, le grand Araksos, dont la poitrine était déjà ouverte au moment où il le jeta dans les ténèbres. Et ainsi créa les hommes.

Les cinq fils d’Akator se mirent alors au travail et chacun leur tour, ils eurent à choisir un élément en particulier, l'air, la terre, le feu ou l'eau, puis cela fait les rituel s’accomplissait en trois étapes. Le dernier celui qui ne reçut rien est devenue le grand gardien du cœur d’Akator, on raconte qu'il battrait encore dans les entrailles du volcan de la création. En premier lieu, ils déposaient la matière qui s’associait le mieux à leur élément à l’intérieur de celui ci : L’eau pure des sources des monts d’Alandor, la lave ardente du grand volcan, le souffle d’un être vivant pour l’air, et un peu de la terre fertile des grandes plaines de l’ouest. En second, les quatre autres se mettaient à murmurer de nombreuses incantations imprononçables, remplissant à chaque fois le cœur de leur père d’un peu de leur force vitale. Le cœur d’Akator se comportait alors comme l’utérus d’une femme enceinte, et vit grandir en lui les descendants des différentes races qui peuplent aujourd’hui le monde. La gestation durait approximativement trois à quatre semaines, mais l’opération devait être répété des dizaines et des dizaines de fois, afin d’avoir un groupe assez important d’individus de chaque race, pour qu’ils puissent ensuite se reproduire de par eux même. Chacune firent placées sur une des quatre îles qui entourent encore le continent, mené par chacun des quatre fils d’Akator. Elles possédaient toutes des caractéristiques propres à leur création, façonnait par les éléments, que ce soit non seulement pour leur physique, mais aussi leur mode de vie. Les quatre nouveau créateur étaient devenus alors leurs anges gardiens, et ne voulaient en aucun cas qu'ils puissent un jour connaître leur existence. Ils instaurèrent toute fois des règles à suivre et furent à l’origine des cinq lois élémentaires, encrés dans leur esprit depuis leur création, qui régissent aujourd’hui encore l’utilisation et l’apprentissage de la magie, pour ne plus qu’aucun être ne puisse grâce à elle, devenir aussi puissant qu’eux l’étaient.

La loi des flammes : Ton symbole sera la rougeoyante flamme éternelle qui représente le soleil. Son pouvoir est destructeur pour tous ceux qui s'y oppose, mais pour toi par la même occasion. Utilise le seulement à bon escient ou c'est lui qui te rongera de l’intérieur.
La loi de l’eau : Ton symbole sera le cercle de l'infini bleutée qui représente l'océan entourant le monde. Sa force légendaire te permettra de plaquer quiconque se mettra en travers de ton chemin, mais force la à agir et tu te verras alors réduit à ramper sur le sol.
La loi de la terre : Ton symbole sera le chêne au centre d'un triangle verdoyant qui représente la vie. La nature, dans tous ses sens, sera ton domaine, protège la du mal qui la menace ou dans le cas contraire elle se retournera contre toi.
La loi de l’air : Ton symbole sera la spirale argentée qui représente le temps et le savoir. Son souffle est progressif, laisse le t'imbiber de sa puissance à travers les âges, soit trop pressé et il t'ouvrira les portes de la mort plus vite que prévu.
La loi fusionnelle : Deux êtres ne pourront faire qu’un, si et seulement si les deux forces qui les unissent sont compatibles, mais alors ils verront leur force vitale se dégrader à chacune de leurs unions et cela est irréversible.

Les races primaires

La longue lignée des fils d’Akator, se perpétua pendant plus de trois millénaires et prit fin il y a presque cinq mille ans, ce qui marquera le début de notre ère. Au départ, les quatre races primitive qui peuplaient les quatre îles du monde, portant chacune le nom d'un des premiers nés, ne se côtoyaient pas et aucune ne connaissaient l'existence de l'autre.

