Site de l'elfe noir (Sden) - site communautaire de jeux de rôle

Site communautaire de jeux de rôle

Pourquoi ce succès si mitigé pour l'Unirêve?

Rubrique Rêve de dragon

Modérateurs : Call, Auberon

Message par Poison Acrobate » Ven 03 Déc 2004, 11:17

En fait Azzie, je pense que l'Unirêve n'était pas nécessaire...nul n'a dit que chaque scénario nécessitait une sortie de Gris Rêve en préambule...après tout, la plupart des scénarios de Maitre Gerfaud comportent énormément de détails conernant la régio où se passe l'action, largement de quoi alimenter des voyages "conventionnels" et géographiques...por mémoire, le 1er Voyage de la nouvelle édition, "le Secret de Muringhen", contenait la description d'une contrée qui donnait envie d'aventures avec la Sméraldie et les rivages de la Kamerlande aux autochtones farouches...cela m'a toujours donné envie...
C'est en alternant, aventures moins "transoniriques" et scéanrios typiquement draconiques que se trouve peut être l'équilibre.

Par ailleurs, on avait depuis longtemps un semblant de continuité en filigrane avec la vieillle carte du monde Rêve sortie dans les Miroirs des Terres Médianes...autant de lieu dont les noms reviennent : les Pics des Crins de Nige, la Forte d'Ekarnasse, l'Ile de Bagdol au fameux elixir, la Cité des Treize Plaisirs, Esparlongue la lointaine...en permettant aux jouerus d'entendre parler de ces lieux de manière récurrente, on améne l'idée d'une stabilité (très relative) d'un monde, canevas froissé et troué certes mais canevas tout de même...
Dire que l'on change de rêve à chaque scénario est un brin caricatural.

Je n'ai moi même guère eu le temps et l'occasion de faire jouer RdD autrement qu'en scenarios disjoints, et c'est là mon plus grand regret car ce jeu est un véritable bijou ludique...
Poison Acrobate
 
Message(s) : 7
Inscription : Jeu 02 Déc 2004, 20:20

Message par azzie » Sam 04 Déc 2004, 12:20

Je crois qu'il y a un malentendu quant à mon intervention précédente, il est vrai un peu lapidaire et peu explicite.
Je ne partage donc pas l'avis selon lequel l'Unirêve est hérétique ou inutile.

Mon plaidoyer, en deux points :

- Il est avéré incontestabment, qu'existent dans les scénarios publiés par DG, des rêves suffisemment amples pour leur donner l'envergure (entres autres, gégographique) d'un monde aux limites étendues à perte de rêve : le secret de Muhringen, comme l'Oeuf de Psiluma, sont des illustrations probantes de ce fait.
Les exemples abondent.

Néanmoins, il serait fortement réducteur de limiter l'apport de l'Unirêve à la seule continuité de rêves qu'il offre (du reste son approche "modulaire" respecte en cela l'équation souvent observée chez Gerfaud : un rêve = un monde).
L'Unirêve apporte également, par le truchement du Tournerêve, les élements qui sont constitutifs d'un monde pluriculturel : confrontation de cultures différentes, et visées hégémoniques d'un des motifs de la mosaïque constituée (Asthar, l'Oeil du Dragon). La politique s'invite autour de la table, plus franchement, et le canevas tracé a les allures d'une toile mouvante. De l'intrigue, voilà qui est plus inhabituel.

- Ensuite, l'essence même du voyageur, étant la découverte, l'apprentissage, et la reconstitution par fragments de son propre archétype, cette démarche s'inscrit dans une quête de sens. Faute de quoi, selon les dires même de Gerfaud, "cela n'est que vagabondage". Mais pourquoi pas après tout.

Toutefois, passer, d'un rêve à l'autre sans y chercher le changement, en expérimentant jusqu'à plus soif d'infimes alternances de motifs réccurents, est une preuve évidente de stagnation, ou que les scénarios eux même tournent en rond. Comme si nos dragons n'étaient tant pelotonnés dans leur sommeil, que leur queue rejoignent leur propre tête !

Le Voyage change le voyageur, et à n'y voir qu'une redondance de lieux communs ou figures de styles, on finit par se perdre dans les limbes de ses propres fractales. A trop ronronner, on finit par muter les rêves en un sommeil paisible : les dragons feront mieux que dormir sur leurs deux oreilles !