Sur l'île d'Inthus, la plus vaste de toute, à l'est, vivaient, des géants, les Maa, peuple de la terre. Leur vie dépendait d'une chose et une seule, un arbre qu'on appellait l'éternel. Ses racines, à la place d'être encrées sous le sol, en sortait, portant sur elles, l'imposant tronc recouvert de sa chevelure dorée touchant presque le sol, constituant la demeure typique de ce peuple. Les plus vieux avaient plus de cinq cent ans, ainsi les Maa vivaient jusqu'à la mort du toit qui les abritait, liés par la force de leur élément. Ils étaient une race ingénieuse et manuelle, leurs villages ressemblaient tous à une exposition de sculpture sur bois, mais sans cesse en adéquation avec la nature qui les entourait. Ils vivaient uniquement de l'agriculture et furent à l'origine de la découverte de l'engrais, car il faut avouer, que les Maa étaient de grands alchimistes, ainsi leurs potions, remèdes, et autres substances devinrent plus tard prisés de tous. Une fois l'an, le conseil des anciens, qui regroupait les plus âgés et puissants Maa, se réunissait à l'occasion d'une journée dédiée à la fertilité et à la femme. C'était à ce moment seulement que ce peuple avait le droit, mais le devoir de procréer, et cet événement permettait aussi au conseil de débattre sur le monde. Peu de personnes chez cette race pouvait prétendre connaître les secrets de la magie, celle ci étant réservée au conseil composé d'une vingtaine d'individus les plus sages, qui ne l'utilisaient qu'en dernier recours. Leur vie se résumait à la neutralité et au laisser faire du temps qui passait, tout en restant simple et attentif à la nature qui les compose.

Les Zrak, peuple de l'air, eux se cachait du monde, vivant dans les hauteurs des montagnes du savoir, comme on les appelle de nos jours, sur l'île d'Abèle au nord ouest. Leur vie n'était consacré qu'à l'apprentissage des connaissances, du savoir, ou du pouvoir de leur élément et ce fut d'eux que provenait les premiers écrits sur l'histoire du monde. Ils furent à l'origine même de l'a langue et de l'écriture commune sur tout le continent, qui plus tard leur permis d'être reconnus comme étant les philosophes et écrivains les plus doués d'Ankaria. Les Zrak étaient aussi d'excellent chasseurs, mais surtout ils maîtrisaient leur élément comme personne. Cela était dû à la prononciation de vœu de chasteté par beaucoup d'entre eux, car ils croyaient plus que tout en la pureté du corps, qui leur permettaient d'atteindre un niveau de puissance inégalé. Ils étaient aussi des gens raffinés qui aimait les belles choses. Les grottes dans lesquelles ils vivaient étaient ornées de textes sacrés, mais aussi de pierres précieuses, brillant de mille feux, comme l'or ou l'argent, qu'ils extrayaient du cœur des montagnes sacrées. Beaucoup d'histoires et de légendes se racontent encore sur ce peuple mystérieux et sombre, emplit de secrets. Car malgré leur longue vie, plus de trois cent ans, peu d'entre eux les atteignaient, du fait que chaque premier nés devaient, à sa maturité, passer une épreuve qui le mènerait soit à la mort soit à son élévation. Personne n'en a jamais su plus sur cette pratique des plus morbides.

L'île d'Arkan au nord, abritait les Suuri, peuple du feu, vivant dans d'immense forteresse issue de la roche, aux pieds des montagnes noir d'Umbalar. Noir, car ses parois abondaient de fer et autres métaux précieux, dont les Suuri se servaient la plupart du temps à la fabrication d'outils, armes et armures. Ils étaient d'excellents forgerons et bâtisseurs, les meilleurs du monde, mais ils n'ont jamais aimé partager leur savoir. Cette race était plutôt dominatrice, égoïste et vantarde, à la recherche d'un pouvoir toujours plus fort, ce qui les rendaient espiègle et aigre. Le nom d'Umbalar venait en fait d'une croyance des Suuri, en l'âme d'un des plus puissant dragon blanc ayant vécut sous le règne d'Araksos le déchu. Pour eux, leur énergie et leur pouvoir phénoménal provenait en partie de cet être, qu'ils vénéraient par crainte qu'un jour son sommeil ne prenne fin. Chaque personne faisant partie de ce peuple, voyait dés leur plus jeune âge, la différence faites entre les femmes et les hommes. Peu de femme purent toucher au pouvoir de leur élément, les seules qui pouvaient le faire, était le plus souvent nés de parents ayant un rang social élevé, sinon elles étaient plutôt destinées à des tâches beaucoup plus basiques et rabaissant. Elles ne pouvaient mettre au monde qu'un seul et unique enfant dans toute leur existence, car chaque nouveau nés puisait une énergie si forte que la femme devenait stérile peu après la mise à bas. Tous les garçons, sans exception, arrivait à un certain âge, recevait une formation militaire accrue, jusqu'à leur maturité, qui était en moyenne à trente ans chez les Suuri. Les mâles et leur égaux surdimensionné, poussaient toujours plus loin les limites de leur magie, et ce fut à cause de cela que leur espérance de vie ne dépassa plus les cent dix ans. Ce peuple, mise à part les femmes, formait une immense armée unie et disciplinée, qui fut à l'origine de nombreuses altercations durant les siècles à venir.

A l'ouest, sur l'île de Ragaahr, une race se démarquait des autres, les Neeru, peuple de l'eau, ayant pour devise un pour et tous pour un. La totalité des gens de cette espèce, vivait dans une unique et immense cité circulaire, Atrihum construite de bois blanc et sec que l'on trouvait en abondance sur cette île. Cette ville si majestueuse était entourée d'eau, on disait même qu'elle flottait et une multitude de petit ruisseau d'une couleur bleutée la traversée de part en part. On pouvait y voir à presque tous les coins de rue, faites d'un pavé blanc écarlate, de magnifique fontaines, au centre de grande place où les marchands troquaient leurs fabrications diverses et leurs nourritures. Car les Neeru étaient et resteront, pour leurs marchandises de qualité et leur vice de la négociation, les commerçants les plus réputés du monde connus. D'ailleurs plus tard Atrihum deviendra une des plus grande cité portuaire encore présente sur Ankaria de nos jours. La navigation fit son apparition grâce à leur connaissance accrue de l'ingénierie et beaucoup plus tard ce fut la première race à établir une colonie sur le continent, pour la première fois on put dessiner sur du papier les traits caractéristiques d'Ankaria. Ce fut aussi en grande partie grâce à eux que les échanges entres les quatre civilisations purent se développer. Ces grands révolutionnaires croyaient en l'égalité de tous, personne ne dirigeait, mais tous contribuait à l'amélioration des conditions de vie de chacun et seront à l'origine de beaucoup de nouvelle technologie encore utiles aujourd'hui. Dans une vie longue de deux cent trente ans en moyenne, les Neeru ne pouvait commencer l'apprentissage de la magie qu’après leur élévation, à l'âge de soixante ans. Beaucoup d'érudit étudient encore leur civilisation, ne comprenant toujours pas leur avance si spectaculaire par rapport aux races présentes à cette époque.

Comme le racontent les récits, le peuple Neeru fut le premier à s'installer, au départ, sur la côte ouest du continent. A leur apogée, leur territoire s'étendait des grandes plaines fertiles d'Alannys jusqu'au bois sombre d'Elendor. En second arrivèrent les Maa, qui s'établir dans la plupart des grandes forêts à l'est et au sud, là où leur arbre, les éternels, existaient. Vint le tour des Zrak de faire des monts d'Alandor leur demeure, qu'ils se disputeront farouchement avec les Suuri pendant plusieurs siècles. Ces derniers venus eurent pour reste l'immense région désertique d'Oznak. Pendant plus de mille ans, les villages, villes et grande cité, sortaient de terre à une vitesse ahurissante. Le commerce se développait, devenant très fructueux pour certains, le monde devint vivant et la paix régnait entre les différentes races, malgré quelques altercations mineures, mais aucune mixité ne vit encore le jour. Une vrai hiérarchie prenait forme au sein des civilisations, qui se voyaient diriger, pour deux d'entre elles, par une unique personne ayant tout les droits sur ses terres et ses sujets. La peur de son voisin prit alors tout son sens et commença une course à l'armement pour la défense de ces terres. Les Suuri étaient largement en avance sur ce terrain là, leur armée comptait la totalité de leur population mise à part les femmes, un nom leur avait même était donné, le mur d'acier ardent. Voyant leur population, et donc leur armée, grandir à vue d’œil selon leur propre coutume, ils manquaient de matières premières afin de fabriquer armes et armures nécessaires à la guerre. Ce furent les premiers à ouvrir les hostilités en marchant sur les terres du peuple Zrak, afin de faire des monts d'Alandor leur mine à ciel ouvert.

Les guerres fraternelles (chronologie)

En 2250 : L'empereur Aegon, du peuple Suuri, entreprend une immense campagne militaire visant à déloger les Zrak des monts d'Alandor, qui renferment d'innombrables gisements de minerais précieux de toute sorte, dont il veut en faire l'acquisition. Aegon et son armée, composée de plus de vingt milles Suuriens, se mettent en marche. Le haut roi des Zrak, Beron, décide alors d'envoyer des émissaires chez les peuples Maa et Reesu, en implorant leur aide, mais aucune réponse ne lui parvient.

En 2223 : Après plusieurs batailles victorieuses durant tant d'années, Aegon prend le contrôle des villes Zrak les plus importantes à l'est et soumet à l'esclavage, la totalité de ces habitants, les forçant à travailler dans les mines.