Pour résumer : la multiplicité de références aux consonnances familières sont des occurences insuffisantes pour se considérer poutres maîtresses d'un monde étendu.
Ce sont pour moi, les interactions, et a contrario, les allers retours entre ses différentes parties, ainsi qye le choc qui les projette l'un à l'autre (culturel, physique, politique ou violents) qui définissent un univers. L'Unirêve propose aussi cela.
Marco Polo, sur notre propre Unirêve n'était il pas l'incarnation même du voyageur, en quête d'un Occident que jamais il ne trouva, et ré-inventeur d'un Orient où la chaude et capricieuse fantaisie s'y était donné carrière ?

Si le ressort de Rêve est la dynamique du voyage, en quoi cette mouvance est-elle absente d'un univers ferme ? A contrario, il est des bien rêves qui me donnent une impression de renfermé, et de n'offrir au voyageur que peu d'occasion de s'ébaudir, s'émerveiller et d'apprendre. N'enfermons pas l'Unirêve dans cette logique.

La seule interjection qui trouve grâce à mes yeux dans ces attaques, repose sur le principe que, sinon le dénuement du moins l'absence de matérialisme définit le voyageur (sa richesse se trouvant dans la découverte et non la possession). Être du voyage, signifierait-il n'emporter pour bagage avec soi, que son cortège d'histoires insolites ?

Cette problématique, que j'aborde dans un autre thread, est davantage celle de la sédentarisation et du renoncement au voyage, que celui de la cupidité. La renommée, et les biens matériels qui peuvent découler d'une réputation établie dans un univers fixe, ne sont des problèmes en soi que si l'on les utilise à des visées de domination, installé de manière durable. Reprenant le principe de l'Unirêve, les voyageurs sont les témoins ou les arbitres des luttes d'influences entre l'oeil du dragon et les mondes de la tête du dragon. Pas les protagonistes. Du moins n'en ont ils pas la vocation.

La seule hérésie à Rêve, consiste à briser la dynamique du voyage. Voilà le crime dont on pourrait accuser un gardien. Et l'Unirêve, s'il peut comporter ce danger inhérent, n'en est pas pour autant le chantre tant décrié.

---------------
L'onirisme, qui est une pierre anglaire du jeu, est un cheminement tout aussi intellectuel que physique. Et il n'est de ce fait, pas antinomique avec la constitution d'un Unirêve, que je conçois autrement qu'un artificiel patchwork de civilisations, saupoudré de trois ou quatre condiments de songes rongés aux poncifs de la fantaisie classique.

Ma démarche n'est pas autre. Si cette tirade se veut défense contre les voyageurs assoupis dans un rêve trop institutionnalisé, fustigeant l'Unirêve sur de faux prétextes (quand l'exigence rime avec indigence...), mon ambition personelle elle, se situe précisément au croisement des pérégrinations transoniriques et des équipées draconiques.

Mon idée, révèle qu'un homme vient d'établir qu'existe un moyen de voyager de manière, sinon sûre du moins récurrente, entre les rêves (selon un principe, inspirée de l'Unirêve, les fameuses déchirures alternativement jaunes et violettes). Et qu'il aspire, en entrainant dans son sillage les habitants de certains rêves, à unifier ou lier les songes du multirêves. Ceci remettant, cette fois en cause le Rêve, puisqu'en élargissant ces déchirures, se créent par endroits des liens solides entre rêves, qu'on pourrait qualifier de..continuité, et de rêves connexes : transitant par endroits les créatures les plus audacieuses, les échanges semblent se multiplier dans un chaos parfois joyeux, parfois tragiques ! Cette homogénisation cache un secret terrible : si tout le monde fait partie du même rêve, alors, n'est ce pas là une réalité unique ? Est ce une tyrannie ? Que vont penser les Haut Rêvants : seront-ils toujours à même d'influencer la structure du rêve de la même manière ? Cet homme veut il le bien ?

Au fur et à mesure, de leurs différents périples, les voyageurs seront (avec effroi ou non), confrontés à ce dilemme, dont leur implication dépendra de leur vision du rêve. Voilà la structure grossièrement brossée et les prémisses d'une campagne au long cours. Suivre le fil ténu ou trop évident des motifs en arabesques de la toile qui se tisse, sera une prérogative à l'intiative des joueurs, ne remettant nullement en cause l'essence même du jeu.