En 2216 : Le conseil des anciens du peuple Maa décide d'intervenir et envoie une armée d'un millier de géant vers le col de Roryn, qui sera l'une des batailles les plus meurtrière, les morts se comptent par milliers dans les deux camps et Eagon accuse une première défaite écrasante en perdant plus de cinq milles hommes. Le combat fut acharné et dura presque deux jours entiers, mais cet acte signera la première alliance forte entre deux civilisations.

En 2142 : Aegon et ses armées sont repoussés hors des frontières à l'est d'Alandor, dans la vallée des vents fous, ne pouvant lutter contre les forces combinés de ses rivaux.

En 2129 : le haut roi Begon et le conseil des anciens se réunissent et signe le traité d'Azan, qui officialise leur alliance. En contrepartie de la protection des Maa, il leur octrois le droit de passage et ouvre la voie des premiers échanges. Aegon meurt de vieillesse peut de temps après.

En 2101 : La paix est alors revenue dans le monde. Damon, fils d'Aegon, prend le pouvoir et comme son père, devient avare de domination, malgré la famine qui touche son peuple.

En 2074 : Damon abandonne les monts d'alandor et ordonne à son armée de prendre le contrôle des plaines fertiles d'Alannys. Il pille et massacre les habitants Neeru vivant dans les terres.

En 2072 : L'armée de Damon atteint les côtes à l'est, là où les grandes villes Neeru se sont établies. C'est ici que la bataille des plage sanglantes eut lieue, opposant l'immense et puissante armée de mage Neeru qui l'attendait, à celle des Suuri. Damon comme son père subit une cuisante défaite et se retire, dans les terres d'Alannys, qu'il contrôlait encore.

En 2015 : Quelques émissaires Neeru rejoignent les lointains monts d'Alandor, par voie maritime, à la rencontre du peuple Zrak. Edwyn, l'actuel haut roi, leur ferma les portes de la capital, pour leur lâcheté d'antan, en leur disant que jamais il ne sera question d'alliance ou d'échange quel qu’elle soit avec eux.

En 2000 : A la fin des batailles sans fin Damon fait tomber la capital Neeru après dix jours de combats acharnés. Il fait d'eux ses vassaux et le peuple Suuri devient la plus grande puissance militaire et mondiale. Les grandes plaines d'Alannys se voient alors souillés par le sang de centaines de soldats mort au combat et les bois sombres d'Elendor sont rongés afin de permettre la construction de fortifications et la fabrication d'armes de siège.

En 1993 : Damon est assassiné par son propre fils, Garin, qui devient le dirigeant du puissant empire Suuri. Les révoltes éclatent alors au sein des deux peuples. Garin inaugure la paix avec les grands Maa et le peuple Zrak. L'armée étant encore fidèle à son père est dissoute et l'empire Suuri se scinde alors en deux partie.

En 1864 : Durant presque un siècle des milliers d'hommes sont bannis du peuple du feu, renvoyés dans le désert d'Oznak, où ils formeront une nouvelle civilisation de voleurs et brigands, qu'on appelera les redoutables guerriers de Shaïra. Ce nom vient d'un endroit au sud du désert, où l'on raconte qu'il s'y trouve encore toutes les richesses amassaient pendant plus de cinq cent ans par ces hommes sans foi ni loi, qui pillaient les caravanes de marchands empruntant la dangereuse route commerciale qui traverse ce désert aride.

En 1860 : Garin se retire des côtes Neeru, et avec eux signe le traité de l'opposition, proclamant une alliance forte et la promesse d'une paix éternelle. En échange il garde en sa possession le contrôle de la région d'Alannys, où les deux peuples ont cohabité et se sont mélées durant presque deux millénaires. La première mixité entre deux races voit le jour.

En 1769 : Begon, peu de temps avant sa mort, signe un accord fragile qui le réconcilie avec le peuple Neeru, qui stipule que les frontières et les échanges resteront ouverts, mais qu'aucune aide ne sera fournit par le peuple Zrak en cas d'événements destructeurs comme ceux qui se sont passés dans le temps.

En 1703 : Une paix durable s'installe sur le monde, voyant celui ci évoluer au fil des siècles. Les Zrak instaure un langage et une écriture commune pour toute les races qui verront le jour sur Ankaria.

En 1665 : Les Neeru font du commerce, par le biais du troc, une activité mondiale, et deviennent la première puissance économique. Les Zrak seront les premiers à se servir d'une monnaie d'échange, l'élémentium récemment découvert au creux des monts d'Alandor. Au fil du temps elle sera adoptée par toutes les races existantes, sauf les plus primitives.

En 1528 : la première civilisation intelligente issue des deux races Suuri et Neeru se forme, et s'installent dans la vallée des vents fous au nord. Durant un millénaire naîtront, par le mélange des éléments, la multitude de races toutes différentes, connus de nos jours, dont seulement sept dominent le monde actuel.

En 1260 : Iuwyn, haut roi des Zrak, inaugure la première école de magie, ouverte à tous, dans la grande ville D'Hazrak à l'entrée ouest des monts d'Alandor. Elle enseigne à qui le veut les cinq lois élementaires et la maîtrise des éléments. Elle verra en sortir les plus grands élémentalistes connus, dont un, Gorn spécialistes du feu et de la terre, qui réveillera l'âme du puissant Umbalar emprisonné dans les monts noir, ancienne croyance des Suuri. Il voudra venger son peuple de l'humiliation subit par les Zrak il y a de cela presque mille ans.

En 1254 : Gorn est tué durant la bataille ailée, faisant des milliers de morts à lui seul, opposant sa monture, le grand Umbalar aux cavaliers du vent Zrak chevauchant de puissantes et sublimes bêtes ailées, les ouragans.

En 1044 : Les fils d'Akator font leur appirition et se montre aux yeux de tous, finalisant leur création. Ils inculquent à tous les dirigeants de chaque race, les raisons pour lesquelles ils existent et leur font une démonstration de leur pourvoir surnaturel qu'aucun ne surpasse. C'est à ce moment de l'histoire que se forme les toutes premières vraies croyances religieuses qui feront des fils d'Akator des dieux.

Ainsi débute notre ère, marqué par la mort des fils d'Akator, l'an 0. Il ne reste que quelques individus encore vivants des premières races primitives de l'ancien monde, qui s'éteindront toute l'une après l'autre durant les siècles qui suivirent, laissant place à leur descendance qui poursuivra l'écriture de l'histoire du monde. Pendant deux millénaires les différents peuples mêlent leur élément et caractéristiques, donnant naissance aux multitudes de civilisations qu'abritent Ankaria aujourd'hui.


Source: Casus No

Pour ceux qui veulent l'adapter en D20:

13e Age

Fantasycraft
"Dieu a créé les sapiens pour éprouver ses amphèts"

Sujet fétiche: Le coin des dés
Sites recommandés: PocheSF & Le culte d'Apophis (*)
Lame
 
Message(s) : 1682
Inscription : Ven 22 Oct 2004, 15:48

Re: Des avis et des idées SVP

Message par Ankaria » Mar 22 Avr 2014, 18:15

c'est moi qui est écrit sa, mdr tu la trouver sur casus no s
Ankaria
 
Message(s) : 14
Inscription : Lun 14 Avr 2014, 20:34

Re: Des avis et des idées SVP

Message par Ankaria » Mar 22 Avr 2014, 18:17

C'est pas bien de piquer les idées des autres lame
Ankaria
 
Message(s) : 14
Inscription : Lun 14 Avr 2014, 20:34

Re: Des avis et des idées SVP

Message par Ankaria » Mar 22 Avr 2014, 18:20

jeje82800 c'est moi sur casus no et le titre de la discussion est le même
Ankaria
 
Message(s) : 14
Inscription : Lun 14 Avr 2014, 20:34

Re: Des avis et des idées SVP

Message par Lame » Mar 22 Avr 2014, 19:11

Ankaria a écrit :c'est moi qui est écrit sa, mdr tu la trouver sur casus no s

Ankaria a écrit :C'est pas bien de piquer les idées des autres lame


Très drôle. Surtout que je n'ai jamais dit que j'étais l'auteur de ce background et que tu aurais dû le poster toi-même, en réponse aux questions de Kakita et Sigfrid. :razz2: :diablo:

Et oui, je l'ai trouvé sur Casus No comme je l'ai indiqué en source.
"Dieu a créé les sapiens pour éprouver ses amphèts"

Sujet fétiche: Le coin des dés
Sites recommandés: PocheSF & Le culte d'Apophis (*)
Lame
 
Message(s) : 1682
Inscription : Ven 22 Oct 2004, 15:48

Re: Des avis et des idées SVP

Message par Ankaria » Mar 22 Avr 2014, 19:59

Je rigolais sa ne me gêne pas du tout, je ne l'avais pas mis car j'ai changé des choses entre temps voilà tout. Merci de l'avoir fait à ma place même si quelques passages ne sont plus les mêmes.
Ankaria
 
Message(s) : 14
Inscription : Lun 14 Avr 2014, 20:34

Re: Des avis et des idées SVP

Message par Lame » Mar 22 Avr 2014, 20:17

J'aurais deux questions à te poser:
a) Quel type de scénario plaisent à tes joueurs?
b) Au regard de ce type de scénario, qu'attends-tu d'un univers de jeu, en tant que MJ?
"Dieu a créé les sapiens pour éprouver ses amphèts"