On peut penser par la suite que de ce concept, et cette [tentative] si les voyageurs décident de la vouer à l'échec, essaimera dans un coin du multirêve, l'Unirêve tel que nous le connaissons.
azzie
 
Message(s) : 11
Inscription : Ven 12 Nov 2004, 16:51

Message par Swift » Lun 21 Nov 2005, 20:08

je n'ai pas la verve d'azzie pour exposer mes idées, mais je les dirai à ma façon... :smile:

J'ai compris après quelques parties que mes joueurs ne sauraient se satisfaire de scénars "one shots", enchaînés sans une ligne directrice sous jacente pour les impliquer dans le jeu, et j'ai pour cela cherché à trouver une idée de campagne qui les lient tous.
Cela va peut être à l'encontre de l'idée de voyager dans le seul but de découvrir des peuples, des lieux ou des cultures différentes, qui est un élément primordial dans Rêve, mais je pense que mes joueurs n'ont pas l'habitude ou l'état d'esprit pour que ce seul aspect les motive (il l'apprécient néanmoins, mais comme un plus)...
Pour cette raison, je trouve l'Unirêve très interressant, en tant que base de jeu, mais il me semble que venant à peine de faire emprunter à mes joueurs les routes du Multi rêve, il serai dommage de les "enfermer" si tôt dans un ensemble clos...
J'ai donc cherché des alternatives, pour pouvoir conserver les éléments de cohésion qu'apporte la connaissance d'un environnement déjà parcouru, tout en évitant le côté peut être dangereux d'une sédentarisation, et j'ai décidé de jouer avec le temps.
Si les PJs changeant de rêve se retrouvent dans un autre qu'ils ont déjà parcouru, et qu'ils découvrent qu'il est bien identique, à part qu'ils sont 10 ans avant ou après leur dernier passage, cela donne lieu à de nombreuses possibilités de jeu à mon avis.
Je pense entre autre à utiliser ce biais pour compliquer parfois l'accés à l'Unirêve, que je vois plutôt comme une étape récurrente, entre deux tranches de rêves variés, que comme une fin en soi...
L'idée d'azzie me plaît beaucoup, celle d'une poursuite à travers les rêves d'un PNJ qui contrôle (plus ou moins) ses déplacements, et dont le but est en quelques sorte de gagner une main mise sur les rêves traversés (je m'éloigne ici un peu de son idée pour se rapprocher de la mienne, à moins que je n'ai pas du tout compris son idée :oops: ), je pensais faire du mien un méchant avoué cependant, cherchant par tous les moyens à se venger des PJs tout en accroissant son propre pouvoir, et comme tout bon méchant, ses projets ne devraient (logiquement) jamais arriver à bon terme...
voila, qu'en pensez vous? certains ont-ils recours à ces procédés? tout cela a-t-il bien fonctionné?

merci d'avance
"Il est des rêves qu'on ne fait q'une fois, d'autres qui deviennent récurrents et s'acharnent à se faire comprendre, mais lesquesl sont les plus marquants?"
Swift
 
Message(s) : 4
Inscription : Dim 20 Nov 2005, 14:23

Message par azzie » Ven 02 Déc 2005, 21:33

Swift a écrit : L'idée d'azzie me plaît beaucoup, celle d'une poursuite à travers les rêves d'un PNJ qui contrôle (plus ou moins) ses déplacements, et dont le but est en quelques sorte de gagner une main mise sur les rêves traversés (je m'éloigne ici un peu de son idée pour se rapprocher de la mienne, à moins que je n'ai pas du tout compris son idée :oops: ), je pensais faire du mien un méchant avoué cependant, cherchant par tous les moyens à se venger des PJs tout en accroissant son propre pouvoir, et comme tout bon méchant, ses projets ne devraient (logiquement) jamais arriver à bon terme...
C'était assez proche de ça : un PNJ, probablement haut rêvant qui a découvert la façon de maîtriser les déchirures et donc, d'unifier les rêves des dragons...par fragments...voire plus...très perturbant comme phénomène et nul doute que cela aurait un impact sur les Dragons (n'est ce pas ce qui a amené les Dragons à se réveiller auparavant ?).

Le fameux PNJ avait un rapport moins personnel avec les PJ, mais nul doute qu'à force d'avoir les PJs aux basques, il finirait par s'agacer et en faire une affaire personnelle.

Les PJs sont-ils de taille ? Comment réagiraient les habitants du multivers ? S'uniraient-ils face à la menace ? Eux ou les autres hauts rêvants ? Quels sont les enjeux ?

Thématique complexe mais passionante, qui de plus, ne renie en RIEN le concept du voyage. Là, on est presque dans une Odyssée.
azzie
 
Message(s) : 11
Inscription : Ven 12 Nov 2004, 16:51

Précédent

Retour vers Rêve de dragon

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2010 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.