Sujet fétiche: Le coin des dés
Sites recommandés: PocheSF & Le culte d'Apophis (*)
Lame
 
Message(s) : 1682
Inscription : Ven 22 Oct 2004, 15:48

Re: Des avis et des idées SVP

Message par Ankaria » Mar 22 Avr 2014, 20:38

Premièrement ce n'était pas un scénario, c'était l'histoire de mon monde, ensuite pour ce qui est des joueurs, ils adorent devenir les maîtres du monde, mais moi j'aime les faire souffrir un peu (beaucoup). L'histoire que tu a collé n'est maintenant plus aussi longue et beaucoup de choses ont changé, elle me servira simplement à introduire mes joueurs.
Ankaria
 
Message(s) : 14
Inscription : Lun 14 Avr 2014, 20:34

Re: Des avis et des idées SVP

Message par Ankaria » Mar 22 Avr 2014, 20:40

Si tu ne l'a pas déjà vu en haut j'ai écris un résumé rapide de ce à quoi pourrait ressembler le concept de mon jeu.
Ankaria
 
Message(s) : 14
Inscription : Lun 14 Avr 2014, 20:34

Re: Des avis et des idées SVP

Message par sigfrid » Mar 22 Avr 2014, 20:41

Et pour ajouter un complément aux questions de Lame...

Avant de t'attaquer aux règles, tu as intérêt à déjà avoir bien fignolé ton univers et vraiment savoir ce que tu vas faire avec. Là tu as écrits ta genèse, mais ça ne suffit pas. Ca c'est l'histoire. Maintenant les joueurs interagissent comment avec tout ça ? Pas au niveaux des règles, je parle en terme d'intrigue. Ils démarrent comment ? Dans quelle situation ? Comment tu vois ton premier scénario pour cet univers ? Quel est leur objectif ? Tu attends quoi d'eux ? Quels vont être les problématiques et thèmes des scénarios ?

Et la question habituelle dans le cas d'un nouveau monde med-fan. Qu'est-ce que ton univers permet de faire qui n'est pas présent dans un des univers déjà existants ?

Ce n'est pas fait pour te décourager, mais c'est tout un tas de question qu'il faut se poser parceque c'est du gros boulot rien que pour le background. Il faut en être conscient. Après pour les règles tu vas avoir encore d'autres questions à te poser... :P
"Sans le changement quelque chose dort en nous qui rarement se réveille. Le dormeur doit se réveiller." - Dune, Frank Herbert
Avatar de l’utilisateur
sigfrid
 
Message(s) : 1120
Inscription : Lun 25 Juil 2005, 18:01
Localisation : Région parisienne

Re: Des avis et des idées SVP

Message par Lame » Mar 22 Avr 2014, 20:49

Ankaria a écrit :Premièrement ce n'était pas un scénario, c'était l'histoire de mon monde,


Oui, je l'avais bien compris, rassure-toi.

Ankaria a écrit :ensuite pour ce qui est des joueurs, ils adorent devenir les maîtres du monde,


Cela clarifie bien des choses. Peux-tu nous dire quel sera le PJ type proposé aux joueurs, au regard de leurs ambitions politiques. Est-ce que les joueurs sont des nobles, des sortes de messies, des demi-dieux?

sigfrid a écrit :Ce n'est pas fait pour te décourager, mais c'est tout un tas de question qu'il faut se poser parceque c'est du gros boulot rien que pour le background. Il faut en être conscient. Après pour les règles tu vas avoir encore d'autres questions à te poser... :P


@Ankaria

Et j'ajouterais que nous avons connu des joueurs qui ne savaient même pas écrire une page de background. Pour peu que ton style d'écriture et ton orthographe s'améliore, tu es déjà bien parti.

@ Sigfrid

Pour une adaptation D20, j'ai envisagé le recours à 13e Age ou à Fantasycraft. Si tu devais motoriser cet univers en Dk system, quel variante utiliserais-tu?
"Dieu a créé les sapiens pour éprouver ses amphèts"

Sujet fétiche: Le coin des dés
Sites recommandés: PocheSF & Le culte d'Apophis (*)
Lame
 
Message(s) : 1682
Inscription : Ven 22 Oct 2004, 15:48

Re: Des avis et des idées SVP

Message par Ankaria » Mar 22 Avr 2014, 20:51

Que veux tu dire par là ?
Ankaria
 
Message(s) : 14
Inscription : Lun 14 Avr 2014, 20:34

Re: Des avis et des idées SVP

Message par Lame » Mar 22 Avr 2014, 21:42

Ankaria a écrit :Que veux tu dire par là ?


Tu poses la question par rapport à quoi?
"Dieu a créé les sapiens pour éprouver ses amphèts"

Sujet fétiche: Le coin des dés
Sites recommandés: PocheSF & Le culte d'Apophis (*)
Lame
 
Message(s) : 1682
Inscription : Ven 22 Oct 2004, 15:48

Re: Des avis et des idées SVP

Message par Lame » Mar 22 Avr 2014, 21:50

Ankaria a écrit :Si tu ne l'a pas déjà vu en haut j'ai écris un résumé rapide de ce à quoi pourrait ressembler le concept de mon jeu.

Au départ, la terre n'était que flamme et ténèbres, inhospitalière à toute forme de vie, avant de devenir celle que nous connaissons de nos jours. Dans ce monde hostile, durant des milliers d'années, les éléments se déchaînaient et s'entrechoquaient, provoquant tempêtes, éruption, séismes, et bien d'autres. Ces interactions, plus que quotidienne, furent à l'origine, au fur et à mesure des siècles, des cicatrices qu'emprunte aujourd'hui les rivières ou les fleuves, et des coups, qui donnèrent naissance aux imposants monts glaciales d'Alandor, qui de leurs pointes enneigées effleurent le ciel. A cette période de la création, Ankaria était le seul et unique continent de notre terre, et donc une seule chance pour la vie de voir le jour. Bien heureusement ce fut le cas. Les bois naissants au sud devinrent d'immense et verdoyantes forêts, à qui le vent faisait danser et siffler les plus hautes cimes, pendant que les eaux, s'écoulaient, serpentaient, et remplissaient le continent de fertilité. Les saisons s'installèrent, dominant le temps capricieux, et la nature donna enfin le droit à la vie d'apparaître. Une nouvelle ère prit place dans un monde cohérent et réaliste, un havre de paix où la nature dominait en maître. Mais ce règne incontesté, devra faire face à un événement destructeur et non des moindres, car ce fut pendant cette période que la première vrai civilisation fit ses premiers pas.

Ankaria a écrit :Dans cet univers fantastique, les joueurs incarneront des êtres créent par "les premiers nés" (voir histoire) et par la force des éléments.

Ankaria a écrit :Mon jeu consiste à faire d'eux des créateurs, dans un monde vierge, où il ne reste que des ruines et des vestiges du temps des hommes, venant à peine de se remettre d'un chaos éliminant toute forme de vie (voir histoire). Les personnages auront le pouvoir et le devoir, sur ordre des premiers nés, de créer, protéger et faire évoluer le nouveau monde, par le biais de scénarios et campagne.

sigfrid a écrit :Avant de t'attaquer aux règles, tu as intérêt à déjà avoir bien fignolé ton univers et vraiment savoir ce que tu vas faire avec. Là tu as écrits ta genèse, mais ça ne suffit pas. Ca c'est l'histoire. Maintenant les joueurs interagissent comment avec tout ça ? Pas au niveaux des règles, je parle en terme d'intrigue. Ils démarrent comment ? Dans quelle situation ? Comment tu vois ton premier scénario pour cet univers ? Quel est leur objectif ? Tu attends quoi d'eux ? Quels vont être les problématiques et thèmes des scénarios ?

Et la question habituelle dans le cas d'un nouveau monde med-fan. Qu'est-ce que ton univers permet de faire qui n'est pas présent dans un des univers déjà existants ?


Pour rebondir sur les questions de Sigfrid, est-ce que Dawnforge est encore distibué?
Si oui, quel sont les avantages d'Ankaria par rapport à Dawnforge?

@Ankaria

Plus précisément, qu'est-ce que tu appelles faire créer, protéger et faire évoluer le nouveau monde?
Ce que tu décris est un boulot d'ange ouvrier et je ne vois pas ce qu'il y a d'aventureux à planter les premiers palmiers, aider le premier coeloacanthe à sortir de l'eau, etc...
Aide-moi à comprendre.
"Dieu a créé les sapiens pour éprouver ses amphèts"

Sujet fétiche: Le coin des dés
Sites recommandés: PocheSF & Le culte d'Apophis (*)
Lame
 
Message(s) : 1682
Inscription : Ven 22 Oct 2004, 15:48

Re: Des avis et des idées SVP

Message par Ankaria » Mar 22 Avr 2014, 23:39

Comment les joueurs démarrent ils ?

Mes joueurs démarreront leurs aventures (après la création de leur perso) par un pacte les liants aux premiers nés, qui leur permettra de se réincarner dans un autre corps (à chaque nouvelle partie), en contrepartie d'un malus permanent à une ou plusieurs compétences ou caractéristiques. Ils débuteront sur l'île d'Akator, dans un genre de petit scénario (tutoriel), afin de poser les règles de bases, et rejoindre le continent.

Quels sont leurs objectifs ?

Justement aucun scénarios ne sera imposé avant chaque session (sauf cas exceptionnel), je propose aux joueurs de choisir eux mêmes ce qu'ils veulent accomplir en leur soumettant plusieurs choix, comme accomplir un objectif dicté par les premiers nés (qui n'est pas obligatoirement le fait de créer, mais aussi détruire), partir à la découverte des vestiges d'antan, Dénouer certains différents entre deux civilisations (et pourquoi pas s'allier à l'une pour détruire l'autre), ou les faire évoluer grâce notamment aux points de création (technologie, armée, langage, écriture...), etc... Si il arrivait qu'un groupe ou un joueur décide de détruire tel ou tel races, rien ne l'en empêcherait, libre à eux de faire ce que bon leur semble, mais je pense qu'il aurait un peu de mal à y parvenir. Ensuite les joueurs auront toutes liberté de ne pas obéir aux directives des premiers nés, pour cela je pense mettre en place un système de réputation qui sera à l'origine de la monté des niveaux des personnages. Il ne faut pas croire non plus que les personnages seront des êtres divins ou autres entités suprême, leur pouvoir élémentaire seront unique certes, mais ils ne pourront en aucun cas surpassé leur créateur. Il faut savoir aussi que les premiers nés ne sont pas propriétaires des joueurs, en aucun ils ne peuvent les obliger à faire tel ou tel chose, mais leur montée de niveau dépend de leur réputation envers eux, donc il es nécessaire d'accomplir certaines des tâches qu'ils demandent. Ces points peuvent aussi être attribuer aux joueur, par le biais des civilisations, en accomplissent des actions légendaires. Quand ces points de réputation sont au plus bas alors, ils deviennent des points de craintes qui donneront de nouvelles compétences aux personnages des joueurs, qui adorent faire cramer ou éventrer de pauvres innocents. Des limites seront fixer au joueur, pour par exemple le pouvoir de créer une race ou une espèce animale, par des points de création (selon la complexité de la création), mais aussi et surtout à chacune des fois où il le fera une partie de sa force vitale lui sera retirer et cela est irréversible. je pense que ce qui pourrait donner au joueur l'envie de continuer, ce n'est pas le fait d'avoir le droit ou pas de créer mais plutôt de se dire que c'est lui (ou le groupe) qui écrira l'histoire de ce monde. The world is mine.
De même qu'ils verront une véritable montée en puissance par rapport à leur personnage à chaque évolution du monde. Le plus jouissif est surtout de se dire que leur nom sera gravé dans l'histoire du jeu tout entier. Car c'est moi entre deux sessions qui écriraient l'histoire de ce monde au fur et à mesure que les joueurs le feront avancé.

Les règles

Je pense utiliser un système sans règles, mais avec des dés, mais seulement pour les résolution d'action et les phases de combats (à la final fantasy adapté à mon jeu biensûr). Là où je veux me creuser un peu plus la tête et faire quelque chose d'un peu plus complexe c'est au niveau du pouvoir de création et de la réputation qu'auront les joueurs par rapport au monde civilisé.

PJ proposé aux joueurs

J'en suis là justement, j'étudie la question des classes que pourront incarnés les joueurs. Et pour les niveaux je ne pense pas qu'ils seront numériques mais plutôt sous forme de titre.
Ankaria
 
Message(s) : 14
Inscription : Lun 14 Avr 2014, 20:34

Re: Des avis et des idées SVP

Message par Gap » Mar 22 Avr 2014, 23:55

Lame a écrit :Pour rebondir sur les questions de Sigfrid, est-ce que Dawnforge est encore distibué?

Ben il était "distribué" gratuitement aux personnes présentes à l'anniversaire de Black Book Editions ce week-end. Vidage de stock d'invendus. Je ne sais pas s'il en reste encore après ça.

(J'ai ainsi ajouté Dawnforge et Midnight 2nd ed. à ma ludothèque, d'ailleurs - plutôt sympa) :)
- Gap
The user formerly known as Katsugi.
Avatar de l’utilisateur
Gap
Le BHL du Sden
 
Message(s) : 5890
Inscription : Mar 02 Avr 2002, 02:00
Localisation : Suisse

Suivant

Retour vers Créations & Théories

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2010 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.